Partagez | 
 

 who ϟ are we human or are we dancers ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: who ϟ are we human or are we dancers ? Lun 28 Mai - 23:34





MY GOLDEN HEART BEATS FOR YOU,
MY GOLDEN HEART BEATS FOR TWO.

MIKAELA « who's like god »
18 PRINTEMPS, 18 AVRIL
FEMME, HETEROSEXUELLE
JOUER AVEC UNE PIECE

NIVES, WEINGARTNER
SUISSE, NEE A LAUSANNE
AKA WHO, QI 158, SHAPE
GYMNASTIQUE ARTISTIQUE.



ponctuelle • sociale • matérialiste • sang froid • avare • passive • désordonnée • accro à la nicotine et aux jeux de loterie • hipster

roux foncé, peau claire
166cm, poids normal

iris verts grisâtre
pas de taches de rousseur


HERE IS YOUR HOST
SOUNDS AS IF SHE'S PRETTY CLOSE
WHEN THE HEAT STARTS GROWING HORNS
SHE'S THUNDERSTORMS.


Vacille et babille, saute et lève ton bras, relève-toi et chope quelqu'un, tourne en bourrique et trinque, va rigoler un instant avec des amies en regardant un groupe gars et tout ira bien pour le meilleur des mondes. Tu swing et tu tourniques sur le dancefloor sur lequel tu scintilles avec tes chaussures pailletés, fascination et fausses illuminations sont dans ton palmarès de préjudices. Tu souris et tu ris mais jamais vraiment, tu joues cette comédie existentielle mais tu ne peux bloquer les rouages de cette machination : t'existes plus. Ton cœur est un grand manège dévasté et abandonné. Tes cendres se sont envolées au vent il y a bien longtemps. Maintenant c'est la débâcle qui enchaine et mène la valse. Plains tes maux en t'envoyant des joints, tu verras tout ira bien. Tu as toujours été comme ça, Mikaela, un peu couci-couça, à te perdre au milieu de ces chemins fléchés alors qu'il n'y a aucune main pour te guider. Tu prétendais être indépendante, mais tu as le même temps d'autonomie que ton portable. Tu clamais que jamais tu ne changerai, mais tu as troqué la version Mikaela au vu de la version Who, parce que t'es une gamine paumée et disparue dans les grands méandres du deuil. Et tu ne pleures jamais — du moins, jamais devant les autres — comme une véritable Dame qui entretient juste son sourire posé et sa manière de mettre du rouge sur ses lèvres, aucune faiblesse ne transparaît sur tes traits. Mieux que Thatcher, toutes tes attentions sont pour les autres, toutes tes préoccupations sont les autres.

Et tu es telle une Sainte Vierge : tu possède la patience de l'écoute et même les païens peuvent tenir tes blanches mains. Celle à qui se confient les maux douloureux prêts à être lavés de tout péché, celle qui prononce la phrase qui bénie et libère les cœurs des fardeaux sans t'occuper du tien. Tu es Gentillesse, tu es Raison et Justesse ; tu es Who.
Tu ne fais guère parti des intellectuels, les sciences t'échappent, la littérature qui s'entasse sur tes étagères ne sont que des magasines où s'exposent des créations faites de tissu luxueuses, les sorties au théâtre et à l'opéra n'ont pas de place dans ton planning. Certes, tu possèdes une certaine connaissances sans être du genre à l'étaler de façon irritante, toi. Si le monde court dans le sens des aiguilles d'une montre, tes jambes le parcourt au sens contraire, à la recherche d'un quelque chose qui transformera ton quotidien répétitif, à la traque d'un changement. Ce qui est beau en toi, dans ta divine empathie, doit être que tu ne te prétends ni belle ni exceptionnelle. En toi ne s'écoule pas la modestie, mais la franchise bien ficelée de tact. Ton expertise en mondanité te permet de pouvoir le moins parler de toi, mais extorquer le plus toute information sur autrui, une hôte parfaite capable de passer du coq à l'âne sans longs blancs.

Mais ta vie, Mikaela, est une grandiose fête où tu es sans cesse malheureuse.
Terne, fade, sans éclat, tout comme toi.


WAITING IN A CAR,
WAITING FOR A RIDE IN THE DARK.
THE NIGHT CITY GROWS,
LOOK AND SEE HER EYES THEY GLOW.


– J'ai toujours pensé que tout irait bien, pour le meilleur des mondes, j'ai toujours essayé de penser ainsi. Mais je crois que peu de choses m'intéressaient tant que le franc allait bien. Ma petite vie capitaliste et matérialiste me conviendra jusqu'à la fin, je n'ai aucun rêve de communisme et je pense que mieux vaut que l'Afrique reste pauvre car avec tout ce qu'il y a à nourrir il nous faudra raser la Terre entière. Mais je ne suis pas raciste, au contraire, je pense comme quelqu'un de réaliste pense. Imaginez si toutes les entreprises étaient riches ! Combien de privilèges sur les impôts ont leur offriraient pour qu'ils s'installent ici ou là, combien la caisse de l'État qui les héberge perdrait. Et imaginez si tout le monde était riche, qui serait là pour balayer la rue ? Ou encore ramasser les ordures ? Et ce n'est pas car je viens d'une famille aisée que je dis ça, non, je dis ça car c'est la pure vérité. Et qui sait si on ne serait pas tous plus heureux pauvres ou juste de la classe moyenne ? Pas d'envie, pas de jalousie, juste des gens de la même classe. Je ne pense pas que l'argent nous rende heureux, mais il y contribue car, sans, il n'y a que des malheurs. Je crois qu'avoir de l'argent vaut mieux qu'être amoureux, car c'est la plupart du temps éphémère et on se fait du mal pour rien. Mais je crois que je préfère avoir des amis et assez d'argent pour pouvoir payer mon assurance santé, des légumes bio, mon loyer et mon papier toilette plutôt qu'être amoureuse et malheureuse.


GO DOWNTOWN PUT THE DRUGS IN MY BODY,
STEP BACK UP I'M THE LIFE OF THE PARTY.
COME BACK HOME AND WE'LL GET SOMETHING STARTED,
STAY UP LATE PUT SOME HEAT IN MY HEARTACHE.


Baignant dans les lumières qui brillent et les néons des enseignes qui éblouissent, quand la nuit se remarque le plus sur la piste de danse au milieu des autres étoiles, nous frappions le béton en changeant continuellement de destination. Nous quittions le bon vieux bar en vue d'un appartement vidé des parents ou quelque chose du même genre. La nuit me paraissait toujours trop courte et la journée trop longue, j'ai oublié comment profiter des rayons brûlants du soleil il y a bien longtemps, comme une drogue dure, le trip a l'air si court et le temps de s'en envoyer à nouveau a l'air si lointain.

Toujours la même rengaine, ça ne changeait jamais.
Rien que ce petit bout de vie me satisfaisait.

Bastien me reprochait souvent ça, de ne pas pouvoir tenir en place, de devoir toujours aller autre part, faire autre chose. Moi, ce que je lui reprochais ou plutôt que je nous reprochais fut qu'on reste ensembles, comme ça, sans sentiments pour la forme, pour l'apparence et certes nous étions heureux ainsi sans passion, mais notre relation se définissait comme vide. Vide de sens, vide d'amour, vide de réel bonheur. L'alcool ravivait parfois notre feu qui périssait peu à peu, la weed aussi mais moins. J'ai fini par plus apprécier les moments où j'allumais mon joint que ceux que je passais avec lui, mais cela devait être réciproque. En nous ne résonnaient que les fantômes des émotions intimes passées.

Julia et moi vivions dans la même rue, plus exactement nos maisons se font face à face perpétuel, et notre amitié durait depuis sept ans. Mais la différence s'est tellement creusée entre nous que lorsque nous nous retrouvions, nos conversations résonnaient à mes oreilles comme sans vie, dans réel intérêt l'une pour l'autre. Nous fûmes deux inconnues qui se connurent, deux inconnues sans plus rien à se dire, le réservoir de conversation une fois épuisé, tout semblait livide.

Mais la superficialité de nos relations dans laquelle nous perdurions me satisfaisait. Pour le peu d'amour que nous puissions avoir, nous continuerons à jouer une comédie.


I HOPE YOU ALWAYS KNOW IT'S TRUE
I WOULD NEVER MAKE IT THROUGH.
YOU COULD MAKE THE HEAVENS FALL
JUST BY WALKING AWAY.


Alors que le bras de Bastien pesait lourd autour de mes épaules, que l'alcool me montait un peu à tête, je le sentais mal. Comme si quelque chose venait de perturber ma petite vie tranquille, un mauvais presentiment ils disent.

Mais je me suis dit que c'était mes courbatures de l'entraînement aujourd'hui, de la tourmente de mes muscles épuisés et puis l'entraîneuse avait été si rude aujourd'hui en préparation des représentations et toutes ses longues heures passées accrochée aux barres parallèles et aux agneaux. Ainsi fut ma manière de chasser cette mauvaise pensée.
Mais beaucoup plus tard ma sœur m'a appelée pour m'annoncer cette affreuse nouvelle. Alors j'ai vraiment couru pour prendre un des derniers métros, et les émotions dans ma poitrine, je ne les connaissais pas. Moi j'avais juste capté qu'un ivrogne a percuté la voiture de papa et de maman. En entrant de l'hôpital au blanc qui rend les malades encore plus malades, tout semblait si abstrait, ce n'étaient que de vagues idées d'un séisme avant que celui-ci ne frappe vraiment. Mais en me faisant enlacer à en pulvériser mes os par ma sœur et que celle-ci pleurait, quand le médecin nous a annoncé qu'ils n'avaient pas tenu et quand elle s'est mise à pleurer. Un court laps de temps après qu'elle se soit mise à pleurer, j'ai réalisé.

J'ai réalisé que je n'avais plus de parents et, alors que les larmes coulaient les longs de mes joues je me suis demandée.

Ai-je réellement vécu jusqu'à maintenant ?


GOT SHACKLES ON, MY WORDS ARE TIED.
FEAR CAN MAKE YOU COMPROMISE,
FASTEN UP, IT'S TIME TO HIDE :
SOMETIMES I WANNA DISAPPEAR.


Le soleil avait déjà émergé de l'horizon lorsque je me suis réveillée. Sur le lit d'à côté, enfouie sous les couettes, Lula dormait encore, comme toujours, et il faut marcher doucement. La manie de préparé ma tenue pour le lendemain s'était développée depuis et le temps de les coincer avec le linge et ma trousse de toilette que ma silhouette disparaissait de la pièce. On nous disait de pas nous doucher trop tard ou trop tôt, mais jamais encore personne ne s'était plein que je prenne la mienne aux alentours de six moins le quart, six heures et quart. À mon arrivée, il m'arrivait de la prendre quand elles se remplissaient mais un mal aise s'est formé chez moi. Non pas par rapport à leur physique — la seule chose que j'envie à certaines sont leur poitrine un peu plus fournie que la mienne — mais ces histoires qu'elles se bornent à raconter. Qui couche avec qui, qui a des vues sur qui, qui est en plan cul avec qui. Ça me gène, moi dont la vie amoureuse et sexuelle est la schématisation même d'un désert aride. Je déteste tout bonnement cela.

Le pire a toujours été de me regarder dans un miroir. Chaque matin, je voue une guerre sans merci aux points noirs et aux boutons que si forment ma peau et la petite phrase embêtante défile dans mon esprit « Ce n'est pas avec cette peau immonde que tu vas attirer les mecs, ma pauvre. » , il est vrai que je n'ai pas succès auprès du sexe opposé ou alors il est infime, c'est peut-être le fait que mes journées sont passées aux côtés de cette bombe de Lula. Je me suis demandée pourquoi la génétique n'a pas marché sur moi quand je pense à quel point ma sœur est splendide, soit la plus grande injustice de toute ma vie.

En me brossant ces dents qui ne seront plus jamais blanches, la soirée d'hier est repassée en boucle dans mon esprit. Cette soirée avait été très chouette avec Traffic, la journée passée avec Blake aussi, comme quoi ma destinée est d'être l'amie de tout le monde. Mon intégration ici est complète, je ne vais pas me plaindre d'avoir des amis ou de bons fournisseurs. J'examinais une dernière fois ma tenue en me demandant si le vert avec mes cheveux roux ne faisait pas trop mainstream, une touche de doré avec un collier mince et une ceinture brune en cuir fine. Sûrement que lorsque ma chevelure aura séché, je me ferai une couronne de tresse, oui, ça doit bien aller avec, additionné à des boucles d'oreilles grandes. Mais ce n'est ni ma coiffure ni mes accessoires qui feront que le sexe opposé s'intéresse à moi. Peut-être devrais-je mettre des talons ? Oh, et puis non, une paire de spartiates doit bien traîner quelque part.

Avec mes chaussettes roses aux imprimés kitch, glisser sur le sol impeccable des couloirs était mon grand plaisir. Le toit faisait partie des endroits que je préférais : premièrement il y régnait la tranquillité, deuxièmement Slave ne viendrait jamais ici et puis j'en ai marre de devoir courir. Mon rituel matinal ? Me lever, fumer, me doucher, me brosser les dents, m'habiller et puis fumer mon joint avant le petit déjeuner histoire de pouvoir finir mon repas. Généralement, en redescendant, l'orphelinat s'agitait déjà autour de moi alors il fallait faire vite pour ne pas avoir à se taper la queue trop longtemps.
Une table m'attendait toujours, avec un Yves souriant et cela me suffisait amplement.


I NEED DIRECTION TO PERFECTION,
NO NO NO NO. HELP ME OUT, YEAH,
YOU KNOW YOU GOT TO HELP ME OUT
YEAH, OH DON'T YOU PUT ME ON THE BACKBURNER ?
YOU KNOW YOU GOT TO HELP ME OUT.


– Vous trouvez cela paradoxal que je dise ne pas vouloir être amoureuse et en même temps vouloir l'être ? Mais vous devriez savoir que c'est normal pour un être humain de vouloir être aimé, d'être une personne spéciale en particulier aux yeux de quelqu'un. Pas besoin d'être philosophe ou avoir fait six d'études de psycho pour savoir cela. Vous voulez que je vous dise ? De toute façon, vous psychologues, ne servez absolument à rien. Si on pleure vous dîtes à l'Etat qu'on est en dépression et si on sourit vous dîtes qu'on est en dénie. Vous avez fait psycho pour combler vos propres problèmes de gamins avec des traumas et vous avez juste envie de vous sentir important. Maintenant, laissez-moi tranquille avec vos questions à la con.


I FIND SHELTER IN THIS WAY, UNDER COVER, HIDE AWAY.
CAN YOU HEAR WHEN I SAY I HAVE NEVER FELT THIS WAY ?
MAYBE I HAD SAID SOMETHING THAT WAS WRONG,
CAN I MAKE IT BETTER WITH THE LIGHTS TURNED OFF ?




ALLO ? HELLO ? MOSHI MOSHI ?
C'EST BRATISLAVA A L'APPAREIL.

Je suis une femme, bon d'accord, une fille de seize ans mais je trouvais cela sensuel de dire femme. JE CONNAIS WH PAR MEETIC ET ON EST EN COUPLE DEPUIS PLUS D'UN AN. JE L'AIME MEME SI PARFOIS SON CŒUR EST UN DESERT. et puis euh j'ai laissé shape à Who car voilà. PAS TAPER ;; Vous pouvez supprimer l'autre fiche. A moins que ça vous emmerde mais Zadig vous fait les yeux doux, vous ne pouvez refuser /meurt LOVE LOVE SUR VOUS







Dernière édition par Who le Dim 8 Juil - 22:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ginger
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ? Mar 29 Mai - 17:39

Bon....puisque Zadig me fera les yeux doux...je veux bien mettre ton ancienne fiche au placard...mais en échange je veux mon Rp ZadigMuse rawww/meurt
(c'est qui la fille sur la photo au fait ? Who in real life est troop belle/bam)
Bonne continuation pour ta fiche !

♔ ♔ ♔

Avatars par Sissi d'amouuuuuur<3
Ginger/Ember pour l'image 8D

LUCK AND INTUITION PLAY THE CARDS WITH THE SPADE TO START,
AND AFTER SHE'S BEEN HOOKED I'LL PLAY THE ONE THAT'S ON HER HEART,
Poker Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ? Ven 8 Juin - 23:05

Bonsoooir !

Toujours en cours ? :3

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hammer
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H & A
Double Compte:
Âge: 17 ans /25 ans
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ? Lun 2 Juil - 14:16

Toujours en cours ?

♔ ♔ ♔



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ? Dim 8 Juil - 22:43

ouii désolée d'avoir mis longtemps ;;
même que fiche terminée, tasvu ça 8D
Revenir en haut Aller en bas
Ginger
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ? Dim 15 Juil - 10:40

Je t'aime. C'est beau. J'adore. Je te valide <3

♔ ♔ ♔

Avatars par Sissi d'amouuuuuur<3
Ginger/Ember pour l'image 8D

LUCK AND INTUITION PLAY THE CARDS WITH THE SPADE TO START,
AND AFTER SHE'S BEEN HOOKED I'LL PLAY THE ONE THAT'S ON HER HEART,
Poker Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: who ϟ are we human or are we dancers ?

Revenir en haut Aller en bas
 

who ϟ are we human or are we dancers ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» human BOMB
» Human shields used at the border
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)
» Black immigrants see personal triumphs in Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-