Partagez | 
 

 Amore e armi - Firenze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Amore e armi - Firenze Dim 16 Oct - 22:49

Identité

PSEUDONYME : Firenze
NOM : Fidheli
PRÉNOM(S) : Angela
QI: 160
DATE DE NAISSANCE : 21 / 12
ÂGE : 15 ans
SEXE (✔) : ❒ M  ✔ F
ORIGINE : Italienne
ANCIENNETÉ : 5 ans


Physique

Couleur des cheveux : Châtain clair
Couleur de la peau : Blanche
Tatouage/Piercing ? : Nope, ça va pas la tête ? :p
Couleur des yeux : Gris-bleu
Taille en centimètres : 150 cm
Corpulence: 37 kg



Caractère


Retirée
Calme
Posée
Tranquille
Discrète
Délicate
    Secrète
    Pudique
    Pondérée
    Insaisissable
    Effacée
    Réservée
Firenze est typiquement le genre de personne que l'on ne remarque habituellement pas. Non pas qu'elle soit totalement insaisissable, c'est juste que rien ne la démarque à la base des autres. C'est le genre de personnage qui tiendra toujours un second rôle dans une film. Vous savez, le genre de personne que l'on voit quelque part dans le fond pendant que le personnage principale parle en premier plan.

Donc bon, plus exactement, c'est une personne amicale, ouverte, gentille... Bon, bien sûr, rien d'inhumain, il lui arrive quand même de se mettre en colère, de ne pas apprécier des gens, mais en général, au premier abord, elle ne sera pas hautaine. Souvent, si vous lui demandez quelque chose, même si c'est la première fois que vous lui parlez, elle vous répondra gentiment, avec un sourire.

Bon, allez, avouons, personne n'est vraiment dupe de cette façade. Car sa discrétion ne se limite pas à ce caractère un peu effacé verni de gentillesse. Personne ne la connaît vraiment. En fait, très rares sont même ceux qui ont pu un jour apercevoir l'intérieur de sa chambre, dans laquelle elle la chance d'être seule. Elle passe pourtant beaucoup de temps à discuter avec les filles de sa classe, et même des autres classes, et la plupart d'entre-elles vous diront qu'elle est sympathique. Mais demandez-leur quoi que ce soit qui puisse toucher à sa vie privée, personne n'en saura rien. À part peut-être le psychologue scolaire. Mais vous savez, secret professionnel, tout ça... C'est bien simple, elle ne s'ouvre jamais aux autres. Non pas que ça lui déplaît d'être en relation avec eux, mais elle ne voit vraiment pas l'intérêt de trop s'ouvrir aux gens. Elle a d'autres choses à faire que de gérer les problèmes que pourrait engendrer une révélation mal placé. Et puis... C'est agréable d'être en lien comme ça, simplement, sans être trop impliqué. Vous ne pouvez pas savoir le nombre d'ennui que ça évite. Vraiment.

Il y a quand même un point particulier qu'on pu remarquer ses camarades de classe : pendant les entraînement au tir, elle semble toujours dans une concentration intense, comme si rien d'autre n'existait au monde. C'est d'ailleurs les seuls moment où on a pu la voir s'énerver. Depuis qu'elle a placé son arme sur les parties sensible d'un des élèves qui avait osé la déranger alors qu'elle se préparer à tirer (et lui ayant fait par la même occasion manquer sa cible), la plupart des élèves prennent soin de se placer à au moins un bloc d'écart de la blonde au cheveux courts. D'autant plus qu'elle semblait avoir la ferme intention de presser la détente, si le professeur n'avait pas eu la présence d'esprit de s'interposer au bon moment... Car oui, une pistolet à air comprimé, à faible distance et ainsi calé sur des partie fragile, ça peut faire mal.

Et oui, notre jeune enfant modèle, notre gentille fille qui ne ferait pas de mal à une mouche à première a quand même une passion pour le moins une peu hors du commun : les armes à feu. Beaucoup ont d'ailleurs pu remarqué de longues absences, quasiment chaque soir, pendant souvent plusieurs heures. Aussi étonnant que cela puisse paraître, elle ne parle à personne d'où elle va et de ce qu'elle va y faire. Pour la plus part des élèves de l'orphelinat, cette destination demeurera un mystère. Quand on veut se fondre dans la masse, ce n'est pas une bonne chose de faire part d'intérêts pour le moins étrange. Ça, elle l'avait vite compris, quand des amies de primaires qu'elle pensait proche avait refusé de lui adressé la parole suite à ce genre de révélation. Alors, sur ce point, sa bouche était close. Mais quelques personnes savent quand même. Quelques rares personnes, triées sur le volet, en qui elle a plus confiance que la normale. Chaque jour, elle passe une heure dans un club de tire, à prendre soin des armes. La plupart du temps, elle prend un peu plus de temps afin de reprendre le maniement d'une arme. Ça se perd vite. Surtout quand on concours aux championnats européens.

Bien sûr, les sorties ne sont pas si simple, elle doit toujours être accompagné d'un professeur ou d'un surveillant. Quelques fois, elle a aussi reçu le droit d'amener une amie avec elle. Et ces personnes, dont le nombre se compte sur les doigts d'une main, on pu voir un tout autre visage de Firenze. Autant, quand elle s'entraîne avec les armes à air comprimé de l'école, seul la concentration est lisible sur son visage. Ici, avec le casque d'atténuation sur les oreille, une des armes empruntés au club dans les mains, ou même, depuis récemment, parfois deux, il semble que, bien concentré toujours sur un point loin devant eux, ses yeux brillent d'une étincelle de plaisir intense, d'une joie que seule contrôle sa volonté. Quand ensuite elle nettoie les armes, tous ses gestes sont empreints, en plus d'une connaissances approfondis de l’objet, d'une grande douceur. De gestes fluides, agréables, elle démonte rapidement l'arme, la dépoussière entièrement, la caressant presque à chaque geste, puis la remonte des mêmes gestes expert et presque amoureux. Oui, Firenze aime les armes, c'est indéniable.

Une personne totalement normale. C'est ce que tout le monde dit. Ça ne peut pas être faux !



Classe

    Choisir une seule et unique réponse à chacune des questions ci-dessous en supprimant les réponses inutiles. Cette zone sera par la suite éditée par un membre du staff qui vous communiquera ainsi votre classe.


    Définissez vous en une phrase.
    1. Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?


    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?

    1. Un poisson rouge.


    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?

    1. Harry Potter de J.K Rowling.


    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.

    1. « Plus vite ! Hé que ça saute ! Allez ! Merde ! »


    La petite manie dont vous vous passerez bien ?

    1. N'avoir aucune notion du temps.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.

    1. Ranger ma chambre si je trouve un jour le temps.


Histoire


Normalis non sum !

Je pourrais vous compter l'histoire d'une petite fille que peu de choses différenciait de l'ordinaire. D'une jeune fille sympathique, ouverte, toujours à l'écoute de son prochaine. D'une jeune fille, qui, malgré ses capacités plus développées que la moyenne, a réussi à se faire une place dans la société et à vivre une vie normale. Je pourrais vous compter cette histoire, mais avouez, ça n'aurait pas grand intérêt, hein ? C'est mieux d'aller voir sous le masque, de gratter le vernis, d'essayer de se comprendre ce qui se trame sous la tête des personnages,de les voir vivre, tous unique, hein ? Concentrons nous sur l'essentiel. Comment en est-elle arrivée là ?

Je vais vous parler d'Angela Fidheli. Cheveux blond, coupé court, des yeux gris-bleu qui savent vous fixer avec intensité ou douceur selon le choix de celle qui les arbore, un visage fin assez sec, quinze ans bien que sont corps semble vouloir rester à douze. Une jeune fille plutôt gaie, même si elle essaie au maximum de ne pas se faire remarquer. Elle ne semble guère différente de la plupart de ses camarades du même âge. Plus vraiment dans l'insouciance de l'enfance, pas encore dans les prises de conscience adulte, à la recherche de repère dans l'adolescence.

Mais si elle n'était que ça, personne n'écrirait sur elle, n'est-ce pas ?

Née dans une des célèbres villes italiennes, que les touristes adorent, mais dont les habitants se passeraient de sa renommée. J'entends bien Florence. Ou plutôt Firenze, comme il serait préférable de l'appeler. Elle passa son enfance sur la rive gauche de l'Arno. Sa famille, bien que suffisamment aisée pour se payer une appartement dans une grande ville historique, n'était pas non plus richissime. Disons suffisamment pour pouvoir vivre une vie décente dans une Italie sur le déclin. En soit, soyons franc, à part une chose particulière, son enfance n'a rien eu d'aussi exceptionnel que cela. Elle est allée à l'école, comme nombre d'enfants de son âge, et réussissais bien dans toutes les matières sans donner un effort trop important. Elle semblait d'ailleurs s'ennuyer pendant la plupart des cours, mais ses parents n'en tinrent pas réellement compte, mettant cette attitude sur le compte d'une flemme enfantine plus que sur des capacités peu communes. Mais cela ne gênait pas trop la jeune Angela. Elle profitait de ses facilités pour faire d'autres choses et, dès qu'elle sut lire, entrepris de tranquillement dévorer chaque livre de la maison. Tout en prenant bien sûr le temps d'aller s'amuser avec les copines qu'elle arrivait à se faire. Qui ne se comptaient pas en nombre si réduit, contrairement à ce qu'on aurait pu croire. Angela a toujours été quelqu'un de gentil. Elle a vite remarqué que la gentillesse apporté bien plus que la méchanceté, même au niveau de la tranquillité. Alors, bien sûr, de la simple candeur enfant, l'idée derrière a vite évolué en une recherche de ce qui était le plus simple pour elle. Mais en soit, ce que voyaient les autres n'avait pas changé tant que ça.

Mais je vous dis qu'il y a eu un évènement sortant quelque peu de l'ordinaire et je ne vous parle que de la vie d'une gamine normale. Et bien en fait, tout parti d'un évènement qui en soit même n'était pas si incroyable. Son père était un chasseur. Un véritable passionné de chasse. Pendant la période d'ouverture, il s'absentait bien un week-end sur deux afin de s'adonner à sa passion. Attention, ce n'était pas le genre de chasseur à pratiquer cela en grand groupe et à tirer sur tout ce qui bouge. Il y allait seul, tout juste accompagné de son chien. Il y restait toute la mâtinée, à faire des affuts et autres traques, revenait souvent sans rien. Mais ce n'était pas tant le résultat qui l'importait que le plaisir de la traque et de l'attente. Et en dehors des saisons, il passait deux week-end le mois sur un stand de tire afin de ne pas perdre la main.

Et pus, comme tout père, qui se respecte, il essaya de faire partager sa passion à sa fille. Bien sûre, il ne l'emmenait pas lors de ses traques : bien trop dangereux, vous imaginez une balle perdue ? Et ce genre de chose arrive souvent... Il suffirait qu'elle se mette au mauvais endroit au mauvais moment, et dieu sait que les enfants sont doués pour ça. Il se contentait de lui parler de ses traques, de lui montrer ses armes, et, une fois qu'elle fut assez grande, de l'emmener parfois à ses exercices de tir, et de lui faire parfois essayer une arme légère (en prenant bien garde à être hors de vue des responsables). En tout état de cause, il manqua un peu son but. Bon, peu étonnant : la chasse, ça n'est quand même pas quelque chose de très féminin, quand même. Qu'elle se désintéresse totalement de cela au bout de quelques temps, cela ne l'aurait même pas du tout étonné... Par contre, ce qu'il se passa réellement l'étonna bien plus. Autant ses récits de chasses eurent tôt fait de la lasser, autant ses cours sur les armes la passionnèrent bien plus. Et à chaque visite au stand de tir, elle insistait pour au moins essayer un pistolet. En quelques années, elles connaissaient par cœur toutes les armes possédées par son père, et savait toutes les démonter et les remonter d'une main sûre. Collection non des moindre comme son père avait également un intérêt pour ces dernières, bien qu'il soit moins grand que celui pour la chasse.

Angela eût donc une enfance assez normale, exceptée sur le point des armes qu'elle appris à manier dès sa septième année révolue. Et tout aurait pu aller pour le mieux dans le meilleur des mondes si seulement...

Si seulement tout s'était bien passé lors de ce voyage en Angleterre, il y a de cela environs six ans. Durant les vacances, ses parents avaient décidé de visiter cette île du nord. Bien sûr, comme toute gamine, Angela était ravie de pouvoir se rendre dans ce lieu inconnu. Bien sûr, comme toute gamine, elle n'avait pas arrêté de râler pendant tout le voyage. Bien sûr, comme toute gamine, elle voulait sur place tout sauf ce que ses parents avaient prévu. Bref, bon an, mal an, les vacances que toutes familles a avec ses enfants. Et tout serait allé bien dans le meilleur des mondes. Oui, serait. Il y a toujours un moment dans votre vie où tout bascule, où vous découvrez le monde. Où vous passez de l'enfance à l'adolescence avant de doucement dériver vers les hauts fonds de l'âge adulte. Avant, on souhaite tous que cet évènement arrive vite. Avec le recul, on se rend compte que l'on donnerait tout pour qu'il n'ait jamais eu lieu. Pour certains, il arrive tôt. Pour d'autre, il arrive bien plus tard. Pour les plus rares, il n'arrive jamais. Aucun des trois n'est vraiment mieux lotis que les autres. Angela fit parti de la première catégorie.

C'était un jour de vacance comme un autre. Mais dans cet après-midi pluvieux, ses parents avaient décidé qu'aujourd'hui, ils feraient quelque chose juste eux deux. Laissant la gamine dans l'appartement loué pour l'occasion, avec l'ordre expresse de ne pas faire de bêtise. Si elle avait su que ce claquement de porte serait le dernier qu'elle entendait de leur par, elle ne leur sûrement pas fait la tête. Si elle avait su que cet ordre était les derniers mots qu'elle entendait venant d'eux, elle leur aurait dit qu'elle serait sage et combien elle les aimait. Si elle avait su qu'à partir de cet instant, elle serait seule, elle ne les aurait jamais laissé partir. Ce furent les pensés les plus censé qu'elle put avoir plusieurs années plus tard, alors qu'à nouveau s'imposer à elle l'image de cet homme vêtu de noir venant lui annoncer que ses parents étaient au ciel. Elle avait pleuré, elle s'était effondré, mais rien à faire. Rien ne pourrait plus jamais faire revenir ses parents. Elle ne pouvait plus s'excuser de ses bêtises. Elle ne pouvait plus les serrer dans ses bras. Elle ne pouvait leur dire qu'elle les aimait. Maintenant, elle était seule. Et plus rien ne pourrait changer ce fait.

Bien entendu, elle hérita de tout leur bien. La bibliothèque qu'elle avait déjà lu plusieurs fois. Les meubles qui ne lui serviraient plus à grand chose avant de nombreuses années. La maison. Et la collection de son père. Mais il y avait une chose qu'elle n'avait plus : une famille. Son père et sa mère étant partie, il ne lui restait plus rien. Effectivement, elle n'avait plus ni oncle, ni tante, ni grands parents. Elle était sa seule famille. Bien trop jeune pour pouvoir se prendre en charge. Mais personne ne pouvait décider pour elle. À part les autorités. Le juge pour l'enfance décida de la placer dans un orphelinat. Malgré le fait qu'elle venait dans ce pays pour la première fois et qu'elle ne connaissait pas la langue. On l’aiderait, qu'ils lui dirent. Au final, elle du bénir sa vivacité d'esprit qui lui permit de se faire bien vite à cette nouvelle langue, les « aides » qu'on lui dispensait ne lui servant que pour avoir quelques bases. Elle apprenait mieux en lisant un dictionnaire... Bien entendu, malgré ses demandes insistante, il lui fut refuser le droit de faire venir ses armes. Son souvenir de ses parents le plus cher. Et il lui était refusé. Une fois la colère passé, sa tristesse n'en fut que plus grande.

Elle s'intégra très mal dans les orphelinats. Elle avait sombré dans un état taciturne à la suite de le mort de ses géniteurs, et sa gentillesse semblait avoir disparu. Elle s'enfermait dans son coin, ne parlant à personne. La barrière de la langue prétendirent certains. Mais il fut clair, au vue de ses interventions durant les cours, qu'il lui avait suffit de quelques mois pour maîtriser la langue du pays. Ses facilités lui valurent rapidement d'être la cible des quolibet de ses camarades. On la changea d'orphelinat. Les mêmes évènements se reproduisirent encore. Elle n'arrivait pas à se lier aux autres. Il semblait même plutôt que les autres ne l'intéressait plus. Comme s'il lui manquait quelque chose. Une velléité, une envie de vivre, quoique ce soit. Elle donnait l'impression à certains moment de n'être plus qu'une coquille.

Finalement, quelques spécialistes décidèrent de tester son QI. Ce fut là que fut constaté sa particularité. Des mesures durent être prise. Des orphelinat pour surdoués, ce n'est pas la chose la plus courante dans le pays. Celui où il sembla qu'il fut le plus simple de l'envoyer fut la Wammy's House. Le plus proche également. Le transfert fut donc effectué.

Et là, il sembla qu'elle reprit peu à peu vie. Deux raisons à cela. Tout d'abord, elle n'était plus la cible de toutes les farces de ses camarades. Ses capacités ne l'isolait plus, et les autres commençait à venir vers elle pour lui parler et essayer, malgré l'ambiance de compétition acharnée qui régnait au sein de l'endroit, de se lier avec elle, comme le font habituellement les enfants. Ensuite, elle avait assez vite remarquait les stands de tir qui se tenait proche des salles de sport. Cependant, on y faisait pas de réel tire. Quand cela lui fut annoncé, la lueur d'espoir brillant dans ses yeux s'éteint soudainement. Elle ne su pourquoi, elle fit part de cet évènement qui lui sembla quand même après coup assez anodin au psychologue qui la suivait. Celui sembla réagir tout autrement, faisait tout un tas de démarche pour arriver à l'inscrire dans un club de tir. Et il y arriva. Et ce fut le moment où Angela commença à nouveau à s'ouvrir. Comme si, en ayant pris à nouveau une arme dans les mains, elle était à faire son deuil. À passer au delà de la mort de ses parents. Elle était enfin arrivé à retrouvé ce que ses parents lui avait laissé. Elle pouvait continuer sa vie. À dis ans, elle avait ressuscité, et enfin sa vie reprenait.


****************

Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.
- Dante, Divina Commedia-

Arme en bas. Bras droit. Sur le côté.

*clic*

On avance. Bras gauche. Devant.

*clic*

On s'accroupit. Deux bras. De côté.

*clic* *clic*

Quatre balles. Une roulade. Sur un genoux. Devant.

*clic* *clic*

Encore 26 balles. On se redresse. Pas de côté. Droite.

*clic*

Nouveau pas de côté. Quart de tour. Gauche.

*clic*

On se penche. Nouvelle roulade. On se jette à gauche à la sortie. Sur le dos. On relève les bras. À droite et à gauche.

*clic* clic*

On passe les jambes au dessus de la tête. Sur ses pieds. On cours vers la droite. Être insaisissable.

*clic* *clic*

On s'arrête. Pas de côté à droite.

*clic*

Angela baissa les bras, le souffle court. Elle leva un instant les yeux vers l'horloge au sur le mur du gymnase. Vingt heures. Déjà quatre heures qu'elle était ici. Ses deux pistolets d'entrainement de l'école, lestés de billes de plomb dans le chargeur pour émuler une arme véritable, fermement tenus dans ses mains, elle s'écroula sur un banc, en sueur. C'était pas au point. Pas du tout. Encore loin, même. On pouvait encore lire ses mouvement bien trop facilement. En face, ils auraient aussi des armes. Elle avait beau être dans les meilleures aux exercices de tir, ça ne lui servirait à rien si jamais elle était touché dès le début du combat. C'est pour ça qu'elle s'était mis en tête de s'entraîner à utiliser ses armes de manière la plus efficace quelque soit la distance de la cible. Et surtout, à les utiliser en mouvement. Mais ses gestes étaient encore trop sec. Elle devait s'arrêter au moins une demi-seconde pour viser. C'était bien trop long. Elle déjà savoir où elle allait tirer avant même de commencer son mouvement. Son bras ne devait pas trembler. Sinon, elle était morte.

Encore en sueur, le souffle à peine calmé, elle descendit du banc jusqu'au sol, attrapa un chiffon qui était sur ledit banc et démonta les armes qu'elle tenait. Il n'y avait bien entendu pas les chargeur. Non seulement cela aurait abimé le bâtiment, mais en plus le bruit aurait fait venir du monde et elle ne souhaitait pas qu'on la voit entrain de faire cela. Elle ne dirait ce qu'elle préparait que quand ce serait parfait. Et malgré les trois ans qu'elle venait de passer à mettre au point ces méthodes de combat et d'entraînement, c'était loin, très très loin d'être parfait. Ce n'était pas faute d'avoir lu le plus possible sur le sujet, ni vu le plus de film possible. Ce devait être l'expérience du terrain qui lui manquait. Mais à force de persévérance, elle arrivait à passer outre. Elle en était sûre.

Nettoyant chaque pièce puis les remontant d'une main experte, elle se repassa son entraînement dans son esprit, se sermonnant ne nouvelle fois sur chaque erreur qu'elle avait pu faire. Puis, tranquillement, elle alla prendre une douche dans les vestiaires, revêtir des vêtements propres, puis se diriger vers la sortie. On ouvre lentement la porte, prenant gare à ne pas faire le moindre bruit. Un rapide coup d'œil à droite. À gauche. Personne. D'un pas rapide, essayant au mieux de se fondre dans la nuit tombante et la fraîcheur du début d'hivers, un sac passé par dessus son épaule, contenant ses deux armes ainsi que ses vêtements de sport, la voilà qui rejoint sa chambre. Au programme du soir, une fois le repas pris : nettoyage des armes puis révision du contrôle de balistique. Même si cette matière l'emmerde au plus haut point.



HRP
SURNOM(S) : Audrey Azura pour le plus connu/reconnu. Je vous passe les autres.
DATE DE NAISSANCE : date_naissance = rand()%2012;
ÂGE : age = 2011 – date_naissance;
SEXE (✔) : ❒ M ❒ F ✔Autre
AVATAR : Rico de Gunslinger Girl
DÉCOUVERTE DU FORUM : Roméo, où es-tu mon Roméo ?
EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? Si on excepte la dizaine de précédents, oui.


Dernière édition par Firenze le Mar 25 Oct - 0:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Mer 19 Oct - 9:47

    Je. J'attendais un personnage du genre, alors je te remercie.

    Firenze est une SHAPE.

    alea jacta est

    Je valide cette fiche immédiatement.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 2:38

    Bonjour je suis con, j'avais raté un passage.

    Firenze ne peut pas avoir d'armes dans sa chambre. D8 GENRE. SERIEUX ?

    Les seules "armes" disponibles sont des outils, des armes à air comprimées, des trucs de compétition, pas de "vraies" armes.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 12:01

Je me disais bien qu'il y avait un problème, surtout quand j'ai vu qu'on était minimum deux par chambre x).

Bon, le truc est que dans l'idée, elle doivent être quelque part dans le campus... Il y aurait moyen qu'elle soit stocké dans un lieu un peu à l'écart (comme le complexe sportif, les caves ou une salle d'un hangar a priori abandonné), le directeur ou un professeur titulaire étant le seul à en détenir les clefs (et elle doit donc aller le voir à chaque fois qu'elle veut l'ouvrir, en étant a priori sous sa surveillance) ? Bien sûr, ce sera un adulte qui ne lui fait absolument pas confiance et qui la considère comme extrêmement dangereuse avec ça, et qui donc ne la quittera pas des yeux tant qu'elle sera dans la salle. Ça t'irait ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 18:45

Euh. Il n'y a pas de vraies armes à la WH.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 18:47

Même avec, comme je l'ai dit, le soutiens du psychologue scolaire disant que ça pourrait lui apporter une meilleures stabilité, ce n'est pas possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 18:52

Bah euh. Je ne vois pas quel malade conseillerai des flingues comme thérapie xD Mais après tu peux dire qu'elle se rend, de temps en temps, avec d'autres Shapes et un prof, dans un stand de tir en ville. Je ne suis pas contre le fait qu'elle sache manipuler des armes mais plutôt qu'elle en ai des caisses dans sa chambre, à son âge, et dans un orphelinat. Tu peux peut-être jouer sur l'absence d'armes véritables pour étoffer ton personnage, non ?

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 19:09

C'est pas tant les armes qui sont importantes que le fait que ce soit des souvenirs de son père. Après, je suis d'accord qu'on peut enlever ça, mais ça enlève quand même un bon pan du personnage... (Par ailleurs, d'un point de vue purement légale, étant mineur, il est tout à fait possible d'avoir des armes reçue par héritage, d'autant avec l'accord d'un adulte derrière, mais je pense bien que là n'est pas le problème ^^')

En fait, le truc, c'est que c'est vraiment le fait d'avoir ses armes qui fait qu'elle peut rester, sinon, elle serait vite partie dans un autre endroit, soit enfuie, soit placer ailleurs parce qu'elle semblait toujours aussi éteinte ^^'. On peut toujours remplacer ça par un autre objet, mais bon... Ça enlève quand même un côté assez fondamentale du personnage. Et je n'ai pas particulièrement envie de jouer une énième frustrée ^^'.

Pour le coup du psychologue, je ne sais pas si c'est un fou qui proposerait ça. Je dirais plutôt qu'il aurait pu l faire en désespoir de cause. À force de se confier, il a très bien pu se rendre peu à peu compte de ce qu'il se passait. Il aura bien entendu cherché d'autres solutions, mais, voyant que rien n'y faisait, a très bien pu finalement en discuter avec le directeur et, au bout de loooooongues discussions en arriver à cette conclusion.

Sinon, on peut aussi dire qu'elles sont cachés justement hors du campus. Mesure exceptionnel pour éviter d'avoir un occupant qui sombre dans la déprime la plus totale. Donc un bâtiment, genre à 10 ou 20 minutes de marche, qui les contient. Comme ça, elles ne sont pas sur le campus, mais elles sont quand même atteignable (mais obligatoirement surveillée par un adulte, il me semble qu'il est impossible de quitter ce bâtiment sans que ça se sache, surtout pour une heure minimum) pour Firenze.

Bon, je dois aller manger, là, je vais y réfléchir un peu plus pendant ce temps. La dernière solution me plaît bien, en fait x).
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 20:51

Je fais du droit et je pense pas qu'on puisse posséder légalement une arme chez soi, autre que décorative, surtout en étant mineur et donc sans permis. Sauf aux États-Unis où tu as la possibilité d'en avoir une à seize ans. Mais on est en Angleterre.

Le seul choix qu'il te reste et ce que j'ai proposé plus haut : qu'elle fréquente un stand de tir à l'extérieur de la WH avec la permission d'un prof. Mais elle ne peut pas avoir d'armes à elle.

Peut-être pourrais-tu carrément dire qu'elle travaille quelques jours par semaine au stand de tir pour entretenir les armes et se faire un peu de blé mais c'est tout.

Et une fois placé à a WH on ne peut pas en sortir, tu ne peux pas être déplacé.

Sinon tout perd en logique. Désolée si j'ai l'air de t'embêter mais ça me semble vraiment bizarre qu'un gosse possède des armes. Et c'est pas personnel hein Fifi ! D8

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 21:03

Justement, j'avais un peu recherché, et j'avais trouvé cette page : http://www.pratique.fr/permis-detention-armes-a-feu.html, avec cette partie en particulier :

Citation :
Permis de détention : démarches à effectuer
[...]
Pour les tireurs sportifs :
[...]
  • pour les mineurs de moins de 18 ans, l'autorisation d'acquérir une arme émanant d'une personne exerçant l'autorité parentale


(après, il est possible que ce soit n'importe quoi sur ce site, mais il me semble relativement sérieux ^^')

Donc effectivement, j'avais omis dans le fait qu'elle devait être inscrite dans un club. En fait, comme j'avais vu que WH* possédait un stand de tir, j'avais pensé que ça pouvait faire office de club sportif pour les armes à feu (comme ce n'est pas précisé quel type de tir ^^'), exactement ^^'. Bon, mais dans le cas où il n'y a pas de tir d'arme à feu, j'ajouterais qu'elle fait effectivement partie d'un club ^^. Les autorisations, je me demandais du coup si le testament pouvait faire office de tel, mais sinon, cela veut aussi dire une autorisation du directeur (ce qui va avec les négociations cités plus haut ^^').

Et je sais bien que ce n'est pas pour m'embêter, ne t'inquiète pas =). Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu une phase de mauvais poil tout à l'heure, mais je pense que c'est parce que je me stress trop. je ne t'en veux pas du tout Pure, tu fais très bien ton travail =3.
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 21:29

    http://www.met.police.uk/firearms_licensing/faqs.html

    Citation :
    Can I own a handgun?
    Handguns are banned in England. This applies to any firearm with an overall length of less than 30 cm. However muzzle-loading handguns are permitted.

    En gros la réponse est non. Firenze ne peux posséder d'arme de poing personnelle en Angleterre. De plus elle ne peut pas non plus être la propriétaire d'une arme supérieure à trente centimètres de longueur mais seulement d'une arme, on va dire, de déco, celles que tu recharge par le canon.

    De toute façon elle est mineure.

    Toutefois, comme je te le disais, elle peut être inscrite dans un club de tir. Mais avant ses dix huit ans elle ne pourra pas utiliser de véritable arme à feu. Les seules autorisées seraient des armes à air comprimé.

    Mais je tenais à te conférer le droit de faire en sorte que ton personnage puisse utiliser de vraies armes en club à l'extérieur, sous surveillance.

    C'est pour ça qu'il me semblait inutile de préciser que le stand de tir n'est pas à balles réelles, mais je devrais peut-être le faire. O/ Dès que j'ai le temps tiens.

    Merci de ta patience !

    Si ça ne te suffit pas... beeeeeen. Voilà.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 22:35

Après une heure de recherche

Bon, désolée, je vais commencer par être chiante, mais ne t'en fait pas, ça va bien se finir x).



J'ai donc le droit de posséder la plupart des armes dont je parlais (il y a peu d'arme de poing qui sont longues de plus de trente centimètres ^^').

Mais...

Arrêtons d'être chiante. D'autant que je n'aurais pu avoir ces armes que depuis l'année dernière. Pour nous mettre d'accord, disons que Firenze n'a pas encore fait les démarches pour faire venir les armes qui lui appartiennent. Donc, pour le moment, on va dire que le stand de tir est son secret (je fixerais la fréquence tout ça dans la fiche ^^). Par contre, si tu me l'accorde, j'essaierais peut-être un jour de faire un rp avec Moriarty (je ne sais pas qui le joue, je ne sais pas s'il joue encore ou quoique ce soit, mais on verra ça plus tard x)).

Par contre, du coup, si elle fait de telle sortie régulière, je suppose qu'elle doit être encadrée ?

Et merci à toi de ta patience ! Je sais que je suis horriblement chiante, mais j'arrive pas à m'empêcher d'essayer de toujours aller au fond des choses ^^'.
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 22:42

    Pourquoi un secret ? :o Moi je pensais que ça te rendra service et que justement le fait qu'elle soit encadrée développerait tes relations RP. Je sais pas moi tu peux demander un RP à Divine, la prof des Shapes... Mais bon, j'vais laissé tomber, j'arrive pas à comprendre pourquoi c'est si important.

    D'ailleurs la législation de 1968 ne concerne pas les armes de guerre mais seulement celles de chasse... il faut éviter de dire n'importe quoi. Et je vois pas qui lui offrirait un flingue, sérieusement !

    http://www.pukkabundhooks.com/index.php/products/3/FAC_Required/

    La section 1 ne concerne que les armes de chasse ou de collection. Ou alors t'as vaguement une imitation AK47 mais en calibre 22, donc pour le sport/chasse/décoré/useless. Ca ne peut même pas tuer un renard, seulement les nuisibles.

    Et je ne suis toujours pas convaincue par cette histoire.

    Donc je voudrais simplement que tu modifies ta fiche.

    Inutiles d'en refaire des pavés, ça nous prend du temps pour rien et puis. Pour être franche.

    Quand je dis non, c'est non. /éclair dramatique en fond.

    Donc Firenze peut faire partie d'un club, et je vois pas pourquoi secret, ou avoir des cours particulier avec Divine, comme tu veux.

    Mais elle ne possédera pas d'arme véritable, tout au plus un truc à air comprimé de compétition. Point final.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 23:35

J'ai essayé de développer un peu la question de "pourquoi un secret ?" dans mon édition (pourtant principalement sur le dernier chapitre du caractère, pour le coup, plus deux ou trois autres détails). En gros, elle veut se fondre dans la masse. Et une passion pour les armes à feu, chez une jeune fille de quinze, ce n'est pas très normal x). Et attention, je ne dis pas que le club est secret, mais c'est le fait qu'elle en fasse partie qui l'est. Et ça n'empêche de développer des interaction rp à côté.

Pour la loi 1968, rien dans ce que j'avais indiqué que c'était uniquement pour les armes de chasse. Dans un article que j'avais trouvé, il parlait effectivement que des munitions... Et je viens de penser que dans la loi est indiqué le diamètre du canon. Faudrait que je trouve le rapport. Mais par contre, pour le coup useless, en soit, elle n'a de toute manière pas une arme pour s'en servir, hein ._. . Bref, je suis claquée, tu as raison, autant arrêté, je pense qu'on aura de toute manière pas notre réponse ce soir (et effectivement, à la réflexion, tu sembles plus proche de la réalité, je voudrais juste trouver le rapport taille de la balle/taille du canon, mais pour le moment, je te donne raison ^^).

Enfin, bref, voilà... Désolée d'être chiante ><.
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Lun 24 Oct - 23:43

Ce passage me semble toujours fautif :

Citation :
A priori, les armes n'étaient pas choses aussi diaboliser ici qu'ailleurs. À force d'argument et d'insister, elle finit par arriver à convaincre le directeur et le professeur et charge des armes de faire venir ici la collection de son père. Ainsi, par exemple, elle ne devrait pas emprunter des armes à l'école si elle voulait s'entraîner, ce qui laissait la possibilité à un élève supplémentaire. De plus, le psychologue scolaire avait pu remarquer la lien qui semblait la lier à ces objets, et pu appuyer sa demande.

Y'a pas de débat, je sais pas si tu as bien compris, Firenze. >_< Je voudrais simplement que tu suives mes instructions pour garantir une certaine logique.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Mar 25 Oct - 0:04

Au temps pour moi, je l'avais oublié ^^'. C'est corrigé.

Sinon, oui, je comprends. Pour être totalement franche, je suis quand même vraiment déçu, parce que ce point autour des armes est en fait, même si ça se voit un peu moins maintenant, à la base de Firenze. Elle est un peu partie de ce délire dessus ^^'. Donc ça me fait quand même de la peine de devoir l'enlever (et j'ai essayé de défendre ma base le plus longtemps possible du coup ^^'). Je dois encore apprendre un peu plus le lâcher prise, mais ce n'est franchement pas facile x).

(et le dernier point est plus pour ma culture gé, hein ^^')
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze Mar 25 Oct - 0:55

Très bien donc attention à l'avenir et bon jeu.

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Amore e armi - Firenze

Revenir en haut Aller en bas
 

Amore e armi - Firenze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amore & Vita Conad by Guylianno
» [Élections royales] Missive de Nicolas de Firenze
» Ezio Auditore Da Firenze
» Amore & Vita
» Amore Vita - Conad ----- Objectivement Hold'up tente de manager cette équipe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-