Partagez | 
 

 NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS. Jeu 7 Mar - 0:32

identité
there are me and me.

PSEUDONYME: Blind
NOM : Benoit-Mandrillon
PRÉNOM(S) : Marie-Thérèse
QI: 172
DATE DE NAISSANCE : 19 / 10
ÂGE : 16 ans
SEXE (✔) : ❒ M ✔ F
ORIGINE : Française
ANCIENNETÉ : Deux ans
MANIE : Tripoter les visages des gens


physique
the way you look at me.

Couleur des cheveux : noir
Couleur de la peau : bleue claire
Tatouage/Piercing ? : oui
Couleur des yeux : gris laiteux
Taille en centimètres : 170 cm
Corpulence: athlétique


caractère
where is my mind ?

énergique
généreuse
courageuse
empathe
sincère
extravertie
    vulgaire
    dérangeante
    bruyante
    asociale
    irrespectueuse
    utopiste
Marie-Thérèse aurait du être DÉLICATE, SOIGNÉE, POLIE, DISTINGUÉE, elle aurait dû être DOUCE, CALME, ORDONNÉE, RESPECTUEUSE et PIEUSE, et c'est ce qu'elle a été pendant très longtemps. Pendant douze ans exactement elle a été cette PETITE FILLE MODÈLE dont tout parent rêverait. Mais ça, c'était avant. Avant qu'elle ne perde 90% de sa vue, avant que sa pupille ne s'éclaircisse, la rendant presque AVEUGLE. Les yeux de Marie-Thérèse ne voient depuis quelques temps qu'un ÉPAIS BROUILLARD COLORÉ et aucun verre optique ne peut y changer quelque chose. Marie-Thérèse a changé. Marie-Thérèse a arrêté de croire en Dieu, est devenue T'hérésie, et par là même tout son contraire : VULGAIRE, MALSAINE, TAPAGEUSE, GROSSIÈRE, Marie-Thérèse, Marie-Thérèse a tellement changé.

Ah, Marie-Thérèse. Marie-Thérèse elle fait du BRUIT, elle parle FORT, elle gêne tellement elle est TACTILE, mais il ne faut pas lui en vouloir à Marie-Thérèse, elle ne peut pas vous voir alors elle vous TOUCHE, elle vous FLAIRE, parfois même elle vous GOÛTE, Marie-Thérèse fait fuir tant elle est MARGINALE. Marie-Thérèse est un PHÉNOMÈNE, elle est EXTRAVAGANTE, elle fait peur parfois, souvent, parce qu'elle est EXCENTRIQUE. Marie-Thérèse est comme SOCIALEMENT INADAPTÉE, comme ANIMALE, et pourtant, c'est peut-être elle qui comprend le mieux la conscience humaine. Et c'est certainement pour ça qu'elle préfère ne pas l'être, humaine.

Marie-Thérèse elle fait peur, à cause de ses yeux vides, ses mains qui attrapent votre visage, et Marie-Thérèse RIT de vos réactions, tout est hilarant dans le monde de Marie-Thérèse, parce que RIEN N'A VRAIMENT D'IMPORTANCE. À part ces quelques personnes peut-être, qu'elle décrirait comme des AMIS. Marie-Thérèse en a, des amis, tout simplement ceux qui passent outre leur première impression, et qui découvrent qu'au final, elle est GENTILLE, Marie-Thérèse. Un peu MOQUEUSE, parfois TROP FRANCHE, souvent trop FACÉTIEUSE, mais on finit par s'y habituer à ses MANIES BIZARRES et à sa façon d'être toujours trop physiquement proche.

Marie-Thérèse, derrière ses TATOUAGES, ses PIERCINGS et son style parfois PUNK, a pourtant gardé quelque chose de son enfance ; un sens aigu de la MORALE, de l'HONNEUR et de la JUSTICE. Marie-Thérèse n'hésite pas à se battre pour ses idéaux, pour ce qu'elle pense JUSTE, et rêve d'embrasser la profession de JUGE. Pour lors, elle se contente de CHASSER LE CRIME en SUPERHEROÏNE à travers la Wammy's House, épaulée par ses assistants pelucheux DRAGONS.


classe
this is how i see the world.

Choisir une seule et unique réponse à chacune des questions ci-dessous en la mettant en gras et/ou dans une couleur voyante. Cette zone sera par la suite éditée par un membre du staff qui vous communiquera ainsi votre classe.


Définissez vous en une phrase.
  1. Non.
  2. Dans un souci d'objectivité, je pense qu'il faudrait poser la question à mes amis...
  3. Anthropologiquement parlant ou bien ?
  4. Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?
  5. Je suis un.


Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
  1. Une bataille navale.
  2. Les hauts de Hurle-vent.
  3. Le DVD d'Ed Wood par Tim Burton.
  4. Un poisson rouge.
  5. Une corde.


Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
  1. Finnegans Wake de James Joyce.
  2. H2G2 : The Hitchhiker's Guide to the Galaxy de Douglas Adams.
  3. Totem et Tabou de Sigmund Freud.
  4. Harry Potter de J.K Rowling.
  5. Les 120 journées de Sodome du Marquis de Sade.


Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
  1. « Le si n'aime pas le ré pour la centième fois ! »
  2. « Ton niveau s'élève à la dérivée d'une constante. »
  3. « Plus vite ! Hé que ça saute ! Allez ! Merde ! »
  4. « D'un point de vu biologique... »
  5. « Je comprends ce que tu ressens... »


La petite manie dont vous vous passerez bien ?
  1. Câliner tout le monde.
  2. N'avoir aucune notion du temps.
  3. Faire des private jokes.
  4. Accro au high five.
  5. Caser des citations partout.


Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.

  1. Faire mes devoirs. Mais je les ai jamais fait, commencer maintenant serait pas judicieux pour ma réputation.

  2. M'excuser au près de la personne que j'ai insulté il y a trois semaine. Peut-être. On verra.

  3. Quelque chose que je dois faire ? Euh. Non non, j'ai fini ma classification, ma maquette de l'ADN, tout est bon. Non ?

  4. Ranger ma chambre si je trouve un jour le temps.

  5. Lécher les bottes du professeur pour m'accorder un délai supplémentaire si j'ai pas la flemme...



histoire
we are born like this !

Veronika, Veronika, t'es ma vérole à moi, tu me bouffes de l'interieur Veronika, c'est tellement dur de vivre avec toi, mais dis-moi je fais quoi moi quand t'es pas là Veronika.

Il était une fois dans la capitale du monde, un appartement, un couple et deux petites filles ; Veronika et Marie-Thérèse. Et partout dans Paris, dans les parcs, à l'école, on dit regardez comme elles sont mignonnes les sœurs Benoît-Mandrillon, regardez comme elles sont jolies et bien élevées, dans leur robe colorée jamais tachée, leur médaillon de baptême autour du cou qui se balance se balance quand elles courent, sautillent, jouent. Deux parfaites copies conformes, avec leurs boucles brunes comme la nuit relevées en queue de cheval, oui elles sont vraiment parfaites les sœurs Benoît-Mandrillon.

Elles ont huit ans à peine quand l'accident arrive. La nourrice vient chercher Veronika à son cours de solfège, et vous savez ce que c'est les rues de Paris, les panneaux d'indication ne servent qu'à s'encastrer dedans ; et c'est exactement ce que fait la voiture qui ramène Veronika. Mère s'inquiète, la nourrice est en retard, où est Veronika, et puis il faut encore qu'elle aille chercher Marie-Thérèse à cinq heures ; Marie-Thérèse fait de la danse classique, elle, pas du solfège, elle n'a pas le don pour la musique de Veronika, ces doigts qui semblent faits pour se poser sur les clefs d'une flûte traversiaire et plus encore pour caresser les touches d'un piano. Mais la nourrice ne répond pas, et elle ne répondra plus jamais, parce que sa tête a éclaté contre le pare-brise, qui ne pare rien d'autre que du sang et des morceaux de chair chaude, le sang qui coule comme les larmes de Veronika, mais seulement de l’œil droit, parce que le gauche n'est plus qu'un amas incertain, sanguinolent et gélatineux d'humeur et de corps vitré. Aujourd'hui, c'est père qui quittera son travail pour aller chercher sa seconde fille, la première transférée en urgence à l'hôpital, brisée, mère à son chevet ayant ses deux yeux pour pleurer. Veronika tu étais si belle et maintenant si laide, la moitié de ton visage détruit défiguré, tu fais peur Veronika.

Veronika est jeune et le temps passe, sa joue pleine retrouve un peu de sa douceur d'antan, mais son œil est bien mort, et son cadavre n'est caché que très maladroitement par des pansements et des boucles brunes. Les cicatrices sont tellement plus profondes ; Veronika a changé. Parce que le destin est injuste, tellement injuste, pourquoi Marie-Thérèse est toujours aussi belle, pourquoi tout le monde la préfère désormais, pourquoi ce n'est pas elle qui fait peur aux enfants aux adultes à tout le monde même à père et mère, pourquoi, pourquoi Veronika et pas Marie-Thérèse. Veronika a une nouvelle sœur, elle s'appelle Rancœur, et Marie-Thérèse n'aura pas plus droit qu'elle au bonheur.

Veronika, partie de moi, si tu savais ce que j'aurais donné pour être à ta place ce jour-là.

Et Veronika est devenue si laide à l'intérieur. Veronika n'est plus qu'une plaie ouverte suppurante affreuse, la plaie de Marie-Thérèse, son démon son fantôme son ombre destructrice, et Marie-Thérèse, Marie-Thérèse se laisse faire parce que quelque part ce n'est que justice, n'est-ce pas. Veronika, t'es ma vérole à moi. Marie-Thérèse, je vais dévorer engloutir digérer ta beauté ingrate je te vomis tu es le rejet de mes tripes.

Et puis un jour Veronika va trop loin. C'est jeune treize ans, on est tellement naïf et influençable à cet âge-là, un peu innocent quelque part inconscient de nos actes, et Rancœur est là, elle souffle dans ton cou murmure à ton oreille susurre ses mauvaises paroles son venin qui coule insidieusement dans ses veines depuis trop longtemps déjà. Treize ans toute ingénue elle saisit le couteau fraîchement aiguisé et monte dans la chambre commune. La lame est déjà pressée contre sa carotide palpitante quand Marie-Thérèse se réveille ouvre les yeux panique. Veronika, tu avais tout si bien préparé.

▬ Ne bouge pas.
▬ Qu'est-ce que tu fais ?
▬ Je te tuerai si tu bouges.

Un flacon d'alcool à quatre-vingt dix degrés débouché dans ta main, ta bouche qui ne sourit pas, ta voix plus tranchante encore que l'instrument de cuisine.

▬ Qu'est-ce que tu fais, Veronika ? C'est une blague, dis-moi que c'est une blague.
▬ Ferme-la.

Un chiffon enfoncé dans sa bouche se charge de la faire obéir. Il ne fallait pas que père et mère se réveillent. Tu avais tout si bien préparé.

▬ Garde les yeux ouverts.

Et la lame se presse un peu plus contre l'artère qui s'affole, mais Marie-Thérèse a déjà compris et réalise à quel point ta haine est profonde et ta raison éteinte. Dans ses yeux, tu lis une peur sans nom et tu sais que bientôt tu n'y liras plus rien. L'alcool coule sur la cornée son visage se tord terreur douleur un gémissement étouffé par le tissus entre ses dents qui l'asphyxie, tu ne souris pas, tu te contentes de la regarder froidement et tu enclenches enfin le mécanisme du briquet. Le déclic caractéristique et la vue du gaz qui s'embrase fait accélérer son cœur fort tellement fort elle a peur petite chose elle geint et les larmes se mêlent à l'éthanol qui la brûle déjà et si peu en regard de ce qu'il l'attend. L'alcool flambe enfin. Tu sens le corps de ta sœur qui tressaute sous toi ses spasmes de souffrance tu ne souris pas c'est beau un œil qui fond l'odeur des cils calcinés et de la chair des paupières qui se consume te pique le nez. Tu avais si bien tout préparé, Veronika. Tout, sauf cette convulsion un peu trop brutale qui suit l'embrasement du second globe et te renverse, la flamme du briquet qui s'attarde sur les rideaux trop fins trop inflammables du lit le flacon dont le contenu se vide et rentre en contact avec le feu.

Tout est allé très vite, trop vite. Les draps qui brûlent, et Veronika ne veut pas que sa jumelle brûle avec, elle la veut vivante, aveugle, invalide, handicapée à jamais, souffrant comme elle souffrait depuis trop longtemps, elle la traîne avec elle en dehors de la chambre qui flambe, hors de l'appartement, et père et mère qui dorment à quelques mètres sans se douter de rien, le sommeil alourdit par des somnifères ; au diable ces parents banals qui aimaient leurs filles de cet amour trop commun, sans se rendre compte que l'une d'elle avait perdu la raison. Les corps de père et mère brûlent alors que Veronika traîne Marie-Thérèse dans les rues, Marie-Thérèse qui hurle à la mort plongée dans un noir absolu et terrifiant qui trébuche se cogne tombe et cette main qui la relève avec force qui ne la lâche jamais. Marche, Marie-Thérèse, je veux que tu marches toute ta vie comme je marche errante et sans but.

On retrouve les deux enfants. L'incendie, un simple accident domestique qui tourne aux cauchemar ; c'est ce qui fait la une des journaux. On se demande le temps d'une seconde comment une brûlure peut être si locale sur le visage de Marie-Thérèse, et puis on oublie très vite. Marie-Thérèse ne dit rien. Les deux sœurs sont placées en foyer, on inscrit Veronika à un sport de combat, Marie-Thérèse veut faire du krav maga, on trouve ça bizarre et finalement on dit oui, elle fait bien ce qu'elle veut. Veronika et Marie-Thérèse se battent, parfois, souvent, Veronika gagne, toujours. On finit fatalement par les séparer et les envoyer chacune dans des banlieues opposées.

Marie-Thérèse, Marie-Thérèse reste seule, presque aveugle, les années passent, les maux de tête qui s'enchaînent à cause de son intolérance aux lumières vives, l'addiction au paracétamol, aux aspirines, à tout ce qui peut calmer un peu les hurlements de son crâne. Ses poings qui frappent encore et encore. Le braille, quand on a cent-soixante-douze de quotient intellectuel, c'est enfantin ; mais les visages, les tableaux, les dessins qu'elle faisait parfois, ça lui a manqué un peu, beaucoup. Et puis six mois après l'accident, Marie-Thérèse est cette gamine asociale un peu cynique et moqueuse ; Marie-Thérèse s'en fout, Marie-Thérèse se fout de tout. Se fout de vous, un peu, aussi. Se fout du type qui lui annonce qu'elle est surdouée, bien évidemment qu'elle est surdouée pauvre imbécile. Mais succéder à L, elle s'en fout aussi.

Le truc marrant à faire, à la Wammy's House, c'est jouer les justiciers. Courir après les petits cons qui ne respectent pas les règles, trafiquent des produits illicites, font dans l'illégal. Les choper et leur foutre une dérouillée au nom de la protection de l'ordre public. C'est drôle ça. Se faire des potes, aussi, un peu, quand elle a le temps, pour sortir, parce qu'on manque un peu d'air dans cet orphelinat. À côté de ça Marie-Thérèse est certainement l'une des élèves les plus pénibles que l'établissement ait pu connaître ; ça la fait pas mal marrer aussi parce que ça ne l'empêche pas de réussir. Elle sait déjà ce qu'elle veut faire de sa vie, Marie-Thérèse, elle veut être juge, remettre les choses dans l'ordre. Comme sa sœur l'a fait pour elle, quelque part. Elle la hait tellement. Elle lui manque tellement. C'est bizarre, hein. Marie-Thérèse s'appelle Blind, ça lui plaît, Blind. Parce que, tu sais. La justice est aveugle.


HRP
wave your hands.


    SURNOM(S) : Léon, tabledechevet.
    DATE DE NAISSANCE : 29 / 03 / 1995
    ÂGE : BIENTÔT L'ÂGE D'ACHETER DE LA DROGUE. ah non ?
    SEXE (✔) : ❒ M ✔ F
    AVATAR : Terezi Pyrope, Homestuck.
    DÉCOUVERTE DU FORUM : Je suis passée sous le bureau de Koko pour avoir l'info.
    EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? Well, nope.


Dernière édition par Blind le Jeu 7 Mar - 15:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rocket
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House only.
Double Compte:
Âge: 16 ans.
Sujet: Re: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS. Jeu 7 Mar - 0:50

tu n'es pas passée sous mon bureau c'est faux JE NE SUIS PAS RESPONSABLE DE LA SOUDAINE INVASION HOMESTUCK.


Cette chère hérétique aveugle est une Shape (pourquoi est-ce que vous êtes tous shape sérieux MORPHEE ET MOI ON SE SENT SEULS. /meurt) pense à écrire quelque part sa spécialité sportive hehe.
Bon courage pour ton histoire. ♥

♔ ♔ ♔

I MENTALLY MURDER PEOPLE I DON'T LIKE.

you fall in love with the most unexpected person at the most unexpected time:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS. Jeu 7 Mar - 11:24

Rocket a écrit:
tu n'es pas passée sous mon bureau c'est faux JE NE SUIS PAS RESPONSABLE DE LA SOUDAINE INVASION HOMESTUCK.

Rocket et son armée.




Bon et bienvenue sinon 8D

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rocket
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House only.
Double Compte:
Âge: 16 ans.
Sujet: Re: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS. Jeu 7 Mar - 15:07

NON NON TON HISTOIRE N’ÉTAIT ABSOLUMENT PAS BADANTE.
ABSOLUMENT PAS.

je vous hais.
pourquoi vous êtes là.

validée.

♔ ♔ ♔

I MENTALLY MURDER PEOPLE I DON'T LIKE.

you fall in love with the most unexpected person at the most unexpected time:
 


Dernière édition par Rocket le Jeu 7 Mar - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS. Jeu 7 Mar - 15:18

End a écrit:
Rocket a écrit:
tu n'es pas passée sous mon bureau c'est faux JE NE SUIS PAS RESPONSABLE DE LA SOUDAINE INVASION HOMESTUCK.

Rocket et son armée.




Bon et bienvenue sinon 8D

J'ai tellement ri. Merci. ♥

NON C'ÉTAIT ABSOLUMENT PAS BADANT.
Y'a pas de morts à part les parents bitch plz.
C'est presque un conte de fées.


ne floode pas dans ta présa tepu adorable chose tu rêves un peu là.
je te hais toujours.


bouuuh comment tu profites de tes pouvoirs de modo.
c'est de l'abus. c'est ma présa je fais ce que je veux.
et puis c'est pas vrai je sais que tu m'aimes. ♥ krr.

edit2 ; LAISSE-MOI RÊVER. ;;;;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS.

Revenir en haut Aller en bas
 

NO 1 C4NT S33 YOU DUMB4SS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-