Partagez | 
 

 Quand le cafard est là... [Myst]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Quand le cafard est là... [Myst] Dim 24 Jan - 22:25

    C'était rare pour une jeune fille comme Orchid de se lever le matin sans avoir un large sourire sur le visage, c'était rare de la voir finalement si peu pleine d'énergie. Le matin fut très difficile après toute cette histoire depuis la fête d'halloween, elle qui s'était montrée si impatiente et excitée de pouvoir s'amuser avec ses camarades, si fière d'avoir trouvé un costume original... tout avait tourné au drame et une pauvre orpheline y avait même perdu la vie sous la main d'une élève qui aurait dû être sous le contrôle de l'orphelinat depuis longtemps... Tout ça pourquoi? Pour le jeu? Quel jeu y avait-il à faire du mal aux autres? C'était terrible! Pourquoi le monde était-il aussi fou... aussi misanthropes... La jeune irlandaise se sentait subitement si seule, si triste... elle ne comprenait pas pourquoi elle avait subitement un profond cafard, cela ne lui ressemblait pas du tout... Ho, peut-être qu'il y avait bien d'autres choses qui la chagrinait... il y avait déjà tant d'orphelins qui étaient partis loin d'ici, des amis, des camarades qui avaient décidé de prendre leur vie en main plus tôt que prévu... Mais elle, qu'allait-elle devenir? Elle ne savait toujours pas quoi faire de sa vie... Si quelqu'un lui manquait en particulier? Il y avait Myst bien sûr... cela faisait des mois qu'elle ne l'avait pas vu... peut-être l'avait-il oublié? Lui aurait su l'aider, l'écouter peut-être.... mais il n'était pas là...
    Ho, elle avait d'autres amis, elle avait d'autres personnes avec qui parler mais... ce n'était pas pareil et puis maintenant, ils étaient surveillés de près un peu partout... c'était terrible.

    Lorsqu'elle s'était réveillée ce matin là, elle s'était blottie en boule sous ses draps dans la position du fœtus. On aurait dit un gros bébé qui paraissait peu rassuré, comme si elle attendait à ce que des gens malfaisants ouvrent violemment la porte. Mais la nuit fut étrangement tranquille... elle réussit tant bien que mal à fermer les paupières. Puis là, avec ses cheveux en bataille et sa chemise de nuit qui lui tombait de ses épaules, elle ressemblait à un épouvantail et c'était la première fois qu'elle trouva si compliquée de prendre soin de soi-même. Il lui fallut de longues minutes pour se peigner et que cela soit correct, il en fut presque tout autant pour qu'elle choisisse une tenue neutre à enfiler, une petite robe simple d'une couleur bleue pâle. Son teint était presque plus blanc qu'au naturel et ses yeux rouges peu lumineux. Lorsqu'elle avait pris la peine d'essayer de déjeuner, elle marchait comme un fantôme, nonchalamment, baillant par intermittence, fatiguée. Son plateau repas fut bien maigre et elle ne croqua que dans une pomme. La tension était palpable pour tous les orphelins qui étaient des victimes... quand on savait que certains d'entre eux étaient maltraités on ne savait où et par quels procédés. Orchid savait les jumeaux de grands plaisantins mais delà à ce qu'ils soient aussi cruels...

    Ce fut pendant son déjeuner qu'elle fut submergée par de nouvelles angoisses, de souvenirs bien mauvais, et le meurtre en image réelle de la petite fille qu'elle ne connaissait pas. Elle regrettait presque de ne pas l'avoir connue... elle était peut-être une personne adorable.... mais maintenant c'était trop tard et le temps filait à toute allure... L'albinos se rendait compte à quel point le temps passait vite, les années qu'elle avait passé ici à la Wammy's House, les multiples rencontres.... et pourtant elle faisait toujours du surplace.

    Ce fut donc sans un estomac bien rempli qu'elle repartie s'enfermer dans sa chambre pour la journée. Elle n'avait ni envie de lire, ni de se promener, ni encore moins de tenter de s'amuser comme elle avait l'habitude de faire. Ho non! Aphrodite lui avait coupé toutes ses envies, elle n'était plus d'une épave qui se laissait trainer à la dérive. Elle avait beau ne pas cesser de se dire qu'elle ne devait pas se laisser abattre, elle avait un véritable coup de blues. Elle avait même dit à sa coloccataire qu'elle ne bougerait pas de leur chambre et qu'elle ne serait sans doute pas d'une compagnie agréable pour aujourd'hui. Et peut-être pour les quelques jours à venir tant que toute cette sombre histoire ne se serait pas tue... Mais est-ce qu'un jour l'ordre serait rétabli? Après tout, les orphelins étaient plus nombreux que leurs tyrans non? Il n'y avait pas de possibilité de renverser l'ordre établi à nouveau? Qu'était-il devenu aux surveillants et autres adultes? Ne pouvait-il pas prévenir des policiers, des militaires ou n'importe qui d'autres? C'était peine perdue pour ses neurones pour l'instant, elle avait trop le moral dans les chaussettes.

    Dans son lit, elle s'était tranquillement assise, la tête sur les genoux, le regard dans le vide. A vrai dire, elle était tournée vers la fenêtre et il faisait gris, comme d'habitude. On était déjà en plein milieu de l'après-midi et elle s'ennuyait.... Toutefois, elle n'avait envie de rien faire... cela en était d'autant plus déprimant, un véritable cercle vicieux.... si seulement... si seulement il....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Quand le cafard est là... [Myst] Mar 2 Fév - 20:32

Seigneur, le monde devenait fou... Ce matin-là, Myst s'était levé, comme d'habitude, décoiffé et en forme, hélas la morosité avait très vite pris le dessus quand il s'était remémoré sa situation. Quelques temps plus tôt, il était rentré à l'orphelinat, des étoiles plein les yeux et la joie au cœur à l'idée de retrouver tout ceux qu'il chérissait: End, Vampire, les Nightmares. Orchid... La perspective de cette masse de retrouvailles l'avait fait sourire tout au long du voyage en avion (il avait eu un mal fou à en trouver un pour Winchester, d'ailleurs. On avait proposé de le parachuter d'un avion militaire, mais le sergent avait un air louche et il avait préféré décliner).

Hélas, quelques heures après son arrivée, il avait déjà compris que quelque chose clochait. La fête d'Halloween était en pleine préparation, de nouvelles têtes étaient là, d'anciennes avaient disparus. Vampire était introuvable, beaucoup de gens étaient introuvables... Les retrouvailles avec son vieux camarade de chambre End avaient été intenses, passionnées et s'étaient terminées par une gigantesque bataille de pilules à laquelle s'était joint Angel qui venait par hasard rendre visite à l'emo de son cœur. Les réjouissances avaient duré jusqu'à la nuit et Myst n'avait même pas eu le temps de passer par la chambre de l'albinos de ses pensées. Contre mauvaise fortune, bon coeur! Qu'importe! Il avait pensé lui faire une surprise pour Halloween et avait commencé à se préparer un déguisement à la nitescente allure de Sweeney Todd, le terriiiiible barbier de Fleet Street au charme ravageur. Hélas, sa coloration ayant mis un peu plus de temps que prévu à se faire -tout tient souvent à un détail-, il avait été en retard...

C'est alors que tout avait dérapé.

Les portes s'étaient refermées alors qu'il n'était qu'au bout du couloir, il avait pressé le pas et les avait trouvées fermés, de vifs coups avaient commencés à retentir de l'autre côtés et il avait assisté, à distance, à la terrible déclaration de Ghost et Willow. Damn! Il s'était immédiatement mis en quête d'un moyen d'ouvrir les huis (il n'avait, hélas, pas emporté de rasoir... Aurait-ce été bien utile?), mais les portes s'étaient rouvertes bien assez tôt et l'absurde avait commencé. Il avait bien entendu parler de cette compétition: les rois de Wammy's House, mais en riait plus qu'autre chose... Et maintenant, et maintenant... Il prenaient même des otages avec eux, dans cette stupide salle du trône! Et qui sait ce qu'il leur faisait subir... Enfin, mieux valait ne pas pousser trop loin ce genre de réflexion et ne même pas penser que...

Non, concentrons-nous plutôt sur l'objectif: dortoir des filles. Courant plus qu'il ne marchait dans les couloirs tout en tentant de rester discret (pas facile, je vous le concède), Myst n'avait qu'une idée en tête, rattraper sa bourde de l'autre jour si elle était rattrapable. Après la fête d'Halloween, il avait été mystérieusement enfermé dans une pièce sombre qui s'était avérée être un placard à balai ( il s'était longtemps demandé avec un soupçon de crainte ce que c'était que ces accessoires étranges, dans le noir...) pendant de longues heures qui s'étaient avérées être deux jours, le temps passe vite quand on s'amuse... Après avoir (enfin) été libéré par un providentiel individu qui passait par là, il était retourné dans sa chambre en essayant de comprendre. Et il avait très vite compris... A partir de ce moment-là, l'inquiétude s'était, encore une fois, emparée de lui. Une multitude de regret l'avaient assailli, et si, et si... Ces sombres réflexions appuyés de vicieux cauchemars sans doute envoyés par ces damnés consciences qui s'acharnaient sur lui. Et encore une fois, une ferme résolution s'était emparée du garçon: celle de foncer au saint des saints pour vérifier si tout allait bien. Il avait donc pris vingt secondes pour récupéré et était parti.
Banzai, donc.

Myst bouscula quelqu'un et continua sa route en s'excusant vaguement, espérant ne pas avoir molesté un sbire des jumeaux diaboliques, c'était vraiment la dernière chose dont il avait besoin. C'était tout de même fou qu'une résistance ne s'organise pas: après tout, ils n'étaient que trois ou quatre. Les gens étaient donc débiles?
Et même pas le temps de trouver End pour lui demander de fracasser la tête de ces minables, pas grave... Avec un peu de chance, on le laisserait tranquille. Bref, le temps n'était pas au pessimisme, cours Myst! (" Yes, sir!")

Il arriva, un peu essoufflé comme toujours, devant la chambre 14. La nouvelle colocataire paraissait s'appelait "Alou", drôle de nom mais il espérait qu'elle n'ouvrirait pas. Ou bien qu'elle n'ouvrirait pas seule...
Défroissant négligemment sa chemise (bleu marine) et son jean, il avança une main tremblotante vers la porte...


* Toc Toc *

Firent ses phalanges sur le bois.

" Toc Toc "


Murmura t-il, comme pour formuler son espoir. Quel espoir? Non, il ne doutait pas qu'elle soit là... Il ne doutait pas... Il tourna la tête vers la fenêtre, le temps était gris. Mauvais présage? Tout les oiseaux s'étaient envolés loin de l'orphelinat, il ne restait que quelques pigeons qui se perchaient sur les barbelés, les moineaux attendaient le printemps pour revenir.
Seigneur, que le monde devienne fou, mais faites qu'elle soit là...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Quand le cafard est là... [Myst] Mer 24 Fév - 2:14

    Erlina essayait de partie au pays des rêves, là où des images cauchemardesques ne pourraient pas venir polluer son esprit d'images affreuses. Cette satanée soirée qui avait si bien commencé et terriblement terminé lui trottait encore dans la tête et cela était d'autant plus insupportable qu'elle revoyait cette pauvre petite fille innocence se faire égorgée cruellement tel un cochon que l'on préparait dans l'abattoir. Pourquoi la gente humaine était capable de tels actes horribles quand on savait qu'elle était capable d'autant de bien? C'était un paradoxe à vous en rendre fou, d'autant plus que cela était surprenant de constater que la fibre de l'intelligence n'était jamais éloignée de l'horreur. Bien souvent les fous étaient des êtres doués d'un QI élevé, des êtres qui auraient pu être exceptionnels mais qui tournaient mal. Pourquoi perdre son génie dans la folie meurtrière? C'était vraiment du gâchis pour une fille comme Aphrodite de perdre son talent dans de telles atrocités. Orchid en avait même de la peine, de la peine pour elle. Elle pouvait tellement faire de grande chose, elle inspirait une certaine présence, elle possédait du charisme et tout ce qui fallait... Quel dommage... Le pire dans tout cela, c'était que notre Irlandaise ne méprisait pas l'orpheline mafieuse, peut-être que son esprit dérangé n'était pas de sa faute? Mais n'était-ce pas injuste ce qui était arrivé à la pauvre petite inconnue? C'était sans doute pour cette terrible raison qu'Erlina avait bien du mal à en vouloir autant à l'oppresseur de l'orphelinat. Elle ne connaissait pas la petite sacrifiée, bien que son sort l'émouvait plus que tout. Il aurait été totalement hypocrite de sa part de faire comme si elle était plus chagrinée que quiconque, bien qu'elle savait parfaitement faire preuve d'empathie sur bien d'autres maux.

    Elle tenta tant bien que mal à chasser tout cela de sa tête, mais rien n'y faisait au point qu'elle en avait les larmes aux yeux. Les évènements, son confinement, la perte de ses amis, tout cela la blasait littéralement. Et une fleur qui ne pouvait voir le soleil ni être convenablement entretenus finissait inexorablement par se faner.


    " Toc! Toc ! "

    Orchid sursauta car elle ne s'attendait pas à avoir de la visite, et Alou n'était pas censée revenir dans sa chambre en plein après-midi. C'était une jeune fille pleine de vie, enfermée ici lui aurait sapé le moral à elle-aussi. Mais le murmure qui s'échappa lui paraissait étrangement familier sans pour autant le situer rapidement. Toutefois, elle prit la peine de passer sa manche sur ses yeux larmoyants, bien que les pleurs n'avaient pas coulés. Mais qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit ce visage, cette silhouette qui lui avait tant manqué : Myst. Elle n'aurait su expliqué avec certitude pourquoi elle ressentait un tel soulagement et une telle joie de le revoir parce que cela n'était jamais arrivé avec quiconque, ou tout du moins, pas avec cette intensité. Myst avait toujours été important pour elle, une présence apaisante qui lui apportait toujours le sourire. Il était revenu!!! Et sa vue lui fit rapidement oublier son chagrin.

    " Myyyyst!!!! C'est toi!!! C'est vraiment toi!!!! Je suis contente!!!! "

    Se moquant de défaire les draps de son lit dans sa course, elle ne passa pas par quatre chemins. Dans son comportement spontanée et étonnant habituel, qu'importait la gêne que cela pouvait occasionné, elle ne laissa à peine le jeune garçon rentrer et refermer la porte derrière lui. Orchid lui sauta littéralement dans les bras tellement sa joie était grande. Là, le visage dans sa chemise, ne faisant nullement attention à la proximité qui la liait maintenant à l'adolescent amoureux du ciel, elle marmonna quelques paroles à peine audibles.

    " J'ai cru que tu étais parti comme les autres. J'ai eu peur de pas te revoir du tout! Tu m'avais pas dit au revoir, je croyais avoir dit quelque chose de mal. Je suis désolée si c'est le cas. Mais je suis contente! "

    Abandonnant alors son étreinte, les joues rouges avec un sourire aux lèvres, elle regarda son ami de haut en bas, comme pour vérifier si il n'avait rien, qu'il n'était pas blessé ou quoique se soit.

    " Je suis tellement heureuse! J'avais peur d'être complètement toute seule à nouveau... même si j'y suis habituée. Mais.... "

    Baissant alors les yeux penaudes par toute cette excitation soudaine, elle finit alors par lui poser avec la plus grande franchise qu'était la sienne la question fatidique qui lui brûlait les lèvres.

    " Est-ce que je peux te poser une question? Tu avais disparu où? Roger n'a pas voulu me le dire... il disait que tu me le dirais toi-même mais pendant un mois je n'ai pas eu de nouvelle. Je me suis inquiétée. "

    Pauvre bougresse qu'elle était, sans nul doute ne se rendait-elle pas compte dans quel embarras elle mettait le jeune garçon qu'elle appréciait tant. D'ailleurs, sera-t-elle seulement capable de mettre enfin un nom sur les sentiments qu'elle lui portait? Mystère et boules de gum...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Quand le cafard est là... [Myst] Jeu 27 Mai - 19:32

[ J'aimerai pouvoir trouver un mot assez cruel pour me décrire d'avoir été si long, mais ça serait dommage de mettre quelque chose d'aussi moche sur quelque chose qui t'est dédié (*mode Myst-Romantique-à-deux-roupies on*), donc juste "pardoooon T.T"]

On aurait pu utiliser le coeur de Myst à la place d'une machine à coudre au moment où, brisant toutes les limites de son courage titanesque, il posant une main tremblotante sur la poignée et ouvrit la porte. Autrefois, il ne se serait sans doute jamais autorisé telle incorrection envers la demoiselle-aux-cheveux d'azur-qui-hantait-ses-pensées, s'introduire dans le domaine des gens sans autorisation n'était pas sa vocation, politesse, convenances etc... (Sauf pour remplacer les pilules de End par des trucs étranges, mais c'était autres chose) Mais là situation pressait et il fallait avouer que la réserve de sérénité du garçon était en passe de se briser. Tout les souvenirs qu'il avait de la jeune fille... Au final ils se comptaient sur les doigts d'une main, ils s'étaient si peu vus, il avait si souvent négligé de voir si elle allait bien, il avait si souvent suivi End et Vampire -paix à son âme!- sans penser à elle, il n'avait même pas de photo récente d'elle. Imaginons donc l'atrocité que ça serait si... Ou plutôt n'imaginons pas! " Scarification Mentale" comme disait l'autre.
Ce fut donc avec une mitrailleuse lourde battant dans la poitrine qu'il poussa le battant... Et rien n'aurait pu le préparer à ce qui advint ensuite.

Tout se passa très vite, ses oreilles captèrent un son gai et mélodieux, un son qu'elles avaient sans doute rêvé de capter tout au long de ses deux derniers mois et qu'elles avaient sifflé pour avoir tout au long de ses deux dernières minutes... Cependant, il fallait admettre qu'il n'y croyait plus. Myst tomba donc en arrêt sur le seuil, tentant de réaliser ce qu'il lui arrivait. Pétrifié, il n'eut que le temps de refermer la porte alors qu'une silhouette indiscernable se précipiter sur lui avant de...

Le coeur noué par l'émotion, Myst laissa aller son dos sur le bois de la porte alors qu'il refermait les bras sur la demoiselle. La chaleur des bras d'Orchid le prit au coeur, familière.
Il baissa les yeux vers elle, s'assombrissant légèrement à l'évocation de son départ précipité. Il avait même faite se sentir coupable Orchid... Quel idiot il faisait, décidément. Et lui qui se targuait de la réconforter. Bon, autant tenter de se rattraper maintenant qu'il était dans la place! Il ne manquerait plus qu'il manquât à nouveau à ses devoirs envers son amie et qu'il se fasse du mal à se frapper mentalement la tête contre le mur... Faisant de son mieux pour se composer une expression sereine (et y réussissant ma foi plutôt bien), il répondit d'une voix sereine qu'il fut soulagé de ne pas entendre trembler:

" Je suis là, maintenant."


Mouais... Réplique fleur bleue et usée jusqu'à la corde, mais il espérait que ça convienne à la situation. Il ne pouvait bizarrement jamais s'empêcher de regarder ce qu'il disait avec des yeux sarcastique quand n'importe quelle réplique de la dernière bizarrerie lui paraissait toujours comme de l'or pur quand elle sortait d'une certaine bouche. Il était ce qu'il était mais, décidément, ce qu'il était était vraiment fatiguant... Il écouta avec un sourire triste la demoiselle lui faire conte de ses malheurs et de ses attentes, décidément... Enfin, vint le temps des explications. Là, une légère et honteuse rougeur vin colorer les joues du garçon, comme celles d'un enfant pris en faute. Que dire? Que dire sinon qu'il avait lâchement et honteusement abandonné l'orphelinat pour prendre des vacances...? Que dire sinon qu'il n'était revenu que juste à temps, quelques heures avant le drame et qu'il n'avait évidemment rien pu faire? Myst se mordit la lèvre. Que dire, que dire? Que dire sinon qu'il s'était tiré sans raison valable, qu'il avait dû partir en catastrophe de peur de louper son avion et qu'il avait, sous ce prétexte, négligé les adieux?


" Je... "


Pauvre enfant, il en avait les larmes aux yeux... Il se mordit la lèvre en essayant d'enrayer le torrent de pensées (pessimistes, comme toujours) qui lui venaient. Orchid allait le trouver stupide, à force qu'il dise des bétises, à force qu'il en fasse... Et maintenant, le voilà qui a du mal à confesser son crime devant le Saint-Ange en personne (Sainte-Orchid ♫ ameeen), allez un petit effort.

" J'étais parti en voyage. Loin d'ici. Je voulais juste... Voler."


Une pause.


" D'ailleurs, j'ai réussi."


Encore une pause.


" Je..."


Et la vanne s'ouvrit enfin. Il s'avança (de lui-même, je vous jure!) vers Orchid et lui saisit les bras et se lança enfin à son tour dans la question qui le tracassait depuis son réveil:


" Mais... Mais ce n'est pas moi l'important! Avec tout ce qui s'est passé après mon arrivée, j'ai tellement craint qu'il ne t'arrive quelque..."


Il fut incapable de finir sa phrase, la gorge noué par l'émotion. C'était sans doute idiot, à son âge, de faire autant de chichis avec sa propre tête, mais c'était ainsi, et personne n'avait jamais osé (pensé? Qui sait...?) lui reprocher. Pourtant, lui qui sentait ses yeux le picoter refusait, dans un absurde effort pour conserver le peu de crédibilité qui restait à son image de mâle virile et intouchable (on s'esclaffe en coeur!), lui cherchait désespérément un moyen de se cacher à la vue d'Orchid... Ses efforts étant considérablement bridés par son refus en bloc de l'hypothèse " quitter la chambre en courant" (idiot mais pas fou), une autre se glissa subrepticement dans son subconscient...
Et s'imposa avant même que sa pudeur n'ait eu le temps de la désintégrer.

C'est ainsi qu'une seconde plus tard, Myst la prit dans ses bras. Au milieu du mouvement, il avait vaguement tenté d'enrayer la brusquerie de la chose juste avant de se rendre compte qu'il n'avait sans doute, de toute façon, pas assez de muscle pour faire du mal à une mouche (quoique, à une mouche éventuellement...). Un vieux réflexe surgissait d'un passé lointain et poussait sa main, comme à travers un voile, vers les cheveux d'Orchid, les cheveux bleus dont il n'avait jamais su s'ils étaient teints ou pas. Myst abandonna sa main à eux, le temps de refouler ses larmes de crocodiles, juste quelques secondes...

" Orchid..."


Plus une pensées qu'un murmure...
Puis il desserra sa prise. Espérant ne pas lui avoir cassé un os.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Quand le cafard est là... [Myst]

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le cafard est là... [Myst]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
» Le verdict. Le deuxième tour à quand?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Complément :: ♔ Corbeille :: ♔ The Past - Ancien WH-