Partagez | 
 

 Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Abbey avatar
Sujet: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Jeu 9 Mai - 10:40



This is my one and only life.
And it's a great and terrible and short and endless thing,
and none of us come out of it alive.


Abbey

NOM : Lawford (Atwell)
PRÉNOM(S) : Aibileen Grace
POSTE : Femme de ménage
DATE DE NAISSANCE : 26 / 11
ÂGE : 62 ans
SEXE (✔) : F
ORIGINE : British
ANCIENNETÉ : Neuf ans
MANIE : Pincer les lèvres


Je suis veuve, petite, laide, grassouillette et,
à en croire certains matins auto-incommodants,
une haleine de mammouth.


Couleur des cheveux : Gris
Couleur de la peau : Caucasienne
Tatouage/Piercing ? : Mais vous êtes fous ?!
Couleur des yeux : bleus gris
Taille en centimètres : 172
Corpulence: Celle d'une vieille dame


This one moment when you know you're not a sad story.
You are alive, and you stand up and see the lights
on the buildings and everything that makes you wonder.


Énergique
Distinguée
Altruiste
Protectrice
Soigneuse
Cultivée
Malicieuse
Maniaque
Sarcastique
Rancunière
Intransigeante
Anti-injure
Tortionnaire
Grincheuse


Comment décide-t-on de la valeur d'une vie?
Ce qui importe, ce n'est pas de mourir,
c'est ce qu'on fait au moment où on meurt.


« Mon Dieu mais regarde donc moi cette pluie ! Un véritable orage…et je viens juste de nettoyer le sol. Mais regarde moi ça, ils vont rentrer tremper, leurs chaussures pleines de boue et je devrais tout nettoyer encore une fois ! Non je suis désolée, je…Mais faites attention voyons ! Vous ne voyez pas que je viens de nettoyer ?!...Alors un peu de respect !...Comment vous faites ? Mais je ne sais pas comment vous faites ?! Restez dehors ou enlevez vos chaussures ça sera déjà ça de gagner…Eh toi je t’ai attendu petit voyou !...Alors répète moi ta jolie phrase en face, au lieu de marmonner entre tes dents….Ah ben c’est du joli ! Tu n’as pas mieux comme vocabulaire non ? Mais je vais te laver la bouche avec du savon pour te passer l’envie de sortir ce vilain jargon…Oh mais tiens j’ai une idée. Va plutôt m’aider à nettoyer avec la serpillière les traces de boue que vont laisser tes amis…Mais ça m’est égal de savoir que tu auras l’air d’un idiot, ce que je veux c’est que tu passes derrière chacun des orphelins ou des professeurs qui auront la gentillesse de laisser leurs empreintes dans le couloir que j’ai passé l’après-midi à nettoyer !! Et on ne rouspète pas…Non jeune homme…Non pas d’injures sinon je te fais manger la serpillière compris ?! Allez zou, file. Et plus vite que ça End !
Alàlà mais ils veulent me tuer ce n’est pas possible…comment veux-tu que je nettoie alors qu’ils viennent me gâcher mon travail ! Ils ne peuvent pas comprendre que je leur demande un minimum de respect ?...Oui je suis maniaque. Je ne supporte pas la saleté ! Pour moi il faut que tout brille…est-ce ma faute si je ne supporte pas les acariens et puis de quoi les gens peuvent se plaindre ? Je fais juste mon travail et pour moi il faut que tout soit bien et propre…Attends…Je viens de voir des traces de doigts sur la vitre, il faut que je nettoie…C’est pourtant facile à comprendre ? Depuis le temps que je suis là, les orphelins devraient avoir compris : il faut respecter mon travail, éviter de salir l’endroit que j’ai nettoyé avec le plus de soin et être insolent…Oh comme je ne supporte pas cet irrespect qui anime les jeunes de nos jours. C’est à se demandé à quoi peuvent servir les QI de tous ces orphelins et professeurs qui se vantent de connaître la politique du Guatemala ou l’étude de la psychologie d’un tueur en série. Seigneur mais pourquoi…Non mais je rêve ! Retournez de suite dehors bande de béotiens !!! On ne courre pas dans les couloirs alors qu’on revient trempé et avec ses chaussures poisseuses…Dehors pas de discutions ! Je viens de nettoyer le sol alors dehors ou on enlève ses chaussures comme votre ami End…Je me moque bien de savoir qu’il pleut quand je vous dis vous n’entrez pas sans vous déchaussez : vous faites ce que je vous dis compris…Et pas d’insolence !...Comment ?...Oui je sais, je suis un peu intransigeante. Ah ça m’étonne pas que certains m’appelle « Abbey la mère ronchon » ahahahahah. Non ça ne m’étonne pas, j’ai vraiment l’impression d’être une mère avec tous ces gamins…Et quelque part ça me plait bien...Oui c’est un peu ça. J’ai de l’affection envers les petits chenapans que vous êtes. Mais crois moi je suis plus une vielle dame ronchon qui est prête à tirer les oreilles du premier imbécile qui ne filera pas droit…Mhh...Oui...C'est vrai j'ai tendance à protéger certains orphelins. Un peu trop même...Oui, il faut bien que je joues mon rôle de mamie.
Mamie Abbey pffff, je me sens vieille...Pourquoi je suis protectrice ? Oh je n'en sais trop rien. Je n'ai jamais pu aimer l'idée que des personnes que j'aime ou que je ne connaisse pas puissent souffrir sous mes yeux sans que je ne puisse rien faire. Je crois que j'ai trop de compassion, il ne faut pas s'étonner si j'en viens à punir et sermonner les monstres qui aiment s'en prendre aux autres. Je n'aime pas ça alors j'interviens c'est comme ça...Mais qu'est-ce qu'elles me font ces deux là ?...Muse ! Peekaboo ! Pourriez vous m'expliquer à quoi vous jouez ?...Quoi ? Aller dehors sous cette pluie...Non...Je...Mais revenez !!! Mon Dieu. Elles ont décidé de partir explorer l'étang sous cette pluie. Elles sont folles. Adieu mon sol, je vais le retrouver plein de boue....Oh je suis désolée de te l'apprendre mais les grenouilles n'ont aucun intérêt pour moi en cet instant. J'accorde bien plus de soucis à la propreté du sol qu'à l'existence des batraciens. Tu me parlais de quoi déjà ?...Ce que j'aime ? Eh bien, je ne suis pas compliquée. J'aime bien après une dure journée de travail m'assoir sur une chaise pour lire un bon livre, une tasse de thé non loin. Un film de Woody Allen, avec Grace Kelly, ou, pourquoi pas, une petite série, un documentaire défilant sous mes yeux...J'aime bien aussi discuter avec Slave ou Playmobil, partager des bons moments avec ma chère Blue Mary...Je ne sais pas en fait, je ne suis pas difficile dans le fond. J'aime apprécier la vie comme elle vient. Je trouve plus de bonheur dans les petits rien que dans des objets superficiels et vains...Qu'est-ce qu'il y a ?...Oh bien sur que tu peux t'arrêter End. Vu comme c'est parti, je crois que je vais abandonner l'idée de faire le ménage aujourd'hui...Oui allez file. Ah la jeunesse. Aie mes lombaires. Ah vraiment ce n'est pas drôle de vieillir. Et tout ce sol à finir...Ah ben tiens bonjour Romeo. Tu tombes bien !...Comment je me portes et bien écoute j'aimerais que tu me rendes un service. Surtout que dernièrement je t'ai vu encore faire le mariole...Alors tiens le balai gamin...Et fait attention à ne pas oublier les coins...Quoi ? Oh Die, bonjour...Ahahah ça par exemple mais vous êtes un comique dites moi. Je suis une manipulatrice ? De toute évidence vous ne vous regardez pas souvent dans la glace...Oh s'il vous plaît ne vous justifiez...Non jeune homme quand on a un tant soit peu d'intelligence il faut apprendre à distinguer la taquinerie de la fourberie dont vous user à plein temps...Oh non ne me regardez pas avec ces yeux exorbités. Vous savez très bien que vous êtes un petit chenapan qui adore embêter les autres, agrandir son tableau de chasse et user de grossièreté dans le langage et le comportement...Jeune homme pas d'insolence ! La politesse n'est pas un luxe. En tant qu'adulte et professeur vous devriez le savoir...Allons allez plutôt enseigner votre savoir à vos élèves plutôt que de feignanter...Et pas d'insultes sinon je vous lave la bouche avec du savon, professeur ou pas...Mon Dieu quel grossier personnage et arrogant en plus. La jeunesse de nos jours. Romeo, je t'interdis formellement de ressembler à lui plus tard et toi pas question d'avoir un mari pareil...Tut ! Tu m'as comprise...Franchement je ne vois pas comment je vais pouvoir faire le ménage convenablement !
Heureusement que Playmobil m'aide, je ne vois pas ce que je ferais sans lui. Des fois je me dis que Moriarty devrait engager Virgin comme femme de ménage. Non mais cette petite est une vraie perle. Je me demande ce que l'on ferait, Playmobil et moi, sans son aide et celle de Color ou Blue Mary...Ah des orphelins qui savent respecter les lieux et qui connaissent le sens du mot propreté et...Mais je rêve ! Monsieur Moriarty ! Vous n'avez pas honte ? Rentrer avec vos chaussures pleines de boue et...mais enfin pourquoi vous m'avez engagé ? Vous croyez que mon métier est de passer la journée à nettoyer ce que vous laisser ?...Non. Alors soyez respectueux. Ne donnez pas le mauvais exemple aux autres...Vous allez donc me faire le plaisir d'enlever vos chaussures ou de retourner dehors...Mais au Diable le fait que vous soyez directeur ! Du respect vous comprenez ?!...Donnez moi vos chaussures...Et retournez travailler dans votre bureau plutôt que de sortir par ce temps...Non je ne suis pas fâchée...Non pas du tout...On a pas idée de faire travailler un vieille femme comme ça. Bande d'esclavagiste et d'ingrat...Ah mais...Oh Playmobil. Tu tombes bien. Prend la place de Romeo et occupe toi de me nettoyer toute cette saleté... Et toi Waterlily. Tu ne voudrais pas arrêter cette caméra et retourner en cours ?»


there's a thousand dogsbodies taking orders
from a cross and red faced old woman !


POSTE


The best love is the kind that awakens the soul and makes us reach for more,
that plants a fire in our hearts and brings peace to our minds,
and that's what you've given me.



La jeunesse se moque de la vieillesse. Elle se croit immortelle et invincible. La naïveté coule à flot dans les veines de ces jeunes qui déambulent dans les couloirs en piaillant et en criant. Ils pensent que le temps n'a pas d'emprise sur leur personne. Ils croient qu'ils ne seront jamais vieux, figés pour l'éternité dans cette période de l'existence où on se croit fort et capable d'accomplir des miracles. On ne sera jamais vieux...alors à quoi bon se préoccuper des vieilles personnes. C'est vrai ça ?! Elles fatiguent, sentent mauvais et passent leurs journées à rouspéter contre la jeunesse et son ivresse d'immortalité. Et bien souvent la jeunesse n'imagine pas que derrière cette enveloppe parcheminée, qui rouspète contre l'insolence et ses sciatiques, se cache une âme qui a aussi été jeune un jour. Une âme qui a peut-être vécu une grande vie comme celle qu'on trouve dans les livres. Une âme qui s'est peut-être laissée emprisonner dans des tourments et une triste apathie. Une âme qui a accomplit de grandes choses ou mené des actions malhonnêtes.

Qu'ont bien pu voir ces yeux fatigués par le temps, pétillant encore d'une flamme de vie tremblotante? Qu'a pu bien ressentir ce cœur faible, enfermé dans sa vieille carcasse de cristal ? Que peuvent bien avoir à raconter ses lèvres parcheminées, cette voix chevrotante ?

Il suffit parfois de prêter l'oreille, d'observer son monde pour se rendre compte que les histoires les plus fascinantes se trouvent juste à côté de vous. Oui qui sait Abbey aura des choses à te raconter. Des choses qui tiendront ton esprit en éveil, te feront rêver ou rire...qui sait après tout.

Oh tu ne connais pas Abbey ? Eh bien c'est la vieille dame là-bas qui nettoie les vitres, faisant cliqueter les roues de son chariot sur le carrelage des couloirs, rouspétant après les orphelins et les adultes. Elle est vieille et TOR-TION-NAIRE (tu sais, ce mot qui sépare bien les syllabes et te fait comprendre qu'Abbey est le genre de femme capable, de te faire manger la serpillière et le savon, juste parce que tu as eu le malheur de ne pas filer droit comme elle l'aurait souhaité. Ou tout simplement parce que morbleu ce n'est pas difficile à comprendre qu'elle ne veut pas voir de chewing-gum collé sous les tables et encore moins des doigts sales sur les vitres. Ou encore parce que décidément il n'y a qu'en vous lavant l'intérieur du corps qu'on arrivera peut-être à vous faire rentrer dans votre cervelle de piaf qu'il ne faut pas marcher sur le sol qu'elle vient juste de nettoyer, s'il vous plaît, merci et bon vent.). Parfois elle vous regarde avec des yeux tendres, devenant la figure maternelle et la douce aïeule que vous cherchez désespérément entre deux salles de cours. C'est la femme de ménage, la vieille grincheuse, l'adorable grand-mère...et sa vie ? Bah en fait on ne la connaît pas. C'est bête mais tous les habitants de la Wammy doivent s'imaginer qu'elle est venu au monde ainsi. Vieille et chiante. Et que l'anneau qui brille à son doigt n'est qu'une babiole collant à son rôle de vieille dame, que les appels qu'elle reçoit de l'extérieur ne sont que des banalités sans importance, que ses regards nostalgiques ne sont que des tics de vieille dame. Ouais peut-être bien. Et peut-être que si tu vas la voir elle te laissera découvrir une belle histoire qu'elle cache gardée au tréfonds de son cœur.
Une vie. L'histoire d'une vie.

.:::.

Elle était née dans un des petits quartiers de Cambridge. Dans une de ces maisons typiquement anglaises, complètement collée entre ses voisines et étroite d'apparence. Et on bataillait parfois à joindre les deux bouts. Maman était infirmière, Papa était camionneur et il était parti un jour. Disparaissant sous la brume matinale, dans un crachotement de moteur. Il avait laissé sur le pas de la porte une fillette aux joues rondes et piquetées de tâches de sons, ses boucles ambrées en bataille, alors que sa menotte serrée celle d'un petit frère aux genoux écorchés, le menton tremblotant et sa chevelure châtain tendrement décoiffée par la main de son aînée. Ils n'étaient encore que des enfants et il restait Maman. Alors la vie avait lentement suivie son cours.

Les anecdotes de l'enfance avaient pétillé sur le pas de cette porte, dans cette rue anglaise dans laquelle des rires d'enfants avaient retenti. Les radios avaient laissées les chansons des Beatles s'envoler dans l'air dans un grésillement. Les murs des chambres s'étaient recouvert d'affiches de Brigitte Bardot, de France Gall ou de Grace Kelly alors que des gloussements de jeunes filles retentissaient dans la maison. L'été avait dardé ses rayons sur la campagne anglaise alors que l'adolescence s'éveillait à des jeux insouciants et nouveaux. Dans le lointain on pouvait entendre les murmures de la Guerre froide...mais c'était loin tout ça. On était en plein dans la société de consommation, riant à pleine dents malgré les difficultés financières et les journées épuisantes que vivait Maman. On était tous les trois et c'était ce qui comptait. Si on manquait d'argent et bien on libérerait une des chambres pour qu'un étudiant puisse loger. Et le jeune Bobby Stone, étudiant en journalisme et hippie de son état, deviendrait le grand frère pour le petit Charlie et la jeune Aibileen.

La vie continuerait. Une de ces vies éclatante de jeunesse et de promesse. Qu'importe les difficultés on était jeune. On laissait ses doigts courir entre les rangées de vinyles, on savourait le lait concentré, on riait à un café en zieutant vers les beaux jeunes hommes assis au bar, on chuchotait en cours, on admirait les sportifs, on laissait rouler les larmes sur ses joues pour des disputes ou des peines de coeur futiles, on chantait les dernières paroles des Beatles ou de Sonny and Cher, on s'étendait sur les bords du Cam avec ses amies tout en rêvant de pouvoir un jour aller dans la prestigieuse université qui laissait sa magnifique architecture se refléter dans les eaux du fleuve. Oui la vie continuerait jusqu'à ses dix-sept ans où la vie brute viendrait briser la bulle de la jeunesse. Maman était malade, d'une de ces maladies noires et sournoises qui vous ronge lentement et à petit feu. La bourse d'étude ne suffirait pas à aider la mère malade et faire fonctionner le ménage familial. Laisser son petit frère Charlie abandonner le collège pour travailler ?! Certainement pas ! Alors Aibileen avait retroussé ses manches, abandonné ses rêves, sa jeunesse pour devenir femme de ménage. Et le premier poste qu'elle obtint fut à l'université prestigieuse qu'elle n'avait cessé d'admirer avec envie. Mais la vie ne cesse de réserver de belles surprises, surgissant au moment où on s'y attend le moins. Pour vous rappeler que des morceaux d'un rêve brisé peut en naître un nouveau...bien plus surprenant, plus tendre, plus vivant, plus passionnant.

.:::.

Il avait surgit dans sa vie comme on surgit au détour d'un couloir. Et dans un sens c'était réellement ce qui s'était passé. Il avait surgit au détour d'un couloir pour imposer la semelle de sa chaussure sur le sol qui venait à peine d'être lavé par des femmes de ménages. Il était pressé. Ça aurait pu en rester là. Mais il n'était pas tombé sur n'importe quelle femme de ménage. Il avait senti une main saisir avec force la manche de sa chemise pour le forcer à se retourner, un de ses cahiers en était même tombé par terre. A quoi s'était-il attendu à voir ? En tout cas, certainement pas à une jeune fille aux boucles ambrées, le visage rouge de colère et des yeux d'un bleu gris brillant de détermination. L'avait-il trouvé mignonne dans cet uniforme qui la rendait presque gamine ? L'avait-il trouvé séduisante avec cette moue et ce regard effronté qu'elle lui adressait alors qu'elle le réprimandait ? L'avait-il trouvé attirante par ce jour de juin alors que les amphis étaient pleins d'élèves écoutant les puits de science qu'étaient leur professeur ? Il n'en savait rien. A dire vrai il n'avait pas réfléchi à tout cela, il était bien trop occupé à répondre avec l'arrogance de la colère et l'insolence du jeune homme confiant de son existence. Ils s'étaient disputés, taquinés, cherchés. Pour un bête bout de sol, sous les yeux amusés de l'amie de la rouquine qui laissait sa peau noire bronzée sous une fenêtre ensoleillée. Parce qu'il y avait quelque chose d'inconnu et d'indescriptible qui les poussaient à se chercher, à se lancer des regards de colère alors que leur corps semblait presque inconsciemment attiré par quelque chose de plus fort. Il l'avait trouvé chiante, agaçante, prétentieuse...Et si seulement il n'avait pas eu de cours cet après-midi. Si seulement il n'avait pas accepté que son meilleur ami Bobby, lui présente sa charmante petite sœur de cœur pour enfin remédier à l'incroyable désinvolture amoureuse qui le caractérisait. Oh oui si seulement il n'y avait pas eu tout ça il ne serait pas parti en lançant une répartie taquine à cette jeune fille furieuse de ne pas avoir eu le dernier mot. Il serait resté, aurait tenté d'apprivoiser cette jeune femme fascinante, troublante et attirante. Il l'aurait invité à prendre un verre, au restaurant et qui sait. Oui qui sait. Aurait-il eu plus ou aurait-ce était seulement un flirt sans importance ? Une illusion d'un cœur qui n'arrivait pas à se fixer ?

Il était alors parti, disparaissant dans le dédale de couloirs de l’université. Ignorant les insultes de la gamine qui semblait sincèrement perdre tout sang-froid en sa présence. Quel dommage. Elle était une emmerdeuse vraiment fascinante. Les heures avaient continué de lentement défiler, reléguant l’altercation dans les tréfonds de sa mémoire, mais parfois elle ressurgissait dans son esprit. Fugace étincelle dont le sens lui échappait. Puis la nuit avait étendu son voile sur Cambridge, permettant aux étudiants, aux employés, aux amoureux de profiter d’un instant de repos et de liberté. Il avait grommelé en enfilant sa chemise et sa veste, essayant d’avoir l’air un peu présentable même si ce rendez-vous arrangé lui tapait royalement sur le système. Il avait maudit Bobby sur cinq générations tout en tant laissant des volutes de fumées s’échapper de ses lèvres. Il avait marché mains dans les poches, regard amusé sur le monde, cigarette coincée entre les lèvres, jusqu’au restaurant où l’attendait son grand ami Bobby et ses éternels cheveux longs de hippie. Il s’était faufilé entre le labyrinthe de tables pour s’asseoir auprès de ses amis, Tod et Samantha, et de deux trois personnes qu’il ne connaissait pas, il crût même pendant un instant reconnaître la grande fille noire et élancée qui discutait joyeusement avec Samantha (Bonjour je suis Hilly, avait-elle répondu avec un grand sourire amusé, comme si elle connaissait une chose hyper drôle qui le concernait). Puis il avait attendu son rendez-vous qui devait arriver avec son jeune frère. Il en avait alors profité pour questionner Bobby qui s’était plié avec un grand sourire à l’interrogatoire.

— Elle est mignonne au moins ?

—Très jolie même.
—Et elle a quel âge ?
—Dix-huit ans.
—Depuis quand tu essayes de me caser avec des gamines ?! On a cinq ans d’écart au moins !
—Attends de la voir avant de la juger. Tu verras, je suis sûr qu’elle te plaira.
—Et depuis quand tu as des dons de voyance Bob ?

Mais la question sarcastique était restée suspendue dans le vide, car Bobby venait de se lever avec Jonathan pour accueillir un garçon à l’allure dégingandé, aux cheveux châtains en bataille, au visage encore prisonnier dans l’enfance, et à une jeune fille dont il entraperçu seulement les boucles ambrées. Et son cœur fit presque une embardée alors qu’il éteignait sa cigarette dans le cendrier. Il se leva inconsciemment, sans même se rendre compte que des murmures amusés et attentifs résonnaient à leur table. Les amis attendant avec un plaisir palpable la confrontation entre ces deux-là. Il y eut un bref échange entre Bobby et la jeune fille, juste avant que le jeune journaliste fasse pivoter sa sœur de cœur pour qu’elle découvre son rendez-vous, juste avant qu’un silence tombe à la table, juste avant qu’ils se reconnaissent.

—Abbie voici Nathaniel Lawford. Nathaniel voici Aibileen Atwell.

L’étudiant arrogant et la petite femme de ménage se regardaient avec incrédulité, une foule d’émotions contradictoire tournoyant dans leurs prunelles. Et alors, arrogant ou pas, emmerdeuse ou pas. Ils furent en cet instant bien stupides alors que leur cœur battait déjà inconsciemment avec force dans leur poitrine.

XXX


Peach



Je suis Modo. Je ne mort pas. Je vous aime très fort au contraire. Je suis à la WH depuis bientôt quatre ans, ce fut mon premier forum, ma première expérience dans le monde du Rp, mes premières rencontres et amitiés virtuelles...Et c'est toujours ma petite famille. Il n'y a pas grand chose à savoir sur moi à part que je suis une Tolkiendil, une pottermania, une bibliophile compulsive, une grande rêveuse collectionnant les soundtracks de film, les séries télés, les films me transformant en fontaine (chagrin ou crise de rire), une amoureuse des roux, des Nains et de la Comté, une accro aux tests...Non vraiment ça ne vaut pas la peine que je m'étende. Sinon c'est actuellement mon quatrième compte et la charmante personne qui se trouve sur l'avatar de ma gentille femme de ménage est soit Maggie Smith, soit Minerva McGonagall.That's all ♥


Codes piqués à Random-chou et donc par extension à Haya-d'amour parce qu'ils sont beaux, raffinés, élégants ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Ven 10 Mai - 11:59

hiiiiivngjdfnfd Abbey

Bon euh je te laisse finir.

re Bienvenue ♥

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Ven 17 Mai - 12:21

Bonjour ! : D Fiche toujours en cours ?

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginger
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Ven 17 Mai - 12:55

Toujours toujours en cours (prépa je t'aime toi et ton boulot) Smile

♔ ♔ ♔

Avatars par Sissi d'amouuuuuur<3
Ginger/Ember pour l'image 8D

LUCK AND INTUITION PLAY THE CARDS WITH THE SPADE TO START,
AND AFTER SHE'S BEEN HOOKED I'LL PLAY THE ONE THAT'S ON HER HEART,
Poker Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Sam 25 Mai - 21:45

Toujours en cours ?

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginger
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Dim 26 Mai - 11:33

Toujours hélas je suis vraiment trop occupée par les études pour l'instant pour pouvoir la finir dans la semaine x(

♔ ♔ ♔

Avatars par Sissi d'amouuuuuur<3
Ginger/Ember pour l'image 8D

LUCK AND INTUITION PLAY THE CARDS WITH THE SPADE TO START,
AND AFTER SHE'S BEEN HOOKED I'LL PLAY THE ONE THAT'S ON HER HEART,
Poker Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C) Dim 26 Mai - 12:07

Je la remets en attente alors, pas de soucis.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C)

Revenir en haut Aller en bas
 

Abbey.::.Thanks for the adventure. Now you have a new one (U.C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Partenariat] Warriors Cats Adventure
» to die will be an awfully big adventure | fini |
» Downton Abbey
» sometimes, all you need is a bit of adventure - SAGITTA&DOLCE
» Les orphelines d'Abbey Road

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: registres en attente-