Partagez | 
 

 La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice Sam 11 Fév - 13:13

Identité


PSEUDONYME : Licorice
NOM : Vapaavuori
PRÉNOM(S) : Leemu Jussi
QI: 183
DATE DE NAISSANCE : 6 décembre
ÂGE : 15 ans
SEXE (✔) : ✔ M ❒ F
ORIGINE : Finlandais
ANCIENNETÉ : Depuis ses 8 ans
MANIE : Manger du réglisse.


Physique

Couleur des cheveux : Gris-blanc
Couleur de la peau : Blanche, pâle, très pâle.
Tatouage/Piercing ? : Aucun, y n'en voit pas l'intérêt.
Couleur des yeux : Bleu
Taille en centimètres : 171 cm
Corpulence: Moyenne.



Caractère

Stressé
Déterminé
Observateur
Curieux
Discret
Sûr de lui
    Froid
    Trop sûr de lui
    Colérique
    Susceptible
    Gourmand
    Asocial


Licorice est quelqu’un de complexe. Il semble être juste un être froid et insensible comme ça, mais il est plus que ça.

Certes, c’est quelqu’un de silencieux, au premier abord. Il n’aime pas le bruit, autrement dire que quand y’en a qui s’engueulent, il préfère s’éclipser discrètement et attendre qu’ils se calment. Il aime la douceur du bruit de la mer, et celui du vent. Il pourrait donc passer de longues journées à se balader, comme ça.

Licorice aime le calme pour une autre raison. Plus c’est calme, moins y’a de monde, en théorie. Et ça, il préfère. Il est légèrement asocial, voire agoraphobe, dans le genre. Il déteste la foule, ça lui retourne l’estomac, ça le fout mal à l’aise, ce genre de mal être qu’on ressent quand on étouffe dans un sauna, la panique au ventre quand on regarde le thermomètre s’emballer. Son cœur s’emballerait et il suerait à grosses gouttes si on le lâchait en plein milieu d’un concert de Madonna. Rien à foutre de la blondasse qui chante en play-back, tous ces gens autour de lui, c’est bien plus inquiétant.

Licorice a donc l’air d’un pauvre môme facilement impressionnable et effrayé. Sauf que c’est un être plutôt… Susceptible, une pique et c’est mort. Faut pas lui chercher les poux trop longtemps en somme. Le finlandais peut faire preuve d’une grande patience, d’un bon sang froid… Mais quand la goutte d’eau a fait déborder le vase, attention à l’éruption. Il pourra vous hurler vos quatre vérités à la figure avant d’essayer de vous transformer en bouillie. Mais à part ça, il est gentil. Très gentil. Hein.

Quand on lui fout la paix, Licorice est généralement dans son coin, ne prêtant pas particulièrement attention aux autres, en apparence. Il vous épiera derrière ses livres et ses cahiers. Un stylo à la main, il notera ce qui lui semblera utile, ce qui pourrait, de près ou de loin, avoir un intérêt quelconque. Ses notes sont classées par jour et heure, dans des petits classeurs. Ce n’est pas compulsif, c’est une curiosité malsaine couplée à un esprit vagabond. Il verra un truc intéressant, commencera à se poser des questions, et aussitôt il passera à autre chose, distrait par une mouche ou n’importe quoi d’autre. Alors il note, comme ça il peut y revenir. Simple, et efficace.

Mais il ne passe pas le clair de son temps à prendre en note la vie des gens, allons. Son petit tic à lui, c’est le réglisse. Eloignez-le de sa friandise, il vous piquera la colère du siècle, braillant et s’énervant aussi fort et bien qu’un enfant capricieux. Pas touche, c’est à lui. Il n’embête personne, alors qu’on le laisse boulotter son réglisse en paix, namého. Par contre, refilez lui un truc, n’importe quoi, qui ai un goût qui se rapproche de près ou de loin de ces choses noires, il vous aimera, tout de suite. Même les salmiakkis, ces horribles réglisses salés, il est capable de les manger avec le sourire.

Quand Licorice veut quelque chose, il fait tout pour l’obtenir, c’est un fait. Oh, il n’oserait pas faire le kéké pour un bout de réglisse, j’vous vois venir, non. Mais s’il faut rester éveillé des heures pour finir un devoir, une recherche, un livre, il le fera, même si on doit le retrouver avec la marque des pages sur la joue le lendemain. Il est sûr de lui, ce môme, doté d’une inébranlable confiance en lui, il se remet rarement en question, préférant trimer pour prouver qu’il vaut quelque chose, que de rester affable et s’écraser. Mais ses efforts, c’est à l’abri des regards, qu’il les fait. Juste pour faire style.





Classe

    Définissez vous en une phrase.
    1. Non.


    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
    1. Une bataille navale.


    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
    1. Harry Potter de JK Rowling.


    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
    1. « Ton niveau s'élève à la dérivée d'une constante. »


    La petite manie dont vous vous passerez bien ?
    1. Faire des private jokes.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    1. M'excuser au près de la personne que j'ai insulté il y a trois semaine. Peut-être. On verra.


Histoire




Cette histoire commence un matin de janvier, dans un petit village de Carélie finlandaise. La neige tombait à gros flocons, et le vent fort camouflait les hurlements de douleur poussés par une femme frêle et couverte d’une fine pellicule de sueur. Seule, dans sa petite maison de pierres, elle attendait une aide quelconque, la main secourable de son homme, qui était déjà dans une case de bois, dans le cimetière communal. Mort d’un accident vasculaire cérébral, cet homme de vingt ans à peine, aux cheveux déjà poivre et sel, à l’allure robuste et bâti comme un bucheron, était tombé, d’un coup, comme ça, sans prévenir, laissant derrière lui une femme enceinte.

Quelqu’un tambourinait à la porte, une vieille femme, sa mère, soixante ans et des poussières, bravant le blizzard pour sa fille unique et ce qui serait son petit fils. Mais, c’était trop tard. Baignant dans une mare de sang, de sueur, d’urine et couvert de liquide amniotique, l’enfant braillait, emplissant la pièce de terribles cris à vous faire grincer les dents, sans aucune considération pour le cadavre tordu de sa mère épuisée.

Et puisqu’elle était bien trop vieille pour s’occuper de cet enfant, la vieille dame se contenta de le nettoyer, de l’envelopper dans des couvertures épaisses et de lui donner un nom. Le lendemain, quand la neige s’arrêta de tomber, elle emporta le nouveau né et le déposa sur le perron de l’orphelinat le plus proche, avec une étiquette entre les couvertures, plus cliché, tu meurs. Mais c’était ainsi, il fallait qu’elle s’occupe des funérailles de sa fille, et cet enfant, cet être innocent, pour elle, c’était lui, l’assassin. Leemu Jussi Vapaavuori commençait mal, très mal, ses petits poings froids agrippés à la laine de sa couverture.

Un enfant banal de plus dans un de ces orphelinats surpeuplés. Il aurait pu être comme les autres, un gamin soit turbulent, soit effacé. Cependant, Leemu n’était pas un enfant comme les autres. Déjà par son physique. Beaucoup d’enfants naissent avec le cheveu blond et le regard bleu, il n’échappa pas à la règle. Ses yeux gardèrent ce bleu limpide de sa naissance, mais ses cheveux s’éclaircirent au fil des ans, d’un blond platine presque blanc. Mais ça, passe encore, les taches sur sa peau, par contre, ça passait moins inaperçu. Vers ses six ans, on s’inquiéta, ces taches se répandant sur ses bras et occasionnant railleries et moqueries des autres enfants. On lui diagnostiqua un vitiligo, infection de la peau héréditaire, cause de ces taches blanches sur une peau déjà pâle.

Rien de bien méchant en somme, juste quelques moqueries, pas de quoi se faire des cheveux blancs, littéralement. Leemu lui s’en fichait, tout ce qu’il voulait, c’était qu’on le laisse tranquille, et qu’on lui donne des casses tête. Ce petit adorait les Rubik’s Cube, ces carrés colorés que le commun des mortels a du mal à résoudre. Ca l’amuse, c’est joli, c’est un petit défi qu’il relève à chaque fois. Les autres enfants ne l’intéressaient pas, et ils lui rendaient bien.

Un soir de juillet, un homme débarqua à l’orphelinat, ayant entendu parler des résultats excellents de l’enfant, qui résolvait problèmes et autres à une vitesse déroutante, passant le plus clair de ses examens à ne rien faire, une fois sa feuille noircie, les autres mômes ayant à peine terminé le premier exercice. Il brillait silencieusement, dans cette masure de médiocrité et d’enfants attardés par la vie en communauté. Il fut alors transféré à la Wammy’s, après une mise à niveau en anglais. Parce que baragouiner finnois à Winchester, la bonne blague.

Mais il y a trop de monde, pour lui, à la Wammy’s House. Trop de génies, trop d’enfants comme lui, bizarres et intelligents au possible. La difficulté lui convenait, lui apportait de vrais challenges, mais la présence perpétuelle de camarade de classe autour de lui ne faisait que l’angoisser. Pris de stress permanent, son vitiligo empira, les taches blanches s’agrandirent, et ses cheveux perdirent doucement leur teinte blonde, pour un gris terne, mélangé à quelques mèches encore blondes, condamnées à perdre de leur éclat avec le temps. Son seul exutoire à ce stress ? Son réglisse. Il a découvert ça à l’autre orphelinat, et en grignotait un bâton, le jour de son transfert. Il en avala un paquet entier, rien que ce jour-là. Le pseudonyme qu’on lui affubla alors lui collait bien à la peau, telle une seconde nature. Et c’est ainsi qu’on peut le trouver aujourd’hui, Licorice, adolescent de quinze ans, tâché de blanc, le cheveu gris, réglisse en bouche, tentant de vous percer à jour de l’éclat céruléen de ses yeux clairs.




HRP.
SURNOM(S) : PiwiiJuly, une peluche. '-'
DATE DE NAISSANCE : 12/11/1993 (on dirait pas, comme ça.)
ÂGE : Beh si tu calcules bien, 18 piges.
SEXE (✔) : ❒ M ✔ F
AVATAR : Islande, de Axis Power Hetalia
DÉCOUVERTE DU FORUM : Premier forum RPG que j'aie vu, y'a genre j'sais pus combien de temps. J'ai bavé dessus, j'ai pas osé m'inscrire. Puis l'icone m'a fait de l'oeil sur la page d'accueil de Boku. e_e
EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? Si on part de la fin, ouais. Sinon, largement que non. '-'



Dernière édition par Licorice le Sam 18 Fév - 14:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moriarty avatar

Sujet: Re: La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice Sam 11 Fév - 13:29

ISLANDE DE MON COEUR

(hum, pardon)

Bienvenue tout ça ♥

Ton personnage est un Riddle et j'ai hâte d'en découvrir plus.
Je tiens à préciser un point, il faudra expliquer dans ton histoire la raison de sa chevelure grisonnante :3

Alea jacta est.

♔ ♔ ♔


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wammys-house.forums-actifs.net
Invité
Sujet: Re: La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice Dim 12 Fév - 13:41

Ouah °°

Oui j'y ai déjà pensé à ce point de cheveux bizarres, j'ai plus qu'à finir de mettre en forme :3

Merci d'l'accueil, et j'repars sur word ~

EDIT : Genre, j'ai terminé o/
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice Mer 22 Fév - 20:35

Je kiffe, je te valide et m'excuse pour le retard.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice

Revenir en haut Aller en bas
 

La paix nourrit, le trouble consume. || Licorice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !
» Repose en paix Mireille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-