Partagez | 
 

 I'm human.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: I'm human. Mer 26 Juin - 13:52

I'M READY TO GO.


Human ■ Rosalt Meyer


âge : 25 ans.
date de naissance : 12/08.
qi si anormal : 174.
ancien de wh ? Non.
cheveux : Blonds.
yeux : Bleus.
peau : Blanche.
taille : 162 cm.
tatouage/piercing : une cage ornée de plumes sur l'épaule gauche.
corpulence : Mince/Fine.

you're gonna go far, kid.


Le corps humain est d’une telle complexité qu’il ne peut que cacher de multiples mystères derrière les réponses apportées par les scientifiques. C’est pour cette raison que Rosalt en est passionnée, excessivement passionnée. Pourtant, elle a horreur des chirurgiens et de tout autre métier aspirant à devoir tâcher la beauté humaine (j’entends par là, la nécessité d’ouvrir un corps et d’avoir se besoin inlassable de devoir résoudre ses mystères). Thanatopractrice est le métier qu’exerce Rosalt, permettre aux morts de retrouver leur beauté d’antan, les vider sans avoir à craqueler leur beauté, les maquiller. Au sein de l’agence, elle s’occupe également de masquer les meurtres pour en faire des suicides et s’occupe des détectives défunts.


it's time to begin, isn't it ?

Déductive ■ Confiante ■ Organisée■ Impliquée (dans ses tâches) ■ Réaliste ■ Loyale
Incrédule ■ (trop) Réfléchie ■ Accro à la caféine ■ Rancunière■ Enigmatique ■ Passionnée
Pourquoi faudrait-il toujours sauter aux conclusions hâtives sans réfléchir à l’intégralité des solutions possibles ? Voilà le meilleur atout de Rosalt, mais aussi le pire pour ses collègues de travail. Où qu’elle soit, quoi qu’elle fasse, elle ne peut s’empêcher de réfléchir, encore et encore, d’amener une question à une réponse pour y trouver une autre question qui amènerait à une autre réponse,  et il ne faut donc pas s’étonner qu’elle se plaigne de ses maux de tête de temps en temps. En parlant de temps, il est très important pour Rosalt et son organisation inébranlable qui ne lui permet aucune pause, même entre les rares failles pouvant se faufiler dans les aiguilles de sa montre (sauf bien évidemment pour sa tasse de café). Elle paraît toujours inaccessible ou occupée, ce qui est bien dommage, car même si elle adore réfléchir, elle ne déteste pas pour autant se socialiser et discuter un court instant avec ses collègues. Certains trouveront sa compagnie plaisante, d’autres la trouveront détestable. Mais rien ne l’empêchera d’être, perdue dans ses réflexions ou en compagnie des défunts. Comme eux, qui sont à la fois ici et autre part.

'cause they'll be a day when you're standing in the hall of fame


- 9 ans.

-Rosie, il est temps de rentrer.
-Je veux rester encore un peu. Je veux les regarder pour toujours.
Aujourd’hui se tenait une exposition d’œuvres d’arts sur le thème de la science humaine que la jeune enfant avait attendu impatiemment pendant des semaines. Elle avait même supplié ses deux frères ainés pour s’y rendre.
-Il ne faut pas abuser de la beauté des choses, tu sais.
Elle ronchonnait. Pas parce qu’elle ne voulait pas se résoudre à rentrer à la maison, mais parce qu’elle était entièrement d’accord avec les mots de son frère.
Dehors il pleuvait, dans le bus il rôdait une odeur insupportable de sueur, mais Rosalt n’y prêtait pas attention. Ce qu’elle aime faire, c’est observer les gens, leur visage, leur bras, leur jambes, leur corpulence. C’est dérangeant, oppressant, comme si elle cherchait à voir à travers vos vêtements, mais ça, elle ne s’en rend pas compte, elle se perd dans un domaine dont elle ne comprend pas encore grand-chose, parce qu’elle est encore trop jeune pour dompter sa passion, ses minces connaissances. Un brusque coup de coude la ramène à l’ordre.
-Combien de fois je t’ai dit de ne pas fixer les gens comme ça ?
Elle baisse la tête, murmure quelques excuses. Elle sait qu’elle n’a pas le droit, que c’est bizarre, et plus tard elle saura se comporter comme il le faut, car ses frères l’éduqueront de la meilleure façon possible, c’est certain. En fait, elle n’a pas de parents. C’est une histoire trop compliquée que ses frères ne veulent pas raconter,  et c’est sûrement pour ça que lorsque que le sujet est évoqué, ils s’arrêtent à un simple « Ils sont partis, c’est tout. ». Rosalt ne tient pas spécialement à savoir, dans son cœur d’enfant, elle est heureuse de vivre avec ses deux frères.
-On est arrivé Rosie, allez viens.
Ils attrapent ses mains. L’un à droite, l’autre à gauche.  Rosalt se sent engloutie par leurs grandes mains chaudes, adulte. Mais peu importe. Pour elle, c’est comme un nid où l’on peut se réfugier à tout moment, et elle sait que ce nid demeurera toujours.

- 15 ans.

Aujourd’hui, c’est le quinzième anniversaire de Rosalt. Elle trépigne d’impatience devant son gâteau, ses bougies et ses cadeaux. D’habitude, ses frères travaillent chaque jour de la semaine, mais le douze août est un jour spécial, un jour rien pour elle. Cependant, elle ne peut ignorer que pour la première fois, ils ne sont plus trois, mais quatre. Son frère ainé, maintenant âgé de 25 ans, a trouvé « l’amour de sa vie » comme il aime l’appeler. C’est la première fois que Rosalt la rencontre, elle qui a toujours eu l’habitude d’avoir ses frères rien que pour elle, peut-être est-il temps de grandir ? Peut-être faut-il les laisser s’épanouir de leur côté ? Mais alors, ils finiront par disparaître, comme ses parents. C’est injuste d’en vouloir à une personne qui ne m’a strictement rien fait, elle m’a même apporté un cadeau, arrête de faire l’enfant, c’est ridicule. Et la journée s’acheva avec des rires sincères et des rires faux. Que l’adolescence est impitoyable.

- 21 ans.

-Je pars pour l’Angleterre demain.
-C’est soudain… D’où te viens cette idée ?
-J’suis sûr que tu tiendras pas plus de deux mois et que tu nous appelleras au secours !
Depuis que la petite famille s’était éloigné et avait pris des chemins différents, ils se réunissaient de temps en temps derrière un café, quand leur agenda leur accordait une journée. Les frères de Rosalt disaient toujours que c’était important de garder contact avec la famille. Les années avaient filé, les ainés s’étaient mariés, avaient d’exemplaires et adorables enfants. Mais Rosalt n’avait rien de tout ça, elle vivait seule, passait son temps à travailler ou à apprendre, se nourrissait de plats achetés en grande surface et de café. Elle était jalouse de la vie de ses frères, bien qu’elle n’a  pas spécialement raté la sienne.
-J’ai simplement besoin de changer d’air, de voyager, et si tout se passe bien je m’y installerais définitivement.
-Te connaissant, je suis sûre que tu y as mûrement réfléchi. Tant que tu nous donnes de tes nouvelles, ça me va.
-C’est une bonne excuse pour partir en vacances et venir te voir,  alors j’suis pour !
De toute façon, ses valises étaient déjà faites.

- 23 ans.

Rosalt vivait une vie plate, répétitive. Seul son métier lui donnait envie d’aimer la vie qu’elle menait. Au fond, elle avait l’impression de faire partie de ces défunts dont elle prend soin chaque jour, elle voulait rabibocher des morts plus intéressants, plus…vivants, si je puis me permettre.
C’est alors que l’année passée, lors d’une journée d’hiver plutôt rude, elle s’arrêta devant un marchand de journaux ambulant. Elle le croisait chaque jour, sans que personne –ou presque- ne lui achète jamais un pauvre journal. Ce jour-là, elle en pris un.  Plus tard, en rentrant chez elle, elle s’arrêta sur une petite annonce quasi-invisible dont le logo retint son attention, « WAMMY’S – scientia potentia est ». Le jour suivant, elle se rendit à cette Agence. La paperasse mis du temps, certaines questions qu’elle n’avait encore jamais vues dans un entretien d’embauche  lui valut quelques moments de réflexions, mais elle parvint à se faire accepter. Il lui fallut un certain temps avant d’être totalement acceptée par ses collègues. D’un côté, un certain respect pour son travail se structurait, de l’autre, un sentiment de rivalité et de rancœur se faisait sentir dans le dos de Rosalt, mais la jeune femme se contentait de faire son travail et de s’intéresser uniquement aux personnes intéressantes.  Elle n’avait plus besoin de ce nid que lui offraient ses frères. Elle était aujourd’hui capable de voler de ses propres ailes.



how's your job ?

emploi civil : Thanatopractrice dans une petite ville éloignée de l'agence.
formation : Etude de l’anatomie humaine et tout ce qui touche à ce sujet.
ancienneté à l'agence : 2 ans et demi.
poste à l'agence : Thanatopractrice/Chargée de masquer les meurtres.


i got sunshine in my bag.

pseudonyme : Klein.
âge : 14 ans.
sexe : Féminin.
avatar : Annie Leonhardt - SnK.
découverte du forum : En zieutant les partenariats d'un autre forum.
est-ce votre premier forum rp ? Non. Mais ça fait un bail que j'ai plus écris...
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: I'm human. Mer 26 Juin - 15:48

Bienvenue !

Je suis vraiment amoureuse de ce personnage, du caractère, de l'histoire, de sa simplicité forte et paradoxale, le respect apporté à l'univers de la WA. J'adore, j'adhère, je valide l'agent Human chez les Experts.


♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I'm human.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» human BOMB
» Human shields used at the border
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)
» Black immigrants see personal triumphs in Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: Agents validés :: Experts-