Partagez | 
 

 Meine, you're so fake, Barbie is jealous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Meine
avatar

Sujet: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Lun 19 Déc - 13:52

*
Meine

Meine est une jeune fille de seize ans née le 06/04, son pseudonyme vient de l'allemand Mien. En effet, elle vient d'Allemagne, excusez son accent et son vocabulaire parfois hésitant. Avant d'arriver à la Wammy's House il y a quelques semaines, merci à ses 167 points de QI, elle se faisait appeler Marlen Fehrnbach.



Physique
Blonde.
Peau pale.
Aucun piercing.
Tatouage (?)
Yeux verts.
Un mètre soixante.
Mince.




Caractère

____« Je suis très fière de ma fille Marlen. Elle est une jeune fille adorable, polie, accueillante et douce. Ni trop intelligente, ni trop bête, elle peut suivre une conversation sans pour autant écraser ses interlocuteurs. Je lui ai bien expliqué qu'une fille trop intelligente a toujours des ennuis à trouver un mari, et elle a eu la bonne idée de m'écouter.
____De plus, elle est généreuse et sociable. Et si elle ne fait preuve d'aucune timidité, elle n'est en rien insolente et s'excusera à la moindre incartade. Elle sait reconnaître ses erreurs et n'hésite pas à demander de l'aide. Elle a eu la chance de ne pas avoir la fierté mal placée de son père. Ma fille, elle, n'est pas arrogante comme lui. Elle sait où est sa place et rêvera pas à des chimères de gloire, de pouvoir ou d'argent. Elle a les pieds sur terre, ma fille. Et son objectif est de se trouver un travail acceptable, un mari généreux, d'avoir deux ou trois enfants dans une petite maison pas trop perdue et de vivre ainsi une vie épanouie.
____Je connais bien ma fille. Je l'ai élevée. Je l'ai vue grandir. Je l'ai éduquée. C'est moi qui l'ai éduquée, monsieur. Et en insultant ma fille, j'espère que vous comprenez que vous m'insultez personnellement. Surtout pour des accusations aussi ridicules. »

____« Elle est jolie, Marlen. Moi j'l'aime bien. Comme beaucoup de gens en fait. Mais moi je l'aime vraiment bien. Je veux dire qu'on ne la remarqua pas forcément, comme fille. Elle ressemble un peu à toutes les autres, elle est gentille, a de l'humour, s'habille bien, a un joli sourire, … Elle est vraiment bien comme fille Marlen, mais n'est pas exceptionnelle, c'est ça que je voulais dire.
____Mais moi Marlen, je l'aime vraiment beaucoup. Elle m'aide dès que j'en ai besoin, surtout pour les cours. Je suis un peu le cancre de la classe, en fait, je fais rire mais j'ai pas vraiment de bonnes notes. Et je sais que dès que je comprends pas quelque chose, je peux aller voir Marlen. Elle m'expliquera tout comme si ça coule de source et moi aussi je me mettrais à tout comprendre. Je suis sûre que Marlen cache ses capacités. Elle cache son intelligence, sa gentillesse, elle évite d'être trop jolie ou de trop attirer l'attention. Pourtant je suis sûr que tout le monde l'aimerait encore plus si elle montrait ce qu'elle pensait vraiment. Parce que moi, je la comprends Marlen, je sais qu'elle est plus intelligente, gentille, belle, que tout le monde pense. Je l'aime vraiment beaucoup et je la comprends vraiment beaucoup. Alors je vous le dis, les rumeurs sur elle c'est faux. C'est impossible qu'elle soit... enfin... Vous savez qu'elle aime... Enfin... Qu'elle ne tombe pas amoureuse des garçons.
____Je pense qu'elle est juste intimidée. Elle est trop jolie pour être... homosexuelle. Enfin, c'est impossible qu'elle ait été traumatisée par son ancien petit ami, il n'y a aucune raison. En plus, elle n'a pas de père donc elle n'aurait pas été traumatisée par un viol. Et sa mère est trop riche pour que les profs osent la toucher. Elle n'a aucune raison de ne pas aimer les garçons. Même si je ne l'ai jamais vue amoureuse et qu'elle est toujours discrète quand ses amies parlent de beaux acteurs. Ce n'est juste pas possible, quoi. On raconte même qu'elle a un fiancé, alors !
____Et puis ce n'est pas parce qu'elle rejette poliment toutes mes avances et que je vois bien qu'elle évite de me toucher qu'elle n'aime pas les garçons. Ça n'a pas de sens. »

____« Marlen ? Oui, on était amies au collège. C'est une gentille fille. Elle est de bon conseil, parfois un peu simplette et trop complexée par chaque partie de son corps ou de sa personnalité, mais c'est agréable de parler avec elle. Elle sait rendre les gens à l'aise, on se sent vraiment intéressants quand on lui parle. C'est parfois assez flippant, d'ailleurs, sa manie d'un peu trop vite vous comprendre, de retenir ce que vous aimez. Après une seule fois elle savait comment j'aimais le café, si vous voyez le genre.
____Par contre, le problème de Marlen, c'est qu'elle est vraiment trop flippée. Limite parano en fait. Elle a continuellement peur de se retrouver seule, qu'on ne l'aime plus, qu'on ne veuille plus d'elle, qu'on l'abandonne. Elle est tellement stressée qu'elle s'accroche désespérément à tout ce qui semble lui appartenir. Le plus souvent, c'est les gens, mais aussi les places en classe, les vêtements, les surnoms, les délires. Ce n'est pas tellement qu'elle n'est pas prêteuse, mais qu'elle ne peut pas supporter l'idée qu'on lui arrache ce qui lui revient de droit. Ce qui s'étend parfois aux amies. Elle commence à avoir peur dès que l'on parle un peu trop à une autre, qu'on a oublié un rendez-vous ou un détail de sa vie. Elle ne se rend pas compte que sa mémoire n'est pas normale et que l'on ne retient pas tout, nous autres. Alors bon, c'est mignon quand même, et on fait avec parce que c'est quand même une fille bien mais bon... Je plains son petit ami. »

____« Je suis sortie quelques mois avec Marlen. Tout d'abord, je n'y croyais pas vraiment, qu'elle était lesbienne. Mais au fur et à mesure, c'est devenu une évidence. Son manque d'assurance, sa phobie de ne pas être aimée, son besoin d'être acceptée, c'est justement parce qu'elle ne correspond pas à l'idéal auquel sa mère la destine. Parce qu'il y a un truc qui cloche, qui ne va pas chez elle. Et ça la torture. Alors, en retour, elle nous torture.
____Je ne dis pas que ma relation avec Marlen n'a été que malheur mais une bonne partie, oui, quand même. Je ne pouvais jamais être en paix. J'avais l'impression d'être continuellement épiée. Je sentais qu'elle vérifiait mes mails, mes appels, mes historiques, ma page facebook. A chaque retard, j'avais besoin d'excuses et parfois même de preuves. Je ne pouvais pas voir une amie homosexuelle sans l'imaginer en train de se torturer l'esprit chez elle, vérifiant son portable toutes les cinq minutes, incapable de dormir si je n'étais pas encore rentrée chez moi. C'était attendrissant, d'une certaine manière, et c'est pour cela que j'ai mis quelques mois avant de rompre.
____Marlen tombe amoureuse avec une facilité déconcertante et avec une profondeur impressionnante. Et si après notre séparation elle a passé trois jours à pleurer dans sa chambre sans vouloir manger ou parler à quiconque, j'ai appris qu'elle était tombée amoureuse d'une de mes amies trois semaines après. Pour une pleurnicheuse, elle récupère vite. »

Douce. Agréable. Inquiète. Attentive. Jalouse. Possessive. Superficielle. Sentimentale. Romantique. Volage. Complexée. Menteuse.




Classe

    Définissez vous en une phrase.
    • Anthropologiquement parlant ou bien ?


    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
    • Les hauts de Hurle-vent.


    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
    • Les 120 journées de Sodome du Marquis de Sade.


    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
    • « Le si n'aime pas le ré pour la centième fois ! »


    La petite manie dont vous vous passerez bien ?
    • N'avoir aucune notion du temps.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    • Ranger ma chambre si j'ai un jour le temps.



Histoire

____« Mon père ? C'était un grand homme, il faisait partie de l'armée. Oh. Oui. Il est décédé... Ah mais il n'est pas mort au front, par contre. Vous comprenez, c'était un soldat très compétent et respecté, j'ai toujours eu de très bon échos sur lui et encore aujourd'hui on n'arrête pas de me parler de sa gentillesse, de sa bonté, de sa générosité et de ses excellentes capacités. Je ne l'ai pas véritablement connu, puisqu'il est mort à mes cinq ans, mais je me souviens de l'amour débordant qu'il ressentait pour moi. Comment il est mort exactement ? Et bien, comme je l'ai dit, il n'est pas mort sur le front. C'était un accident de la route, un enfant a traversé alors qu'un camion arrivait juste devant lui et... Il a plongé. Il s'est sacrifié pour sauver la vie de cet enfant. Un grand homme, je vous l'ai dit...»
____C'est ce que Marlen racontait le plus souvent quand on lui posait des questions sur l'absence de père dans sa vie. De ses cinq ans à il y a quelques jours à peine, elle charriait ses élucubrations partout où elle allait. Parfois elle jouait la carte de la mort sur le front, une autre son père était médecin... Bien sûr, très peu de personnes ont jamais remarqué sa petite habitude, car elle se débrouille parfaitement bien lorsqu'il s'agit de se souvenir ce qu'elle a dit à qui.
____Son père aimant et vertueux n'existe tout simplement pas. En vérité, il ne doit même pas connaître son existence. Il fut l'amant d'Elga Fehrnbach mais la quitta sans même savoir la grossesse de celle-ci. Le peu que Marlen sait sur lui se limite aux grognements de sa grand-mère le décrivant comme un irresponsable jeune homme trop prétentieux et orgueilleux pour regarder autour de lui et aimer quelqu'un d'autre que lui. Quand à sa mère, elle ne lui parlait de lui que pour la réprimander d'un « On dirait ton père », qui annonçait un moment d'extrême déception de la part d'Elga. Marlen ne sut jamais ne serait-ce que son nom.

____« Je vis avec ma mère et ma grand-mère. Ce sont toutes les deux des femmes incroyables. Ma grand-mère est une veuve digne et respectable, on ne dirait véritablement pas qu'elle était en bas de l'échelle au début de sa vie. Elle a tout fait toute seule ma grand-mère. Elle a vécu dans une grande famille pauvre et a tout fait pour s'en sortir. Quant à mon grand-père, il était boulanger et ma grand-mère a rejoint la boutique en l'épousant. C'est vraiment dur comme métier. Ma mère était fille unique et souvent seule. Depuis toute petite, elle a voulu devenir quelqu'un. Et elle a réussi. Ma mère est avocate vous savez ? Une très bonne avocate. Elle travaille beaucoup mais elle gagne de l'argent et elle est très belle et respectée, je l'admire beaucoup. »
____Meine n'a jamais eu ni frère ni soeur, ni cousin ni cousine, ni même de tante ou d'oncle. Sa famille a toujours été ce petit cercle restreint : sa grand-mère, sa mère et elle. Deux femmes qu'elle admirait, l'une pour sa force l'autre pour sa beauté. Elga a toujours été une sorte d'icone pour elle : la représentation vivante de la femme qui a réussi. Quand à Edith, sa grand-mère, elle était celle qui l'avait élevée – sa mère en quelque sorte. Une femme assez imposante et froide, plutôt sèche dans ses propos, mais extrêmement responsable et bienveillante. Marlen était l'une des rares à pouvoir l'attendrir, car même si son père était pour Edith le pire des hommes, elle ne pouvait résister au charme de son unique petite-fille alors que sa retraite était là et qu'elle n'avait pu véritablement profiter de sa propre fille dans sa jeunesse.
____Quand à Elga, si elle était effectivement la réincarnation de la femme détenant beauté, pouvoir et richesse, elle était loin d'être heureuse. Elle était atrocement frustrée de sa propre vie, célibataire confirmée, incapable de se détacher de son travail, étrangère dans sa propre famille, ne se reconnaissant ni dans sa mère trop rustre ni sa fille si douce, elle était un bolide distingué, un missile à talons, un sourire qui obtient toujours ce qu'il veut : une dominatrice mal-baisée.
____L'objectif d'Elga fut, très vite, de faire en sorte que Marlen ne suive pas ses traces : pas de grand avenir pour elle, pas de vie professionnelle dévorante mais une vie sociale développée ainsi qu'une multitude d'histoires amoureuses. Cet objectif était partagé par Edith, qui ne suportait pas l'idée que la petite blonde finisse par s'éloigner d'elle telle sa propre fille. Pourtant, si ces deux femmes au fort caractère partageaient un même objectif et un amour commun pour l'enfant, elles se retrouvaient facilement face à un dilemme : elles ne pouvaient pas être toutes les deux la mère du même enfant.
____Ballotée entre ces deux grands personnages, douce et émerveillée, inconsciente des tornades de jalousie qu'elle provoquait, la petite Marlen grandit dans un moule trop large et parfait pour elle et avec l'étrange sensation d'être incapable de se définir hors de leur regard plein d'expectations et de leur gueguerre continuelle pour la posséder.

____« Bien sûr que oui j'aime les garçons. Je suis juste.... intimidée. Enfin. J'étais dans une école primaire pour filles vous savez. C'est la première fois que... Enfin, vous voyez. Je suis timide. C'est tout.»
____Marlen n'aime pas les garçons et ne les a jamais aimés. Petite, ils lui faisaient peur. Plus grande, ils l’écœurèrent. Trop grands, trop larges, trop en angles droits et segments. Poilus, bruyants, malodorants, vulgaires, maladroits. S'ils ont certainement de bons côtés, Meine n'a jamais vu le sexe masculin comme un possible sujet de désir ou d'amour. Et si elle se mit peu à peu à se lier d'amitié avec eux, elle est toujours inconfortable à leur contact.
____Si Marlen a toujours su qu'elle n'aimait pas les hommes, elle a mis énormément de temps avant de s'accepter comme homosexuelle. Se sentir écoeurée de toute expression de virilité est une chose, mais se définir comme anormale et contraire à la société ainsi qu'à son idéal c'est autre chose. Ainsi, malgré que ses premiers d'une longue liste de coups de foudre aient eu lieu durant ses années de primaire, elle ne s'en inquiéta pas outre mesure et dû attendre son entrée au collège et sa véritable confrontation avec la gente masculine pour s'accepter comme ce que ses amies appelaient « une gwinne ».
____A partir du moment où elle s'accepta pour la première fois comme homosexuelle, elle ne chercha plus jamais à en douter. Elle en était certes complexée, voire torturée, choquée et troublée, ses réflexions internes sur le sujet aboutissaient parfois à des phases de dépression de quelques heures, et pourtant elle ne nia plus jamais ce fait : elle avait le péché, il fallait l'accepter. C'est pourquoi, à l'âge où les jeunes filles découvrent véritablement leur sexe et donc le sexe opposé dans un mélange de fascination et de rejet, Marlen était déjà prête sentimentalement à tomber amoureuse et ne s'en priva pas. La grande soeur de sa voisine de table, la fille de la maison d'en face, sa partenaire en sport, son professeur de lettres, toutes y passèrent. De coup de foudre en coup de foudre, Marlen se fascina pour ce qu'elle ressentait. Bien plus qu'un couple ou une affection particulière pour une personne, elle développait une addiction aux sentiments amoureux. Même lorsqu'elle se fera appeler Meine, on pourra lui reprocher de trop vivre dans ses idéaux et ses fantaisies, ses amours romanesques, ses passions dévorantes et ses coup de foudres parfois innatendus.
____A ses quatorze ans, elle finit par dévoiler son secret en découvrant une fille de sa classe s'affirmant de ce bord. De manière discrète et progressive, elle l'avait abordée. Elle gagna vite sa confiance et son affection, avec la facilité de celle qui cherche amour et considération des autres depuis sa naissance. C'est ainsi qu'elle eut sa première petite amie et qu'elle entra dans le cercle de lesbiennes des environs pour n'en sortir qu'à ses seize ans, en abandonnant son nom.

____« Bonjour je suis Mar... Meine. Je suis Meine, enchantée. Ah, excusez-moi pour mon accent, je viens d'Allemagne. Je fais de mon mieux pour apprendre de mieux en mieux votre langue mais j'ai un peu de mal, désolée. Mais je ne pense pas rester ici très longtemps. En fait, je suis à la recherche de mon père... ou plutôt, il est à ma recherche. Il doit me chercher sans relache actuellement. Vous comprenez, nous avons été séparés l'un de l'autre à ma naissance. Il m'envoie toujours des lettres et des cadeaux mais à cause de ma mère et ma grand-mère, je n'ai jamais pu le rencontrer... Mais à présent que je peux vivre avec lui, je ne me laisserais pas enfermer ici, croyez-moi ! »
____La mère de Marlen décéda à ses quatorze ans. Elle vous parlera certainement d'accident de voiture ou d'arrêt cardiaque sans jamais vous avouer la vérité : Elga Fehrnbach s'est suicidée. Bien sûr, la véritable cause de la mort de cette grande avocate a longtemps été gardé secret jusqu'à ce que la cause soit déformée pour faire oublier la théorie du suicide. Et si Marlen n'avait pas eu la sale manie d'écouter aux portes à l'heure où les jeunes filles de bonne famille devraient dormir, elle ne l'aurait certainement jamais su. Stressée, complexée, malaimée et déprimée, Elga avait juste, un matin, refusé de se lever. Bien sûr, puisque l'adolescente était censée ignorer tout de l'accident elle n'en parla jamais à qui que ce soit. Et surtout pas à sa très chère grand-mère qui était devenue sa seule et unique famille.
____Or, Edith était vieille, très vieille, et très fatiguée. Abandonnée par son mari puis par sa fille, brisée par une vie de labeur, elle n'avait pas ce qu'il fallait pour éduquer une adolescente aussi instable que Meine. Mais elle essaya, de toutes ses forces. D'efforts en efforts, cette pauvre grand-mère se fit implacablement rattraper par le temps qu'elle essayait de fuir afin de ne pas abandonner Marlen tout comme elle-même avait été abandonnée. Trop pressée, elle trébucha et mouru aux seize ans de sa petite-fille, la laissant avec un père absent, un sacré héritage et un peu trop de points de QI.

____« J'ai toujours su que j'étais différente des autres. Que j'étais surdouée. Pourtant, j'ai toujours cherché à le cacher. Je me souviendrais toujours de la paleur du visage de ma mère lorsqu'elle avait appris l'existence de mes 167 points de QI. Je n'en ai jamais voulu, de ces points. Je ne veux pas être une surdouée, je ne veux pas être incroyable, sortir du lot, tout ça. J'aurais tellement voulu oublier les mots du psychologue ce jour-là. Le fait que je devrais peut-être aller dans une école spécialisée, que je devrais sauter une classe ou je ne sais quoi d'autre. Et puis quand il a parlé du fait que ce genre de score apportait très souvent des problèmes sociaux. J'étais anormale. J'étais un monstre. Alors que je me posais des questions sur ma sexualité, il en avait rajouté une couche en me rappelant l'horreur de mon existence.
____J'apprends plus vite que les autres. Je comprends plus vite que les autres. J'interprète mieux que les autres. Oui, certes. Mais je m'inquiète aussi plus vite, je me torture bien plus facilement, je me sens seule et anormale. Je me cache continuellement. Je ne veux pas que l'on sache que je suis trop ceci ou trop cela. Cela ne m'intéresse pas d'être montrée du doigt. Je suis intelligente, oui. Mais pendant que tu remarques un petit détail dans le comportement de ton voisin, moi, je l'ai déjà analysé et ai imaginé une trentaine d'interprétation toutes plus saugrenues les unes que les autres. Je suis incapable de baisser ma garde. Je suis incapable d'ignorer toutes ces informations qui se bousculent en moi. Tu sais combien de temps cela m'a pris avant de pouvoir maitriser tout cela ? Une éternité. Quant à réussir à ne plus en avoir peur, je n'ai toujours pas réussi.
____Je sais bien que l'on ne viendra pas me chercher. Je sais bien que mon père se moque royalement de mon existence. Je sais bien que je suis futile et volage. Je sais bien que je n'y peux rien, à tout cela. Je ne peux pas faire revenir mon père, réveiller ma grand-mère ou raisonner ma mère. Je ne peux pas retourner dans mon pays ni faire oublier que je suis surdouée.
____Depuis que je suis ici, je fais tout pour m'intégrer. Mais tout ce que je vois ici est si loin de tout ce que j'ai vécu jusque là. L'orphelinat, le dortoir, ces surdoués, l'Angleterre... Tout est étranger. J'aimerais pouvoir, tout simplement, rentrer chez moi. Ou, au moins, tomber amoureuse rapidement.»
____Cela fait déjà quelques semaines que Meine est arrivée à la Wammy's House en taxi avec sa multitude de valises et son joli sourire. Acceptée chez les Experts, elle a choisi de se spécialiser dans la biologie. Enfin, dans les poisons naturels en vérité, même si elle ne le révèle pas facilement.
____Elle commence doucement à s'intégrer. Elle se lie d'amitié avec la plupart des filles qui l'entoure en évitant les personnes trop étranges et se construit un nouveau cercle de relations. Elle essaye d'être discrète mais elle n'est définitivement pas adaptée à son environnement et s'est déjà fait remarquer pour ses habitudes de bourgeoises, sa superficialité et ses caprices. Heureusement, elle a réalisé que les élèves étaient moins crédules ici et a calmé sa mythomanie.
____ Meine n'a pas attendu longtemps pour tomber amoureuse. Oui, dès le second jour, après une nuit passé à pleurer sa petite amie abandonnée en Allemagne, elle avait eu le coup de foudre. Combien de temps réussira-t-elle à cacher ses mauvaises habitudes ? Dans ce monde où les rumeurs courent si vite, arrivera-t-elle à cacher son homosexualité et sa jalousie dévorante ? Rien de moins sûr.




Sissi
Et bien voici le troisième compte de Sissi, après Romeo et Slave. Et oui, je me mets enfin aux filles. J'ai 18ans et pour mon anniversaire, c'est un 12 juin. Je suis une très jolie jeune fille, enfin, moins que Belgium de Hetalia, peut-être. Mais c'est pas pareil, elle n'existe pas, ELLE. J'ai découvert le forum grâce à Jool, il y a quelques années maintenant. Jool, c'est ma Screen. A moi. Rien qu'à moi. Epicétou.


Dernière édition par Meine le Dim 22 Jan - 16:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Mer 21 Déc - 1:44

    BONJOUR TOI.

    Dis... tu voulais pas dire versatile au lieu de volatile ? 8D

    Ton perso est une EXPERT, il lui faut une spécialité.

    Bonne continuation !

    alea jacta est

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo
avatar

Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Mer 21 Déc - 12:25

    Merci beaucoup ! Je te préviens dès que j'ai avancé ^^ (Et que je lui ai trouvé une spécialité °.°)

    Et heu.... Oui, effectivement, Meine n'est pas un oiseau o_o Merci de la remarque xD

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Mer 28 Déc - 9:55

Bonjouuur. Où en est donc cette jolie fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
Romeo
avatar

Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Mer 28 Déc - 20:38

Elle se prépare lentement. Étant donné que je suis clouée dans mon lit jusqu'à la fin des vacances, je devrais bientôt en voir le bout ^^

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Jeu 5 Jan - 2:12

    Bonjour, la fiche est-elle toujours en cours ?

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo
avatar

Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Jeu 5 Jan - 14:51

Oui elle l'est toujours, mais serait-il possible de la mettre en attente pour l'instant ? Je prévoyais de la finir en quelques jours à peine et au final je me retrouve avec pas mal de RP en retard et mes concours blancs ainsi qu'une rentrée mouvementée qui s'annonce. Je vous enverrai un MP quand j'aurais fini de tout rédiger (ce que je vais faire en quelques heures un de ces soirs) ?
Désolée du dérangement jusqu'ici =)

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Jeu 5 Jan - 15:20

Je la mets en attente alors o/

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meine
avatar

Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Dim 22 Jan - 16:32

Fiche terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous. Dim 22 Jan - 20:21

Meine est choute ♥

Validey :3 amuse toi bien.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Meine, you're so fake, Barbie is jealous.

Revenir en haut Aller en bas
 

Meine, you're so fake, Barbie is jealous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Be Jealous
» L'après Barbie...
» Fake
» Elfix 3.74 (fake OS)
» Barbie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: Orphelins validés :: Experts-