Partagez | 
 

 BORING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: BORING Jeu 22 Déc - 13:35


TAKEN/BURNED ah j'étais fan !
Bon les filles, ça y est je crois que c'est DÉFINITIF j'ai fini. Mais désolée, j'ai pas réussi à remettre le code de la jolie mise en page...
besos !

Identité

PSEUDONYME : Boring
NOM : Barros
PRÉNOM(S) : Julieta, Angel
QI: 160
DATE DE NAISSANCE : 13 / 08
ÂGE : 18 ans
SEXE (✔) : ❒ M ✔ F
ORIGINE : Catalane
ANCIENNETÉ : 3 ans
MANIE : soupirer bruyamment.

-----------------------------------------------------



Physique


Couleur des cheveux : noir
Couleur de la peau : mate
Tatouage/Piercing ? : un
trou à chaque oreille, un ta-
touage sur l'épaule droite,
une fleur de lotus. (en espa-
gnol, l'anagramme de lotus,
lutos = deuil)
    Couleur des yeux : noir
    Taille en centimètres : 167,
    presque grande.
    Corpulence: son goût pour l'al-
    cool et pour la friture lui font un
    peu de gras sur le bide et le cul

-----------------------------------------------------

Caractère

Mis botas son de cuero, si tú no te cuidas, ellas te van a pisar si!

ambitieuse
déterminée
attentive
enjouée
expressive
passionnée
    activiste
    butée
    irrationnelle
    romantique
    sang chaud
    arrogante


Julieta Barros n'est pas du genre violente, bien qu'elle ait parfois la réplique sèche : « - He, Boring, tu sais que pour les boutons que t'as sur las gueule, y a des crèmes ? » « - Ta gueule, du con, si tu veux j'te fout un coup de boule et je t'éclate mon acnée sur la tronche. » Elle ne cherche pas la bagarre, en fait elle ne sait pas cogner. Ce qui la rend redoutable, c'est qu'elle a assez de fierté pour se mesurer à deux-fois-son-poids. Il faut dire qu'elle à le coup de boule super efficace. On lui a souvent fixé le statut de « gouine-frustrée ». Faut dire, elle est du genre à se laisser pousser les poils et à délaisser les soutifs. Pas qu'elle porte sa féminité en fardeau. Les belles pompes, le rouge à lèvres, elle aime porter ça. Seulement, il y a des choses comme l'épilation qui la saoulent vite. Et ses p'tits seins lui permettent de se passer de soutif. D'ailleurs elle adore les robes et jupes bouffantes, seulement, de couleur noire, pour affirmer ses penchants libertaires. Julieta, elle a des principes, des convictions qu'elle défend ardemment. Elle voudrait porter sa conscience morale plus haut que la justice. Son militantisme exacerbé la pousse vers l'action directe, ce qui lui interdit peut-être d'office la succession à L. Julieta Barros rêve encore de la révolution du prolétariat sous le drapeau noir. Son ambition est de forger son éthique, de se mettre au service de la justice, mais dans l'ombre, elle veut se faire justicière du peuple, lutter contre la corruption, les abus de pouvoir et contre le reste, tous les abus, tous les pouvoirs. Elle s'applique beaucoup à comprendre le contenu de ses cours. Malgré et contre l'esprit de compétition qui règne à l'orphelinat et qu'elle tente de défaire en s'unissant à d'autres élèves par le partage de connaissances. Elle se donne à fond en semaine et profite de ses permissions en ville pour écouler son argent de poche dans des bars. Malgré ses prétentions « d'enragée-de-la-chatte », Boring est connue pour son sens de la fête. Elle aime danser, Julieta tient bien le rythme, mieux que l'alcool. Son enthousiasme est plaisant. D'ailleurs, elle est très bon public à tout genre de blagues et a l'habitude d'en rire fort. Un autre aspect de sa personnalité est son romantisme, sa sensibilité à fleur de peau. Il lui arrive de chialer en écoutant de la musique, comme cet air qui la rend super nostalgique d'une époque qu'elle n'a pas connue, ou même d'avoir la larme à l'oeil en écoutant de la Oi! Ou ce genre de conneries ! Avec les garçons c'est différent, elle drague grossièrement, ou joue à la gamine, rien de bien fructueux.


-----------------------------------------------------

Classe
Words


-----------------------------------------------------

Histoire


Sa mère, elle ne l'a pas connue, juste l'histoire de quelques années (les premières années de sa vie) pas de quoi s'en construire un souvenir. L'image qu'elle garde de sa génitrice, elle la tient des albums photo : une tête mignonne, cheveux ondulés, les lèvres rondes. Il y a aussi toutes ces anecdotes sordides que sa grand mère lui a balancé à son sujet. Mais Julieta ne s'y fie pas, elle y sentait la méchanceté pure. Enfant, elle ne voyait pas souvent sa grand mère et tant mieux. Tout ce qu'elle lui a légué, c'est son deuxième prénom : Angel. Julieta Angel. Cette vieille femme qui trainait une sale odeur d'orange synthétique était une catholique très fervente. Elle louait Dieu, ensuite elle louait Franco, son regretté général. Quand Julieta voyait sa grand mère, c'était que son père n'avait vraiment pas pu faire autrement. Entre eux, c'était la guerre. Déjà, le fait qu'il soit athée, la grand mère, ça la rendait malade. Les parents de Julieta s'étaient quand même mariés et avaient baptisé leur fille, méprisant leurs principes rien que pour rester dans ses bonnes grâces. Mais la vielle àvia Angel restait le seul lien maternel de Julieta. Elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir un sentiment de nostalgie quand elle lui rendait visite : ce sentiment doux amer, provoqué par son désir de connaître ce que sa propre maman avait pu vivre à son âge.

Son père, il ne lui a jamais parlé de sa mère et il éludait ses questions. Elle voyait bien que ça le rendait triste alors elle n'insistait pas. Par contre, il pouvait lui parler de mille autres choses. Avec lui elle s'est faite une passion pour l'électronique et pour la mécanique. Il portait une moustache épaisse et grise, un bouc, les cheveux bouclés fous avec la nuque longue. C'était un communiste dans son âme, dans son matérialisme inébranlable, mais pas dans sa famille : maintenant elle le sait, il avait bien pu passer sa vie à prôner le partage ou l'égalité pour le reste du monde, avec sa propre femme il n'avait fait preuve que des plus vulgaires égoïsme, machisme et intolérance. Érudit dans de nombreux domaines, il apprit à sa fille l'histoire omise par les manuels scolaires, l'histoire des opprimés. Il lui dit tout ce qu'il avait appris des pratiques iroquoises, peuple qui l'avait fasciné, mais aussi des mœurs du Moyen-Âge, des cafards, des fougères etc etc. Il eut beau entraîner la curiosité de Julieta, cette dernière fut en échec scolaire total. Dès le CP, l'école se révéla être un supplice, elle fit un rejet de l'apprentissage de la lecture. Il lui fallut ensuite passer un été entier, sous l'œil sévère de son paternel, pour qu'elle accepte de s'imprégner des lettres, de leurs formes et de leurs sonorités. On l'inscrivit au Lycée Français de Barcelone parce que le niveau y était soutenu.

A quatorze ans, un garçon du lycée franchement plus vieux qu'elle, lui offrit un pins. Dessus il y avait marqué « good night white pride » avec deux silhouettes qui se lattaient la tronche. Ce fut son premier contact avec le monde anti-fa. Elle le perdit quelques jours plus tard, alors elle demanda à son pote où il l'avait déniché. Il lui indiqua une boutique, laquelle faisait aussi info-kiosque. De flyer en flyer elle découvrit la scène Oi! , hard-core, punk, etc. Accompagnée de ce gars qui devait bien avoir dix-sept ans à l'époque, elle se mit à traîner dans les squats politisés de Barcelone, toujours un peu mise à l'écart à cause de son jeune âge. Julieta avait quinze ans quand son père se fit sauter la cervelle. Il avait monté un plan super foireux dont elle ne sut jamais que les grandes lignes. Il consistait à braquer une banque, accompagné de deux camarades, pour ensuite redistribuer leur butin jusqu'au dernier centime à des passants. Ce jour là, son père lui avait parlé de randonnée, de cinéma ou d'une autre foutaise de cette saveur. Ce n'est que par la suite qu'elle apprit sa tentative héroïque. Il paraît qu'ils avaient déniché un vieux fourgon. Ils avaient même enfilé de vieux collants pour masquer leurs visages, de très bons élèves en somme. Avec les guichetiers, la discussion s'était avérée plutôt calme, certains clients étaient même presque rieurs. Bref, tout se passa plutôt bien jusqu'à l'arrivée des flics. Avec la tension, il avait suffit d'un geste brusque de sa part pour que tout foute le camp. On crut qu'il avait chargé son arme, un poulet le descendit de sang froid. Une bavure policière, une orpheline.

Durant les mois qui suivirent, Julieta se déscolarisa, fuyant les éducateurs et l'assistance sociale, elle se réfugiat dans un squat et repensa sa vie comme celle d'une gamine qui n'a plus rien à perdre. Ennemie des flics assassins, des banques, de la surproduction, ennemie des prisons, elle voulait poser des bombes partout. Londres devint son Jérusalem. Un jour, elle décida de traverser la France en stop avec quelques copains. La petite clique fut capable de passer la manche sans débourser 1€, mais une fois de plus, la police arriva à temps pour désamorcer les conneries de la famille Barros. Le squat où Julieta s'était installée à Londres se fit expulser de nuit et elle se fit mettre en garde à vue. Pas de documents d'identités, refus de donner ses empreintes digitales et son ADN, elle risquait gros. Elle ne sait plus bien comment s'enchainèrent les évènements, il s'avéra que l'un d'eux cracha leurs âges, mais qui eut cette idée de proposer un test de QI ? Mystère. Quoi qu'il en soit, Julieta s'en sortit assez bien pour passer entre des mains supérieures, et voilà comment elle se retrouva à la Wammy's House.

Les premiers mois furent difficiles, surtout parce qu'elle ne maîtrisait pas bien l'anglais. Ce concept d'orphelinat spécialisé pour les surdoués l'effrayait un peu car elle détestait cette idée de se retrouver avec une sorte d'élite, dans une école hors du monde. Il lui semblait dangereux de parier la sécurité du monde sur des enfants ayant passé leur enfance loin des préoccupations qu'entraînent le réel. Aussi, elle passa le plus de temps possible, c'est à dire tout le temps qui lui fut permis à l'extérieur de l'établissement pour « s'aérer la tête ». Elle continue de fréquenter le monde anti-fa, le monde libertaire dans des CSA de Londres et autres salles de concert.

-----------------------------------------------------
HRP.
SURNOM(S) : / anthem
DATE DE NAISSANCE : 05 / 12 / 93
ÂGE : 18
SEXE (✔) : ❒ M ✔ F
AVATAR : euh, peut-être Nana Osaki de
Nana, sinon des illus de Tanxxx
DÉCOUVERTE DU FORUM : bienheureuse
EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? non


Dernière édition par Boring le Sam 14 Jan - 10:44, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: BORING Jeu 22 Déc - 14:12

Re-bonjour bienvenue mademoiselle o/
(ce qui est sûr c'est que JE VEUX te faire des avatars. NANA quoi.)
Ton personnage, sans conteste, fait partie des Words =3
alea jacta est
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: BORING Jeu 5 Jan - 2:11

Bon, j'ai noté l'absence de notre amie, et donc on attend patiemment. :3

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: BORING Lun 9 Jan - 11:30

OH ! un avatar fait par Vice ? je ne mérite pas :'D
(dis, tu étais aussi Taken, par hasard ?)


Voilà voilà c'est fini, c'est moche, chaotique, culcul, mais bon, en RP j'espère que ça rendra mieux...

edit : bof, j'crois que j'vais tout reprendre finalement, maintenant que j'ai le temps.
si vous voulez, effacez ce post, je présenterai tout fini d'un coup. désolée pour ma flemme. bise.
Revenir en haut Aller en bas
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: BORING Dim 15 Jan - 14:02

Oui oui Vice c'est Taken /o/

.... D8 je m’apprêtais à lire ta fiche et.... enfin bon courage pour recommencer du coup Dx !

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: BORING Mer 18 Jan - 12:30


TAKEN/BURNED ah j'étais fan !
Bon les filles, ça y est je crois que c'est DÉFINITIF j'ai fini. Mais désolée, j'ai pas réussi à remettre le code de la jolie mise en page...
besos !
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: BORING Mer 18 Jan - 23:52

    If God came down on Christmas Day
    I know exactly what He'd say
    He'd say Oi to the punks and Oi to the skins
    and Oi to the world and everybody wins!

    Meuf. Rebienvenue.

    Cette fiche est perfection.

    Validée.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: BORING

Revenir en haut Aller en bas
 

BORING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HYE-NA.park _ sometimes i pretend to be normal but it gets boring so i go back to be me
» Rumy ~ I'd rather be crazy, psycho, weird and different than boring
» Shut up, please ! You're so boring • |
» nanako ? boring days, boring life.
» In The Cold Light Of The Morning When The Party Get's Boring, You're High... NAK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-