Partagez | 
 

 Pan ! Crève-cœur, crève-cible !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pan
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House / Agency
Double Compte:
Âge: 16 piges / 24 ans
Sujet: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 17:42

I'M READY TO GO.

Pan ■ Phoebe Colt


âge : 16 ans
date de naissance : 02 avril 1997 -à un jour près c'était la blague !
qi : 169.
sexe : Aussi fille qu'on peut l'être en préférant discuter beretta plutôt qu'etam.
origine : 50% American girl côté papa & 50% irlandaise côté maman ; naturalisée britannique.
ancienneté : 3 ans. Elle fait presque partie du paysage maintenant : Pan la plante verte un peu trop bruyante de la classa gamma, personne ne la connaît pas. Sauf les nouveaux. Mais ça dure jamais longtemps.
manie : Nettoyer les verres de ses lunettes toutes les 5 minutes... Même quand ils sont propres. Pour le fun. Et pour répondre à ses instincts de chasseuse-de-poussière compulsive.
Ah, et puis elle ne peut pas s'empêcher de lancer des phrases chocs ou sans queue ni têtes, c'est une sorte de manie débile qui la fait toujours bien rire parce que dès fois, les réactions valent carrément le coup.
Elle donne toujours des surnoms débiles aux gens. A leur grand malheur.
cheveux : Teints en vert pétant. En vrai ? Tignasse rousse flamboyante, vive ses racines irlandaises !!
yeux : Vert aux pâles relents de sommeil, éteints et assombris par cette usure ravageuse ; mais grâce à la magie des lentilles les voilà verts absinthe. Des yeux de sorcière couleur alcool. Cool, non ? Des yeux du genre trou noir qui vous aspirent impitoyablement dans le pays des Merveilles de Pan-la-folle.
peau : Très blanche, avec des tas de taches de rousseur dans le dos. Peau de rousse quoi. L'horreur. J'vous dit pas comme ça fait mal (et rouge) en été.
taille : Normale. Trop ! 169, comme mon qi tiens !
tatouage/piercing : Un piercing au nombril. Pas de tatouages permanents, mais accro à ceux des malabars, parce que c'est cool. Ou alors des dessins faits maisons, ça fait aussi comme un tatouage mais en moins douloureux. Et ça s'efface en plus.
corpulence : Normale. Trop.

you're gonna go far, kid.


Choisir une seule et unique réponse à chacune des questions ci-dessous ; un membre du staff viendra ensuite vous communiquer votre classe.
Définissez-vous en une phrase.
    ■ Non.
    ■ Dans un souci d'objectivité, je pense qu'il faudrait poser la question à mes amis...
    ■ Anthropologiquement parlant ou bien ?
    ■ Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?
    ■ Je suis un.


Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
    ■ Une bataille navale.
    ■ Les hauts de Hurle-vent.
    ■ Le DVD d'Ed Wood par Tim Burton.
    ■ Un poisson rouge.
    ■ Une corde.


Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
    ■ Finnegans Wake de James Joyce.
    ■ H2G2 : The Hitchhiker's Guide to the Galaxy de Douglas Adams.
    ■ Totem et Tabou de Sigmund Freud.
    ■ Harry Potter de J.K Rowling.
    ■ Les 120 journées de Sodome du Marquis de Sade.


Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
    ■ « Le si n'aime pas le ré pour la centième fois ! »
    ■ « Ton niveau s'élève à la dérivée d'une constante. »
    ■ « Plus vite ! Hé que ça saute ! Allez ! Merde ! »
    ■ « D'un point de vu biologique... »
    ■ « Je comprends ce que tu ressens... »


La petite manie dont vous vous passerez bien ?
    ■ Câliner tout le monde.
    ■ N'avoir aucune notion du temps.
    ■ Faire des private jokes.
    ■ Accro au high five.
    ■ Caser des citations partout.


Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    ■ Faire mes devoirs. Mais je les ai jamais fait, commencer maintenant serait pas judicieux pour ma réputation.
    ■ M'excuser au près de la personne que j'ai insulté il y a trois semaine. Peut-être. On verra.
    ■ Quelque chose que je dois faire ? Euh. Non non, j'ai fini ma classification, ma maquette de l'ADN, tout est bon. Non ?
    ■ Ranger ma chambre si je trouve un jour le temps.
    ■ Lécher les bottes du professeur pour m'accorder un délai supplémentaire si j'ai pas la flemme...


it's time to begin, isn't it ?

Audacieuse & à du cran ■ Déterminée ■ Perfectionniste, Observatrice & Méticuleuse ■ Énergique & Passionnée ■ Spontanée & Instinctive ■ Sociable & Protectrice
Extravagante & Sans gêne ■ Maniaque ■ Imprévisible, Provocante & allergique à l'autorité ■ Bavarde ■ Joueuse & mauvaise joueuse ■ Rancunière


« Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. »

Pan, ça se voit tout de suite qu'elle est pas vraiment la fille la plus commune du monde. Pour ne pas dire qu'elle a l'air d'être une extraterrestre totalement décalée et délurée mentalement comme physiquement. C'est sans doute l'effet cheveux vert (vert = extraterrestre ! ah ah ! Non, vous avez pas compris le jeu de mot ?) Mais ça, c'est juste de la poudre aux yeux. Parce que Pan est bien aussi bizarre à l'extérieur qu'à l'intérieur, à croire qu'elle s'amuser à démonter le fameux proverbe "l'habit ne fait pas le moine". Explosion de couleurs : voilà que Pan est entrée dans la pièce. Pan et son rire franc et communicatif, Pan et ses yeux pétillants de malice, Pan et ses mouvements manquants d'assommer ceux qui sont trop proches, Pan et son bavardage incessant....
Pan semble plutôt simple, ce n'est pas du tout le genre de fille qui se pose des questions existentielles ou part dans de grandes réflexions de super génie.... Non, c'est plutôt du genre qui agit et parle avant de penser à ce que ça va donner ; qui en fait se contrefiche totalement des regards, de l'image qu'elle renvoie. Elle agit sur l'instant, dans l'action de l'instant décisif. Impulsive, instinctive, sans prise de tête. Point.

Pan est capable de perdre la moitié de l'école dans son flot quasi impossible à interrompre de paroles -à croire que le bouton "off" a été oublié sur ce modèle de génie-là, et qu'ils se sont trompés en mettant la pile parce qu'il est pas commun de trouver aussi survolté et empli d'énergie que Pan. Cette fille, c'est un tourbillon, le genre d'extraterrestre super actif presque toujours la première à réagir et à rire, que les blagues soient nulles ou non, que ce soit des blagues ou pas d'ailleurs.... Meubleuse (oui, ça n'existe pas, mais ça correspond au contexte déjanté donc tout est pardonnable) professionnelle de silence, il est impossible de ne pas la remarquer tant elle est douée pour prendre de la place, souvent avec un manque de délicatesse certain... Sans gêne et sans tact, savant mélange pour une adolescente abonnée à sortir des tas de conneries. Ah, mettre les pieds dans le plat : encore une chose pour laquelle elle est douée !
C'est vrai qu'elle fait parfois tâche, avec son excessivité naturelle, et son tempérament immature-enfantin un peu trop présent. Pan paraît superficielle, simpliste, habitante d'un monde de bisounours arc-en-ciel droguées au pilules de bonne humeur. Mais elle n'y peut rien si sa spontanéité naturelle est plus forte que tout ! Et puis, Pan est une grande gueule, elle ne supporte pas de rester inactive ou silencieuse, et est toujours là pour hurler son opinion et se soulever contre ce qui ne lui plaît pas. Miss est une rebelle, les règles et l'autorité, elle les a en horreur.... Elle peut bien sur plaider la crise d'adolescence, mais en fait elle est juste une polémiste née, dotée d'un horrible esprit de contradiction, et provocante et effrontée ; toujours là pour faire entendre son opinion. Pan à un sacré caractère, on ne peut pas le nier. C'est une excessive excentrique, une surprenante fille au caractère extravagant et aux goûts singuliers. Elle aime se faire remarquer, elle aime provoquer des scandales et agir de façon illogique et surprenante ; mais en fait elle ne fait même pas exprès. Eh non, tout n'est pas calculé, si Pan tient bien à quelque chose c'est à rester elle même, malgré et contre tout. Alors ne lui demandez pas de changer pour vous faire plaisir, elle ne le fera pas. Pan, on peut l'adorer, la détester, mais dans tous les cas on ne saura jamais sur quel pied danser avec elle. La fréquenter, c'est être sur de ne jamais être au bout de ses surprises... et de problèmes. Parce que les polémistes ont ce don que de s'attirer des ennuis ou qu'ils aillent, ainsi est l'injuste destin de ceux qui insoumis se lèvent et se battent pour ce en qui ou en quoi ils croient. Pan, elle a beaucoup de défauts (comme le fait qu'elle soit une très, mais très mauvaise joueuse), mais elle reste fidèle et loyale à ceux qu'elle aime ; du genre touchée par le complexe de superman lorsqu'ils s'agit de ceux qu'elle apprécie. Vous savez, sauver le monde, le sens du sacrifice, l'esprit combatif ; bref tout le pack "complexe de superman" !!
En parlant de combatif, Pan, c'est une mauvaise idée de la battre sur son terrain. Dans son petit cerveau contaminé par le perfectionnisme extrême (elle ne s'arrêtera pas tant qu'elle ne sera pas satisfaite d'elle) miss Pan est dotée d'un terrible esprit de compétition. Un truc de sportif surement. Pourtant, elle n'est sportive que lorsqu'il s'agit de tirer, parce que demandez lui de vous faire un petit marathon et la voilà qui s'écroule au bout d'un mètre ! Très endurante la petite, oui oui. Non, la seule chose pour laquelle elle est persuadée d'être la meilleure (attention à vous si vous tentez de la convaincre du contraire !) c'est au tir. Elle est précise, elle se maîtrise parfaitement ; une arme en main elle se transforme totalement pour devenir sérieuse, concentrée, et bien décidée et toucher son but quoi qu'il advienne. Concentration, maîtrise de soi, technique ; tous les éléments du succès, des éléments qu'elle détient uniquement pour le tir. C'est assez flippant en fait, une Pan armée, parce qu'elle a carrément une tête à faire se stopper un taureau en pleine course pour partir en courant dans l'autre sens. Le plus vite et loin possible.
Et alors, osez réussir un tir mieux qu'elle, et la troisième guerre mondiale est déclarée.
Et alors, adieu !

Mais il ne faut pas s'y fier, à ses dehors loufoques, simplistes. Pan est bien plus complexe que ça, bien plus torturée aussi. Quiconque ne se laisserait pas noyer sous son flot de paroles découvrirait que Pan est beaucoup plus redoutable qu'elle ne la paraît, et pas seulement lorsqu'elle tient une arme à feu. Car son esprit est très vif et ses capacités d'observation et d'intégration des d'outils les plus infimes sont particulièrement élevées. Les réflexes de Pan sont exceptionnels, ne sous estimez pas son temps de réaction ou vous pourriez prendre cher... Parce qu'elle est comme un molosse la petite Pan, elle n'abandonne pas, sa fierté, son orgueil ne pardonnent pas facilement et elle fera tout pour vous prouver qu'elle n'est pas aussi adorable et superficielle que son optimiste à faire peur, son côté affectueux, tactile et bourré d'humour et sa légèreté apparente ne font croire.... Mais un bisounours vert plein d'entrain ne se refait pas, et Pan le feux-follet reste la seule folle furieuse capable de sauter avec une exclamation ravie dans les bras de l'individu le plus peu fréquentable de l'orphelinat, juste pour le fun, juste pour montrer qu'elle n'a pas peur, ou juste par esprit de contradiction.
Ou juste parce qu'elle est stupide, irréfléchie et inconsciente ; au choix.

La si emplie d'audace Pan est en fait tout sauf inconsciente et légère, simplement elle ne le montre pas. Elle ne veut pas finir comme son père, elle ne veut pas se laisser bouffer par sa culpabilité et sa douleur.... Et pourtant, elle le fait. Eh non, ça ne se voit pas, mais Pan est rongée, comme un vieux bout de métal abandonné dans la poussière, détruit par l'usure du temps. Rongée, torturée, hantée comme une âme en peine à la rancune tenace, mais dont l'objet de cette rancune n'est autre que lui même. Elle s'en veut, elle se déteste, elle se maudit, elle ne se pardonne pas, et elle s'isole avec ses démons dans cette lande désertique et déglinguée qu'est devenue son cœur. Et tant qu'elle n'y remédiera pas, elle continuera à sombrer.

Espérons juste qu'elle n'entraînera personne avec elle.

'cause they'll be a day when you're standing in the hall of fame




Pan. Pan. Pan. Pan. Pan. Pan.
Pan. Encore et encore. Pan.
Une musique, un credo, un art de vivre. Ce pan, enhardissant, ensorcelant. Il subjugue, il berce, il meuble, il brise, il éclate. Les barrières, les limites, elles explosent sous ce pan retentissant. Sous ce pan sous lequel la vie de Phoebe semblait être placée.

"Pan", ça pouvait signifier tout et n'importe quoi. D'ou le fait que les autres petits génies, ces êtres que la fatalité avait placé sur la route de Phoebe, se creusent souvent la tête pour savoir la vraie raison. Supposition une : le dieu Pan, parce qu'elle était probablement atteinte d'un degré de folie plus intense encore que ce qu'il n'y paraissait déjà, et d'une tendance à la mégalomanie sévère ? Supposition deux : Pour le fameux Peter Pan alors, parce que ce gamin qui refuse de grandir peut carrément taper sur le système, et que le vert est sa couleur comme les cheveux de Phoebe... Sans l'option collants et vol intégré ça peut correspondre, vu comme elle a du mal à supporter les adultes et vice versa. Supposition trois : un pan de mur, parce que c'est bien connu que les murs sont faits pour être franchis... Enfin ça l'est dans l'esprit tortueux de Pan en tout cas. Supposition quatre : Onomatopée. Coup de feu. Pan ou la détonation mortelle qui cause tant de souffrances dans le monde. Pas mal tordu dans le genre d'idée de prénom. Mais après tout, Pan n'était pas la personne la plus normale qui soit, et il lui fallait un pseudonyme à sa mesure.

Inconscients. Des génies aveugles, qui ne comprennent rien à rien. Qui ne comprennent pas que ce pan est réconfortant, qu'il l'accompagne comme une mère aimante, comme un père instructeur, comme le verrou de ses souvenirs et de ce passé trop douloureux qu'elle traîne derrière elle. Aussi réconfortant qu'il la heurte, qu'il la détruit petit à petit ; ce Pan qu'elle a choisi comme nom est sa punition et le gardien de ses actes passés.
Ils n'entendent pas la mélodie merveilleuse qu'est le pan. Pas n'importe lequel. Celui qui retentit dans la salle de tir, lorsque casque sur les oreilles, bras et muscles tendus, œil aux aguets, elle tire. Pan qu'elle s'appelle. Ca aurait pu être Green, Gun, Crazy, Color, Feux-follet.... Ca aurait pu être beaucoup de choses.

Mais non.
Pan ! Pan ! Pan !
Pan elle vise, elle tire, et elle atteint son but. Elle ne rate jamais. Jamais. Elle a toujours su tirer, déjà avant d'arriver à la Wammy's House. Déjà, lorsqu'elle empoignait une arme à feu son expression perdait ses airs d'imbécile heureuse et ses yeux.... Ils devenaient de glace, et alors ses cibles si elles avaient pu parler auraient hurlées de terreur. Et de douleur. Pan. En plein dans le mile. Le centre, toujours. Viser, tirer, gagner. Echouer ? Ce mot, il n'est pas dans son vocabulaire. Il l'était, mais il est mort en même temps que son père. Robot parfaitement huilé, Pan tire et touche son but. Toujours. Mécanique, ses mains sont faites pour enlacer la crosse des armes, comme taillées, formées dans ce seul but ; pour les enlacer presque amoureusement comme elle ne le fait avec nul autre. Ses yeux à la vision quasi parfaites ont été placés ici dans la seule optique de voir, avec précision, la cible à abattre. Pan.

En arrivant à la Wammy's House, Phoebe savait déjà tirer. Bien. Très bien même. Elle en avait reçu, des regards stupéfaits, méfiants, jaloux aussi. Beaucoup de jaloux, parce qu'elle ne manquait jamais d'obtenir ce qu'elle voulait. La victoire. Le but. Le tir parfait.
Phoebe n'était plus. Avait-elle seulement déjà été ? Phoebe avait laissé la place à Pan, celle qui ne faillit pas, celle qui réussit toujours telle une balle atteignant systématiquement le cœur de la cible. Celle qui n'a pas de passé, pas de souvenirs, juste ses réflexes, son talent. Pan. Le présent, elle le vit plus intensément que tout autre. Elle vit lorsqu'elle a un flingue ou un fusil dans les mains, lorsqu'elle à un but à toucher. Et qu'elle le touche.

Pan.

*******

A croire que le destin, ça existait vraiment, et qu'elle était préparée depuis sa naissance à ne pas vivre normalement.

Colt qu'elle s'appelait. Phoebe Colt, comme ce génie qui avait fait en sorte que les jouets préférés de son père existent. Elle n'avait pas de Colt que le nom, elle l'avait dans le sang. Son père, tireur d'élite dans l'armée américaine. Un des meilleurs. Pour ne pas dire le meilleur. C'était ce qu'il disait en tout cas, lui ce si grand guerrier au regard tranchant qu'une balle de fusil allant à plus de huit-cent cinquante mètres par secondes.
Rectification : son père, ancien sniper dans l'armée. Radié parce qu'il avait déconné. Gravement. Il ne lui avait jamais dit pourquoi, même avec sa bouteille de whisky vide sur la table, même avec ses yeux embrumés par le trop-plein habituel d'alcool et de dévorante rancune. Son père, ce zombie au regard vide et hanté, affalé toute la journée dans le canapé avec ses bouteilles vides, ses cigarettes enfumant le maigre espace. Son père, qui n'avait pas toujours été aussi haïssable.

Phoebe Colt, elle était née au pays des armes légales et maîtresses de toutes choses. Sa mère venait d'Irlande, loin là bas ou les hideux buildings modernes laissaient place à l'herbe grasse et aux plus simples plaisirs. Sa mère, elle lui vendait du rêve, lorsqu'elle était gamine. Elle lui racontait des tas d'histoires abracadabrantes, inventées de toutes pièces. Et Phoebe, elle aimait ça. Sa mère, pilote de chasse dans l'armée. Pas une des meilleures, mais une bonne quand même. Elle lui parlait des plus hautes nuages, de l'ardente passion de l'altitude et du vol acrobatique. La liberté dans les airs, la liberté dans le ciel, dans le vol sans contraintes, sans barrières, sans frontières.... Prendre des risques, c'était dans le sang de Phoebe.
A cette époque là, le père Colt était le héros des histoires de la mère. La valeureux soldat sans peur qui n'échouait jamais. Les obstacles n'étaient pas vraiment appréciés par les Colt. De toute façon, ils ne faisaient jamais long feu face au désir de voir les murs s'effondrer sous le poids des trop nombreuses balles.

*******

Elle avait trois ans, la première fois qu'on lui avait mit un flingue dans les mains. Un jouet en plastique d'un banal, vert pétant. Il faisait "pan" lorsqu'elle appuyait sur la gâchette. Ça faisait rire Phoebe. Un pan était toujours égal à un rire, c'était quasi surnaturel, c'était comme ça. Elle aimait ce son. Elle aimait le vert aussi.

*******

Phoebe, ce n'était pas la petite fille aux poupées et aux robes de dentelle. C'était la gamine qui courait partout avec ses armes-jouets, ses pensées pleine de guerre, de "pan", de vols hors des limites humaines.... C'était la petite aux pantalons déchirés et tachés, aux paroles utopiques et rêveuses qu'elle était la seule à comprendre... Phoebe, c'était l'illogique incarnée, l'intellect immense gâché par son désir irrépressible de faire le contraire de ce qu'on attendait d'elle, de courir les rues plutôt que de travailler, de jouer avec ces armes plutôt qu'avec ces autres. Phoebe, c'était l'illogisme pour tout sauf pour les armes, les distances, les détails. Elle avait un don certain pour voir les plus petits détails, ces choses que personne ne remarquait sauf elle. Et à force de voir le plus complexe, le plus subtil, elle manquait ce qui crevait les yeux.... Comme le fait qu'elle n'avait pas d'autres amis que ses jouets de garçon manqué, et qu'elle s'éloignait peu à peu de la réalité.

*******

Elle avait neuf ans la deuxième fois. C'était un vrai revolver, un peu trop lourd pour ses bras enfantins. Elle avait attendu que sa mère aille "réconforter" son père comme elle le faisait tous les soirs (mais encore plus depuis qu'il avait été démis de son grade) ; et puis elle était entrée dans le bureau. Pour ouvrir le tiroir. Toucher l'interdit, et aimer ça, et admirer de ses yeux de gamine la beauté de l'engin. La puissance.
Elle s'était endormie sur le sol, le revolver dans les bras. Elle n'avait jamais entendu sa mère autant hurler, secouer, tempêter, pleurer à son réveil. Ses joues l'avaient brûlées, beaucoup.
Elle s'était dite que si elle n'aimait pas les conséquences, elle avait aimé l'instant ou ses doigts s'étaient difficilement liés à l'arme. Elle voulait être comme son père, la guerrière sans peur et sans erreurs. Elle avait envie d'y toucher à nouveau, à l'interdit, à l'hors du commun.


*******

Elle avait vraiment changé le jour ou elle avait vu l'avion de sa mère s'écraser à la télé. C'était comme un film catastrophe, sauf que c'en était pas un. Que c'était la réalité, et que sa mère était morte comme ça, à cause d'un fichu problème technique. Mauvaise vérification, qu'ils avaient dit. Un simple accident.
Connards.

Elle avait acheté une boîte de coloration verte au supermarché. Elle se l'était mise elle même. Sa mère avait toujours dit non quand elle lui parlait de vouloir se colorer les cheveux en vert, parce que le vert était clinquant, instable, symbolique. Le vert c'était des tas de chose, les billets, les tables de jeu, le démon, la jeunesse, l'instabilité. Le vert, c'était comme pour signer sa différence, comme pour crier au monde "Regardez moi, mes cheveux sont vert et je suis fan des armes à feu, et alors ?!!!". Rebelle petite Phoebe, qui pour fuir la réalité trop dure se cantonne dans son monde illusoire dominé par la Folie et le rêve.
Il fallait bien au moins ça pour supporter de voir son père dépérir, jour après jour, sans sa mère. Il dépérissait, elle sauvait les meubles. Nettoyer, dépoussiérer, ranger, tout faire à la maison. Chuter scolairement parce que personnellement ça demandait toutes ses maigres capacités. Survivre pour deux.

*******

Elle avait onze ans la troisième fois. C'était après l'enterrement, la pluie, les larmes, le mal de cœur. Son père le lui avait mis dans les mains et l'avait emmenée au sous-sol. L'endroit interdit, le saint des saints. Réserve d'arme personnelle dans cette salle blindée, sécurisée et préparée exprès pour l'entraînement au tir.

*******

A partir de là, elle n'avait plus souvent été sans toucher aux armes. Son père lui avait tout appris. Le fonctionnement. Les noms. Les chiffres. Les règles. Les positions. Quand il ne buvait pas, il lui apprenait à tirer. Et elle aimait ça, ce sentiment de puissance qui la prenait lorsqu'elle avait ces instruments de mort, de destruction massive dans les mains. Elle aimait ça, parce qu'elle s'amusait avec ce jouet qui n'en était plus un. Parce que là ou à l'école elle récoltait moqueries et regards d'incompréhensions à cause de son incapacité à s'adapter au rythme scolaire et son tempérament fantasque ; avec son père elle avait un model, elle gagnait la fierté et découvrait sa vocation. Tirer. Elle adorait ça, s'entraîner jusqu'à l'épuisement, faire tout pour devenir meilleure. Quand ses bras tremblaient trop, quand ses yeux s'embuaient de fatigue, elle tenait bon en espérant toucher le centre.
Elle l'avait dans la peau, le tir. Elle ne réussissait pas toujours, mais elle n'était jamais plus heureuse que quand elle y arrivait. High five !

*******

Elle avait treize ans la fois ou elle avait tiré sur son père.
Il était sorti, et pas elle. Non, elle s'entraînait en bas, à l'abri dans cette salle de tir illégale mais adorée.
En allant se coucher, elle avait entendu des bruits suspects. Vitre qui se fait briser. Inconnu qui entre par effraction dans sa maison.
Et avait été dans le bureau de son père. Elle avait fait la même chose que quatorze ans auparavant : ouvrir le tiroir, prendre le pistolet. Sauf que maintenant elle savait enlever un cran de sûreté. Sauf que maintenant il n'était plus trop lourd pour son bras. Sauf que maintenant elle savait ce qu'elle faisait.
L'homme dans l'ombre s'était approché. Elle avait peur. Très peur. La panique ça n'allait pas avec le boulot de tireur, son père le lui avait toujours dit. Mais là, du haut de ses treize ans, la gamine avait prit peur. Et instinctivement, elle avait appuyé sur la détente.

« Pan ! »

Dans le mille.
Le mauvais mille.

Son père, il avait oublié les clés.


*******

Elle avait treize ans lorsqu'elle était devenue orpheline.
Elle avait treize ans lorsqu'elle avait tué quelqu'un pour la première fois. Crime involontaire, accidentel, commis par un mineur se croyant attaqué. Elle n'avait pas eu de problèmes, bien sur. Elle n'avait pas fait exprès.

Elle avait treize ans. Elle était devenue orpheline par sa seule faute.
Elle avait tué son père.

Meurtrière.

Elle avait treize ans lorsque la berline noire l'avait emmenée dans un orphelinat pour d'autres gamins comme elle : des bizarreries de la nature dotés d'un qi (un peu) plus grand que la moyenne. Autant dire qu'elle ne s'y était pas attendu, elle qui n'avait jamais imaginé être autre chose qu'une tireuse d'élite, plus tard.
De toute façon, ce n'était pas comme si trois malheureux chiffres allaient changer sa vie. 169. Ils restaient de simples chiffres, et elle une simple fille. Une simple gamine aux mains recouvertes du sang de son père. 169, c'était dérisoire, sans importance.

169.

*******

Ils lui avaient demandés de tout oublier. Faire table rase sur le passé. Le passé était passé, elle était le futur.
Ah ah ah. Ils avaient le sens de l'humour, ces anglais. Ce n'était pas comme si elle avait le choix de ne pas leur obéir, alors elle l'avait fait, Phoebe. Changer de nom. Rompre les ponts avec le passé... En même temps avec qui aurait-elle pu garder contact ? Les cadavres ça n'a pas de numéro de téléphone aux dernières nouvelles.

Connards.
Elle les haïssait. Elle haïssait ces adultes qui la forçaient à faire croire qu'elle avait oublié. Mais comment oublier ? Les cauchemars qui la réveillaient la nuit, la peur de s'endormir qui la rendait insomniaque, les souvenirs qui la hantaient.... A la fin elle pouvait essayer, mais ça fonctionnait pas. Elle n'oubliait pas. Et ça la tuait.

Mais chut. Pan, c'est la fille rigolote à l'humour tout pourri qui, rafale d'énergie surnaturelle, vient perturber l'équilibre des choses. Pan, c'est la fille un peu simplette d'apparence qui porte toujours des lunettes même si elle voit parfaitement, un peu lourde, un peu trop.... Non, trop bavarde. Pan, c'est la fille sans prise de tête, cool quoique totalement décalée. Pan, c'est la fanatique des jeux de guerre, la maniaque de la poussière et la tireuse de génie qui à quasiment élu domicile dans la salle de tir. Les paris vont bon train quand à savoir si elle va pas demander de quitter sa camarade de dortoir pour cette bonne vieille salle d'entraînement.
Pan, elle a bien essayé de toucher à ces poudres, à ces joints dont les jeunes raffolent. Elle a essayé l'alcool, les trucs à base de champignon qui vous rendent euphorique ou vous font complètement disjoncter. Elle a tout essayé, mais en fin de compte sa drogue à elle, c'est le tir. Son addiction la plus aimée et la plus détestée en même temps ; s'en passer c'est comme s'arrêter de respirer. Ne pas s'en passer c'est comme se tirer une balle dans le cœur, encore et encore.

Mais quitte à choisir entre se laisser dépérir et se tuer de culpabilité tout en vivant, elle a choisi.

Pan !
Et dans le mille, s'il vous plaît !


i got sunshine in my bag.

pseudonyme : Ziel
âge : 17 ans.
sexe : Fille !
avatar : Gumi Megpoid - Vocaloid
découverte du forum : Un pur hasard, en cherchant des avas sur google !!! Je suis tombée sur celui de Hammer, je le trouvais classe et j'ai été voir.... Et pan, une balle en plein coeur et voilà que j'ai un coup de foudre !!! wub
est-ce votre premier forum rp ? Non. Mais ça fait un moment que j'ai pas écrit, donc je suis un peu rouillée. Il risque d'y avoir pas mal de trucs pas géniaux dans ma fiche, je me prépare au pire des critiques ! xxD


Dernière édition par Pan le Dim 16 Mar - 20:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreamy
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H/A
Double Compte:
Âge: 15 ans/23 ans
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 18:54

Bonjour et bienvenue sur la Wammy's House !

Ton personnage est un Shape ! Mais avant que je ne puisse te valider, il y a quelques trucs que tu devras changer :

Déjà, tu est inscrite sous le pseudonyme de Bang, alors que dans la fiche il y est marqué Pan. Tu dois changer l'un des deux. Ensuite, le pseudonyme des orphelins doit commencer obligatoirement par la première lettre de son nom ou de son prénom.

Ensuite, ce n'est qu'un détail peut-être, mais les yeux vert-pomme-flashy, j'y croit pas x) Elle peut très bien porter des lentilles cependant.

Après, j'aime vraiment beaucoup l'histoire et le personnage. Bref, tu règles juste ça et tu es validé !




♔ ♔ ♔

AU MON DIEU UNE CITROUILLE ZAVEZ VU CA UNE CITROUILLE LOL CA C'EST TROP COOL OLOLOL ET DE LA NEIGE, DE LA NEIGE PARTOUT YAY BEST DAY OF MY LIFE EVER PATATO

WTF ? (Where's The Food ?)


Minus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Near
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 14 / 22
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 19:38

L'admin niaise te souhaite la bienvenue en mode VIP parce que GUMI.

/repart sur une licorne

Bienvenue !

♔ ♔ ♔





The universe works on a math equation
that never even ever really even ends in the end
Infinity spirals out creation


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Pan
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House / Agency
Double Compte:
Âge: 16 piges / 24 ans
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 20:54

Dreamy : Merci beaucoup !!!! *o*

Vous allez vous moquer de moi, mais en fait c'est que je suis un boulet et pour une raison stupide je me suis trompée en écrivant le pseudo !! *se cache* Et donc j'avais mp un admin pour le transformer en "Pan" ; vu qu'on ne peut pas changer nous même !! ^^

J'ai changé le véritable prénom ainsi que le détail de la lentille ! Very Happy

Near : Neaaaar !!!  wub Je suis honorée de ton bienvenue VIP, merci ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreamy
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H/A
Double Compte:
Âge: 15 ans/23 ans
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 21:53

J'arrange ça pour le pseudo, et sinon, tu es validééééé ! o/

N'oublie pas de trouver une spécialité sportive à ton personnage (tu peux consulter le bottin si tu n'as pas d'idées), et de demander une chambre.

Amuse toi bien !

♔ ♔ ♔

AU MON DIEU UNE CITROUILLE ZAVEZ VU CA UNE CITROUILLE LOL CA C'EST TROP COOL OLOLOL ET DE LA NEIGE, DE LA NEIGE PARTOUT YAY BEST DAY OF MY LIFE EVER PATATO

WTF ? (Where's The Food ?)


Minus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pan
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House / Agency
Double Compte:
Âge: 16 piges / 24 ans
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible ! Sam 15 Mar - 22:57

Merci beaucoup !!!!  Razz 

Heureuse de vous rejoindre officiellement !!! ;D

Et je prends spécialisation en tir sportif !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Pan ! Crève-cœur, crève-cible !

Revenir en haut Aller en bas
 

Pan ! Crève-cœur, crève-cible !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marche ou crève . ( Autumn )
» L'écume des vagues vaut toute les promesses que la vie peut nous faire
» « Chaque tir n’atteint pas sa cible, chaque prière n’est pas exaucée. » [Mad]
» Noélie ? Maxime Laquel ?A cette réalité qui te crève.
» UTOPIA ? Tu tombe, tu te relève jusqu'au jour où tu crève ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: Orphelins validés :: Shapes-