Partagez | 
 

 Just call his name ♠ Blossom.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Blossom avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 16 ans
Sujet: Just call his name ♠ Blossom. Ven 26 Juil - 3:15

I'm haunted ♪


Blossom ■ Amy Katie Riverwood.



âge : 16 ans.
date de naissance : 19/05.
qi : 191.
sexe :♀.
origine : Anglaise du coté paternel, Américaine du coté maternel.
ancienneté : Deux ans.
manie : Se tapoter la lèvre inférieure de son index droit.
cheveux : Rouge écarlate.
yeux : Bruns.
peau : Claire.
taille : 170cm.
tatouage/piercing : Nop.
corpulence : Fine.

Words ♠ Mythologie gréco-romaine.


You're gonna go far, kid.


Définissez-vous en une phrase.

    ■ Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?


Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?

    ■ Une corde.


Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?

    ■ Harry Potter de J.K Rowling.


Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.

    ■ « Ton niveau s'élève à la dérivée d'une constante. »


La petite manie dont vous vous passerez bien ?

    ■ Caser des citations partout.


Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.

    ■ M'excuser au près de la personne que j'ai insulté il y a trois semaine. Peut-être. On verra.


You can learn to fly, just call, his name, just call His name ♫

■ Femme. ■ Franche. ■ Joueuse. ■ Aguicheuse.■ Confiante (à l’excès, ce qui fait d’elle une orgueilleuse ; c’est cité juste en dessous.)
Impulsive. ■ Arrogante. ■ Méfiante. ■ Orgueilleuse. ■ Inconsciente. ■ Possessive.
Je me débarrasse de mes draps en me débattant comme une bête et me lève d’un bond. Je lance un regard à ce lit, tellement simple, tellement pas confortable.
Depuis quand je suis dans ce pensionnat ? Trop longtemps à mon goût.
Je m’avance vers ma glace et reste immobilisée, mon regard fixé droit devant, mes yeux s’habituant à la pénombre. Ma chevelure de feu retombe sur mes épaules finement musclées. Mon débardeur décolleté ne cache rien de ma généreuse poitrine et mon shorty ne cache qu’à peine le strict minimum.


Sous mes traits durs mais féminins se cache une personnalisé toute aussi dure que féminine.
Impulsive, je possède un répondant pimenté et peu souvent cru que j’utilise à chaque fois que j’en ai l’occasion, ce sourire enjôleur et amer accroché aux lèvres. On dit que l’ignorance est le plus grand des mépris, pourtant, répondre subtilement avec un sourire perpétuel n’est pas pire. C’est même mieux.

Dotée d’une arrogance débordante, je lance autant de piques que j’en reçois. Éternelle amoureuse des mots, je parle dès que l’occasion se présente, joueuse et malicieuse. Ceci dit, jamais mes paroles ne sont vaines, toujours guides d’une longue chaine, d’un long mode de pensée d’une complexité simpliste.

Studieuse, je ne saurai dire que mes yeux le montrent. Je suis une enfant prodigue à ce qu’on dit, mais je ne suis pas du genre à aimer étudier. Je frôle l’excellence sans efforts, alors pourquoi devrai-je soudainement en fournir ? Je repousse mes limites mais n’aspire pas à la perfection. Je demeure lucide, bien que parfois candide.
Mais avec qui ? Plus personne. Je le fus. Je le suis encore. Mais uniquement avec la personne m’ayant vue dans un état déplorable.

Nostalgique, armée d’un calepin et d’un crayon, je laisse libre court à mes émotions, à mes maintes inspirations. Philosophe dans l’âme, encline à sortir plusieurs citations ; mais souvent pour dire que je ne suis pas d’accord avec. Je n’aime pas qu’on me mâche les choses, qu’on me serve quelque chose de préconçu. Je suis du genre à essayer de moi-même, à prendre des risques.

Pas casse-cou mais imprudente et inconsciente par moments, tous les moyens sont bons pour me sentir en vie et avoir de quoi noircir quelques centimètres carrées de mes pages vierges.

Je m’approche de la glace pour voir un peu mieux ce visage si simple. La porte s’ouvre brutalement sur un jeune-homme que je reconnais d’emblée. Ses yeux examinent mon corps dénudé et puis il me demande durement une clope.
Sérieusement ?


Dans ses yeux ne se reflète probablement que l’adolescente qui ne se gêne pas de sortir en ville quand elle en a la permission et de dissimuler quelques clopes, une ou deux fois du shit. Il voit cette fille stupide qui paye pour les autres, cette manipulatrice qui l’oblige à payer le prix fort, cette garce qui n’en fait qu’à sa tête.
Je suis tout ça aussi. Je suis trop de choses. Je suis un enchevêtrement de mensonges et de chimères.

– Dégage abruti.

Where do we go? Call out His name, lift up our hands, completely ashamed, give it all up, dropping our pride, rip us apart, change us on the inside ♪