Partagez | 
 

 Slave { Stand by me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Slave { Stand by me. Dim 9 Oct - 21:53

When you see my face
Hope it gives you hell, hopes it gives you hell.


Heave ho, thieves and beggars, never shall we die.

PSEUDONYME : Slave
NOM : Gang (강 )
PRÉNOM(S) : Sin Woo (신 우 )
QI: 153.
DATE DE NAISSANCE : 06 / 01
ÂGE : 20ans.
SEXE (✔) : ✔ M ❒ F
ORIGINE : Coréenne du sud. Nationalité anglaise.
ANCIENNETÉ : Quelques mois.


Words can't bring me down

Couleur des cheveux : Noirs.
Couleur de la peau : Mate.
Tatouage/Piercing ? : Cicatrices.
Couleur des yeux : Noirs.
Taille en centimètres : 191.
Corpulence: Armoire à glace.


No I won't shed a tear. Just as long as you stand, stand by me

Brutal – Idiot – Soumis – Avare de mots - Incontrolable – Fidèle – Vulgaire – Instinctif – Sérieux – Simple – Emotif – Inconscient

____Tu as sûrement entendu parler de lui : Slave. Oui, le nouveau surveillant. Mais si, celui qui t'a d'abord fait rire avec son pseudonyme ridicule, puis tu as ravalé tes blagues en le voyant. Lui et son mètre quatre-vingt-dix, ses cicatrices partout sur le corps, sa carrure imposante et son regard de fou, de brute, enragé. Son mutisme, ses postures, ses yeux, sa voix rauque, son accent étrange, tout crie qu'il ne veut pas te parler, t'approcher, être en communication avec toi. Slave est un animal sauvage, calme jusqu'à ce que tu l'approches, que tu lui parles, que vous échangiez quelques mots et que deux issues se présentent à cette rencontre. Que tu finisses tabassé ou que tu comprennes à le comprendre.

____Slave est un animal sauvage, il ignore comment communiquer, il ignore comment se faire comprendre, et ça lui fait peur, tellement peur qu'il perd le contrôle, qu'il devient fou, enragé, violent. Tu luis fais peur, toi et tes questions auquel il ne sait pas répondre, toi et tes mots qui lui échappent parfois, toi et la vitesse avec laquelle tu passes d'un sujet à un autre sans qu'il puisse s'adapter. Il est doux, calme, lent. Il prépare souvent ses phrases et sa voix rauque ne se presse jamais, dans des phrases courtes mais efficaces, bien que souvent dénuées d'intérêt. Il ne sait pas mener de conversations. Il s'adapte très mal au changement, d'ailleurs, son adaptation est toujours précédée d'un moment de panique où il a un furieux besoin de s'exprimer. Ne sachant s'exprimer par les mots, Slave pète tout simplement un câble et se calme sur les objets ou parfois sur les gens, même s'il finit toujours par s'en vouloir.
____Slave ne comprend pas tes mots, mais il sait interpréter tous tes signes corporels. Il comprend chacune de tes expressions ou de tes positions. De manière instinctive. Car après tout Slave n'agit pas, il réagit ; ou obéit. Slave ne sait pas prendre d'initiative consciente, alors il s'en remet soit à son instinct, soit à quelqu'un d'autre. Mais ce quelqu'un d'autre n'est jamais n'importe qui.

____Slave ne peut pas vivre seul. Il a forcement besoin de quelqu'un sur qui s'appuyer, à qui obéir, à qui il demande de l'aide, un avis, une opinion ou du réconfort. Souvent quelqu'un qui le comprend mieux que quiconque. Cette personne l'apprivoise, ou le dompte, et devient sa raison de vivre, la fin de toutes ses actions. Slave est quelqu'un de simple, voire de benêt, il a besoin de suivre quelqu'un. Et sa mission est de le protéger, de l'aimer et de la rendre heureuse. Rien d'autre.
____Tu l'as peut-être vu, ce géant complètement flippant, avec une petite fille, non ? Cette enfant de 10ans, Straw, au large sourire et aux cheveux de paille est actuellement sa maîtresse. Et en les voyant tous les deux, tu ne peux que t'arrêter. Le monstre tant craint devient, face à l'enfant, une sorte de figure fraternelle au sourire doux et protecteur. Tu as juré l'avoir même entendu rire. Slave, devant elle, devient aussi tendre qu'un agneau, sauf quand il s'agit de la protéger. Il est là pour elle et ne quittera la Wammy's House pour rien au monde. Même si personne ne voit d'un bon oeil le fait qu'il se fasse mener par le bout du nez par une enfant. Car elle semble bien être la seule à pouvoir le calmer lorsque, enragé, il se met à frapper pour la protéger.
____Lorsqu'il est apprivoisé, le surveillant est le plus adorable des êtres. Attentionné, calme, presque tendre, il ne te parlera pas vraiment plus mais tu comprendras ses sourires et son regard. Il est aussi fidèle, aveuglément fidèle, avec une confiance ne connaissant comme frein que la protection de Straw. Il est toujours vulgaire, il mélange toujours les langues, il se met parfois à crier pour rien, mais il ne te frappera plus.
____Depuis son arrivée à la Wammy's House, Slave a commencé à se calmer. Peut-être grâce à Straw. Peut-être pour mieux coller à son rôle de surveillant. Peut-être parce qu'il est enfin devenu mature. Peut-être parce que faire partie de quelque chose l'a calmé. Ou juste qu'il se débrouille mieux en anglais, qui sait. Toujours est-il que tu as peut-être une chance de l'approcher.
____Il suffit d'en prendre le risque.



Mi vida la deje entre Ceuta y Gibraltar

    Définissez vous en une phrase.
    • Non.


    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
    • Un poisson rouge.


    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
    • Harry Potter de J.K Rowling..


    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
    • « Plus vite ! Hé que ça saute ! Allez ! Merde ! »»


    La petite manie dont vous vous passerez bien ?
    • N'avoir aucune notion du temps.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    • M'excuser au près de la personne que j'ai insulté il y a trois semaine. Peut-être. On verra


Nothin' you confess, could make me love you less


Lui.
____ Gang Sin-Lee avait toujours voulu avoir un petit frère. Un petit frère à qui Il apprendrait le football, à qui Il ferait comprendre les voisins chinois, qu'Il protègerait des garçons plus vieux que lui, qui Le suivrait partout, à qui Il montrerait tous les passages secrets du quartier, qui L'aimerait, avec qui Il jouerait et fouillerait la chambre des parents. Heureusement, Sin-Lee ne l'attendit pas longtemps : dès ses cinq ans son voeu fut exaucé. Un joli petit bébé arriva du ventre de sa mère sous le nom de Gang Sin-Woo, et qui fut sûrement le petit frère le plus attendu de l'année.
____Sin-Woo, qui vous le devinez s'appellera plus tard Slave, vécu sous la tutelle de son Frère, dans un appartement au dessus d'une épicerie tenue par ses parents, au fin fond de Londres, au coeur de China Town. Dans son monde, on parlait principalement le coréen, mais il devait utiliser le chinois pour communiquer avec certains garçons de son quartier. Pour lui, l'anglais était presque identique au vietnamien, au français, ou au russe : incompréhensible et inutile. Sin-Lee était son mentor, son guide, son idéal, et il passait son temps à Le suivre et à L'imiter. Celui-ci était heureux d'être admiré et prenait son rôle avec sérieux. Mais un enfant de cinq ans ne peut pas remplacer des parents, aussi impliqué et responsable soit-Il. Enfin, pour l'instant, cela n'avait aucune importance : ils vivaient heureux, juste eux deux, en osmose, unis comme personne. Ils étaient un duo d'idiots heureux et malicieux, mais s'excusant toujours quand il fallait. Sin-Woo était encore un petit enfant adorable, naïf, pas très bavard mais extrêmement affectueux et pour qui sa famille représentait tout. Certes il idolâtrait Sin-Lee, mais il adorait aussi ses parents, bien qu'ils ne remplissent pas l'image d'autorité qu'ils auraient dû remplir. Des parents aimants et fiers de leurs fils si unis et polis. C'était tout ce qu'ils demandaient.

____Les choses se gâtèrent au court de la sixième année de Sin-Woo. Le petit garçon n'était jamais allé à la maternelle, tout comme Sin-Lee, car les parents Gang avaient préféré garder un maximum leurs garnements avec eux. Ainsi, le septembre de ses six ans, Sin-Woo découvrit l'école primaire. A ses six ans, Sin-Woo découvrit qu'il vivait dans un pays anglophone. Ses parents n'en parlaient pas un mot et Sin-Lee avait juste complètement oublié ce détail. Et bien sûr, pas un seul coréen dans son école. Personne avec qui communiquer. Juste une institutrice débutante essayant désespérément de communiquer avec des signes et en répétant le seul mot qu'elle connaissait en chinois : « Nihao ! » La pauvre croyait dire « Bonjour », alors qu'avec son accentuation déplorable elle disait « Toilettes. » Ce qui, au lieu de faire rire ou d'aider Sin-Woo, ne fit que l'embrouiller davantage. Ce premier jour de cours, annonciateur de la suite de sa scolarité, fut un enfer.
____Et puis il fallu y retourner. Ce que Sin-Woo croyait être une épreuve accidentelle se révéla être un calvaire quotidien, une immersion dans un monde totalement incompréhensible qu'il ne pouvait supporter. Il se retrouvait dans l'incapacité pure et simple de communiquer et ses notes ne volaient pas bien haut. Habitué à vivre heureux et à dépendre uniquement de son frère, Sin-Woo refusa tout simplement de s'adapter. Là où Sin-Lee avait juste vu une étape à franchir, une marche à monter grâce à de la dextérité et de l'attention, son petit-frère vit un mur infini, insurmontable et terrifiant. L'école devint un lieu mort, un labyrinthe, une cage, quelque chose à endurer tant bien que mal jusqu'à la sonnerie qui annonçait le retour chez lui avec son frère et sa famille, et il pouvait enfin être lui-même.
____C'est durant cette période qu'il commença à être violent. Auparavant, il avait déjà eu des combats avec son frère et ses voisins, mais cela avait toujours été pour jouer. Mais à l'école primaire, il se retrouva face à ceux qu'il ne comprenait pas, et du coup ne le comprenait pas non plus. D'incompréhension en incompréhension vint la haine, le rejet et les combats souvent désavantageux pour le coréen, mais jamais sans frais. Ces enfants terrorisaient Sin-Woo, et aidèrent à son rejet de tout ce qui se rapprochait de l'anglais et de sa culture.
____Bien sûr, il apprit un peu d'anglais. Bien sûr, il finit par comprendre ses cours. Et il réussit même à ne redoubler qu'une fois le CP. Enfin, peut-être que son institutrice n'avait pas trop le choix. Mais il haïssait cette langue et les insultes qu'il criait dans ses combats étaient toujours en coréen ou en chinois. Alors Sin-Woo se réfugiait dans les bras de son frère. Tout la haine qu'il ressentait pour l'Angleterre, il le transformait en amour pour Lui, Lui qui était aimant, intelligent, présent, son Sauveur, son Salut, sa raison de vivre.
____« Vous savez madame, quand je vois vos fils jouer, le petit See-Woo me fait de plus en plus penser à un chien. Hier, je suis certaine de l'avoir entendu aboyer. »

____Et puis les années passèrent. Slave finit par apprendre assez d'anglais pour se socialiser. Quelques amis, beaucoup d'ennemis, de bonnes notes en mathématiques, toujours un foyer heureux où retourner. Oui, Slave finit par comprendre de l'anglais. Mais pas assez pour ne pas risquer le redoublement chaque année. Pas assez pour ne pas devoir réfléchir avant de dire la moindre phrase construite. Pas assez pour le faire sortir de son silence. Pas assez pour lui faire aimer l'école. Pas assez pour ne plus être discriminé. Pas assez pour pouvoir penser un jour en anglais.
____De son côté, Sin-Lee réussissait parfaitement à s'intégrer et à réussir. Il était l'idéal de Sin-Woo, un idéal absolument à atteindre. Un idéal s'éloignant doucement, tout doucement de lui. Cela avait commencé quand Il était entré au lycée. Et qu'il avait commencé à avoir d'autres amis que les gamins du quartier chinois. Sin-Woo entendait parler de noms étrangers, des noms anglais, des noms qu'Il évoquait en souriant. Sa première réaction fut de l'admiration pour ce frère qui réussissait ce qu'il n'avait pas pu. Non, il ne se sentait pas menacé. Pourquoi le serait-il ? Pour lui, le monde de l'école n'avait pas de rapport avec le vrai monde. C'était impossible que quiconque intervienne dans la relation charnelle qu'il avait avec Lui.
____Il commença à comprendre qu'il y avait quelque chose qui clochait lorsqu'un jour, Il rentra tard. Comme d'habitude, Sin-Lee était arrivée très vite, comme toujours il avait presque couru pour voir plus vite son frère qui, comme tous les jours, aurait dû être là avant lui le mardi. Mais pas ce jour-là. Après cinq minutes passées comme un loup en cage à arpenter l'appartement, il décida qu'il Lui était arrivé quelque chose de grave et parti à sa recherche. Oui, il partit en courant de son appartement, bien décidé à trouver son frère, au hasard, dans Londres. Encore une fois, il avait été jusqu'à oublier l'existence de son téléphone portable. Oubliant aussi son manteau en plein mois de novembre. Pas vraiment tête en l'air, non, juste obnubilé par le danger que pouvait courir son frère. Juste inconscient, encore à treize ans, que ses gestes avaient des conséquences. Juste désespéré, ayant jusqu'à bousculer une pauvre gamine aux cheveux blonds, trop petite pour entrer dans le champ de vision de Sin-Woo. Il l'ignora et continua de courir. Toute la soirée, pour essayer de le retrouver.
____Il rentra tard. Affolé. Décidé à appeler son père et sa mère, la police, le SAMU, l'ONU, la reine, pour partir à la recherche de SON frère. Bien sûr, il ne s'attendait pas à trouver Sin-Lee dans leur rue, le guettant, tout aussi affolé que lui. Les deux frères se tombèrent dans les bras, presque pleurants. Au milieu de leurs larmes, en dehors de leurs bafouillements, en se coupant la parole et en riant tout en se frappant, ils finirent par se comprendre. Sin-Woo finit par comprendre que son frère avait juste passé l'après-midi avec « des amis de sa classe. »
____« Pourquoi ?
-Sin, prends pas la mouche, j'ai quand même le droit d'avoir des amis !
-Pourquoi ? Et moi ? Je suffis pas moi ?
-Tu sais très bien que ce n'est pas pareil, je-
-En quoi ? Qu'est-ce que j'ai de moins que ces sales anglais hypocrites et cruels ? Ils veulent juste nous séparer Sin ! Ne te fais pas avoir !
-Arrête de faire ton parano, arrête de pleurer.
-Non.
-Allez, on rentre maintenant ?
-Non. Je veux pas. Tu dois plus partir Sin.
-Mais je ne pars pas, je ne pars nulle part, je suis là. Tu vois bien que je suis là, non ? Viens dans mes bras, ne t'inquiète pas, on restera toujours ensemble. Tu peux compter sur moi, non ?
-Oui mais...
-Mais ?
-Tu pars Sin. Tu pars tout le temps.
-Mais non je ne pars pas. Je te le promets. »

____Après cet épisode, Sin-Lee arrêta de parler de ses amis du lycée. Il ne sortit plus. A vrai dire, ils recommencèrent à ne plus parler de tout ce qui se rapprochait du lycée, sauf quand Sin-Woo revenait encore avec un oeil au beurre noir après une de ces bagarres dont il sortait de plus en plus souvent vainqueur. Ils grandirent, encore, Sin-Woo plus que son frère, comme toujours. Ce dernier eu son bac avec brio, tandis que son petit frère toujours au collège savait qu'il ne l'aurait sûrement jamais.
____Et puis Judy Eastwood entra dans sa vie.

____Cela aurait pu être un vendredi soir tout à fait normal. Sauf que, ce jour-là, Sin-Lee invita une fille. Une anglaise, blonde, yeux bleus, souriante, et apparemment dans l'incapacité de dire autre chose que « Bonjour » en coréen. Les parents savaient qu'elle allait venir et l'accueillirent avec un grand sourire. Bien entendu, personne n'avait eu le courage de prévenir Sin-Woo. Mais il comprit. Tout de suite. Et passa le repas sur le canapé à scruter la télévision. Mais cela ne l'empêcha pas d'entendre.
____« We will get married. »
____C'était la première fois que de l'anglais résonnait dans cet appartement.
____Sin-Woo compris avant ses parents. Il compris avant que Sin-Lee ne traduise. Il explosa. La télécommande vola, il commença à jurer violemment en coréen, puis renversa la table, cria sur ses parents irresponsables, tapa du pied, jura encore, frappa le mur. Avant de claquer de la porte de l'appartement, il aboya à cette Judy l'une des rares insultes qu'il connaissait en anglais.
____« Slut. »
____Il n'avait pas pu regarder son frère.

____Dehors, il y avait cette sale gamine anglaise, il n'avait jamais aimé la voir trainer dans les parages. Surtout aujourd'hui. En passant, il lui cracha dessus.

____Normalement, pour se calmer, Woo frappait. Ce soir-là, il n'en eut pas la force. Il alla sur le bord de la Tamise et observa juste le cours de l'eau. Vide.

____Il n'avait que 20ans merde ! Pourquoi se marier, hein ? Et pourquoi on l'avait pas vu avant, cette pute ? Il était encore dans ses études, il avait quoi dans la tête ? Et puis alors quoi, il allait partir, comme ça, abandonner toute sa famille ? S'installer dans un quartier chic et avoir des enfants blonds ? Il leur apprendra même pas le coréen. Il parlera même plus le coréen. La cérémonie allait se dérouler en anglais, il en était sûr. Et il allait rien piger. Encore une fois.

____Sin-Lee lui avait demandé de venir au mariage. Il n'avait pas osé lui proposer d'être le témoin. Ou même de participer aux préparatifs. Juste de venir. Et, comme d'habitude, Sin-Woo n'avait rien pu refuser à son frère.

____C'était un mariage en église. Avec des chansons anglaises et coréennes. Et des traductions continuelles. Et, surtout, une multitude de gens que Sin-Woo n'avait jamais vu. Des gens qui prétendaient comprendre son frère. Et qui parlaient anglais. Tous. Et qui le regardaient avec intérêt. Comme s'il était un animal. Et il l'était. Un animal apeuré, coincé entre ses deux parents, sujet à bien des regards et à des murmures vraiment pas assez discrets. Ces crétins devaient croire qu'il ne comprenait pas l'anglais. Certes, ce n'était pas totalement faux. Mais bon. Merde. Il les entendait, leurs conneries !
____« Alors c'est lui, son frère ? T'as vu comment il nous regarde ? On dirait qu'il va nous mordre. C'est LUI son petit frère adorable dont il ne peut se passer ? C'est pour LUI qu'il n'a jamais eu de vie sociale ? Un sale cabot ? »

____Quand est-ce qu'il partit ? Aucune idée, mais il avait eu l'impression d'être resté une éternité dans cette mascarade. Étouffant dans un costume trop petit à la cravate trop serrée. Il était sorti en furie lorsqu'il sentit qu'il allait exploser. Il avait même essayé de ne pas claquer la porte, ou pas trop. Rien à foutre de tout ça. Il voulait rentrer chez lui. Et il comptait bien le faire jusqu'à ce qu'il percute quelque chose. Il baissa le regard et vit que c'était la gamine. La sale mioche qui rodait près de chez lui, elle devait avoir cinq ans. Elle pouvait pas regarder devant elle, celle-là ? Elle leva les yeux pour voir son visage et ses yeux verts rencontrèrent pour la première fois ceux, noirs, de Sin-Woo. Elle lui sourit. Un grand sourire naïf et joyeux.
____« Aide-moi à attraper le papillon ! »
____Et elle lui attrapa la main, oui, une anglaise. Et il sourit, oui, à une anglaise. Et il la suivit. Et il oublia, un instant, qu'il avait perdu l'être qu'il aimait le plus. Et il se souvint, un instant, ce que c'était que d'être un enfant.
____Ils se quittèrent, après avoir joué, et s'oublièrent. Ignorant qu'un jour, ils ne pourraient vivre une seule journée l'un sans l'autre.

____« Mais Lee, il a quoi ton frère ? On dirait une fille que l'on a trompé !
-Je l'ai trompé Judy, je lui ai promis que je resterais avec lui.
-Mais ça, c'est des promesses que l'on fait enfant ! Il a 15ans non ? Il devrait avoir dépassé cette période quand même.
-Pas pour Sin et moi... Oh Judy, qu'est-ce que je vais faire ? Il doit être tellement, tellement mal. On n'aurait jamais dû lui dire ! Il m'a complètement ignoré depuis qu'il t'a vue. Il m'en veut, c'est certain. Qu'est-ce que je vais faire, s'il refuse de me pardonner ?
-En fait, je retire ce que j'ai dit. Tu dois être aussi accro que lui. »


Elle.
____Sin-Lee déménagea. Sin-Woo resta quelques jours chez un ami. Puis vagabonda, alla en cours, révisa même son brevet, essaya d'oublier qu'un appartement vide l'appartement, que son foyer et sa famille parfaite avait éclaté en morceau. Et en espérant ne plus jamais retomber dans ce genre de relation, il découvrit Santana Abbott.
____Tout comme Sin-Woo, elle était née en Angleterre. Comme lui, elle était anglaise. Comme lui, elle crachait au visage à quiconque lui en faisait la remarque. Dans ses veines coulaient l'Afrique et son rire éloignait un instant les nuages de Londres. C'était une étudiante en art, ni ratée, ni prodige. Aidée par ses parents adoptifs, elle pouvait vivre une petit vie tranquille non loin du cœur de Londres. Elle accueilli les bras ouverts celui qu'elle appellera Gang. Un Gang désorienté, ignorant du monde en dehors de son quartier. Un Gang qui se garda bien de lui signaler qu'il n'avait que 15ans, au moins jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus se passer de lui. Ce qui n'arriva pas si tard que cela.
____Ils étaient tous les deux des solitaires ne pouvant vivre sans s'accrocher à quelqu'un d'autre. Elle l'ouvrit au monde et l'enferma contre son cœur. Elle profita de sa jeunesse pour le faire correspondre à son idéal. Il se muscla. Il passa son permis de moto. Il quitta son rôle de petit frère dévoué. Il devint l'amant protecteur. Et il n'alla pas au lycée, mais cela relevait plus de la logique que d'autre chose. Alors, il se mit à travailler, un peu partout, n'importe comment, juste pour s'occuper. Et puis parce que, inconsciemment, il savait qu'elle ne serait pas toujours protégée par ses parents, et qu'ils ne vivraient pas de ses peintures.
____Parfois, il rencontrait l'anglaise vagabonde. Et souvent, il lui offrait un gâteau ou lui ébouriffait les cheveux en passant. Et d'autres fois il s'arrêtait parce que Santana allait rentrer tard, et il s'asseyait sur un banc pour l'écouter lui raconter ses histoires abracadabrantes sur les papillons, les princes, les gâteaux souriants et la beauté de sa mère. Et il l'écoutait, avec toute l'attention et la patience du monde.

____Santana l'aimait. Intensément. Elle le dessinait. Énormément. Elle dépendait de son silence pour pouvoir parler, tout comme il dépendait de ses histoires pour en rire. Ils se construisirent un foyer, comme une famille de substitution. Santana, aussi, aimait le sexe. Il était incapable de parler de ses sentiments et elle, elle était incapable de les croire alors ils faisaient l'amour, passionnément. Elle n'avait jamais de plus beau sourire que sous les draps et, après coup, Gang retombait toujours en enfance, dans une douce tendresse innocente. Aucun instant n'était aussi voluptueux que celui-là.
____Et puis parfois, lors de leurs disputes, quand Santana s'étranglait dans ses mots et quand Gang ne savait jamais quoi dire, faire l'amour ne changeait rien. Et si Gang, dans ces moments-là, voulait juste sortir se lancer dans une bagarre au hasard pour expulser sa rage, Santana, elle, avait le besoin de le faire souffrir. Lui, qui la faisait enrager à ne pas comprendre quand elle parlait trop vite, à ne jamais dire ce qu'il pense, à ne jamais se plaindre de ce qui n'allait pas, à toujours la faire passer avant, à s'endormir quand elle faisait des croquis de lui, à ne rien comprendre à l'art, à revenir le soir avec des bleus, à avoir accepté un boulot un jour où elle n'avait pas cours, à ne jamais raconter sa journée autre que par des phrases simplistes, à être malgré tout aussi simple, aussi innocent, aussi pur, quand elle était torturée par des questions existentielles et des préoccupations matérielles dont son compagnon ignorait presque l'existence.
____Alors parfois, elle le frappait. Pour expulser tous ces sentiments qu'il refusait de comprendre. Elle le frappait, elle le brûlait, elle l'attachait, le griffait dans des ébats sauvages, espérant secrètement que, un jour, il l'arrêterait et exploserait à son tour de ce qu'elle lui faisait subir. Mais il restait docile, stoïque, effrayant, la regardant toujours dans les yeux en silence. Et un frisson remontait souvent l'échine de Santana quand elle se disait qu'il la laisserait le tuer. Et cette simple pensée l'effrayait assez pour l'arrêter et la faire fondre en larme. Alors, Slave venait vers elle et la prenait dans ses bras et la berçait doucement, et murmurait de sa voix rauque des mots rassurants. Et puis parfois, quand elle pleurait vraiment fort et criait qu'elle n'en pouvait plus, il s'ouvrait un peu, un rien, et tout redevenait comme avant.
____Et oui, toutes ces cicatrices qui parcourent le corps de Slave ne viennent pas de combats de rue. Mais cela, bien sûr, il ne l'a jamais dit ni à l'hôpital ni à son médecin. Il savait qu'ils ne comprendraient pas.

____Et puis un jour, devant son thé de l'après-midi, Mme Mersch entendit un chien hurler à la mort. Cela venait de chez les voisins, ce couple étrange, cet asiatique gigantesque et effrayant et cette africaine au sourire trop franc. Mme Mersch avait des recherches, et elle savait que le garçon n'avait que 17ans, alors que l'africaine devait en avoir 21. Elle était célèbre dans l'immeuble parce qu'elle avait participé à une exposition non loin. Et Mme Mersch, bien sûr, curieuse, était allée voir. C'était un univers étrange, avec des peintures joyeuses et colorées, mais parfois sanglantes, et trop abstraites pour la pauvre Mme Mersch. Elle avait trouvé bien plus de joie dans les esquisses noires et blanches du garçon asiatique. Et elle avait sentit, aussitôt, à quel point cette femme avait confiance et aimait ce... Fang ?
____Mais bon, enfin, c'était un couple assez louche. Il avait des cicatrices vraiment effrayantes, ce bonhomme. Et puis il n'allait pas à l'école, elle le savait. Il devait se passer de drôles de choses dans cet appartement, qu'elle n'osait pas imaginer. C'est pourquoi, quand elle entendit ce chien (ou ce loup ?) crier à la mort là-dedans elle se garda bien d'aller voir. Ah non non, elle ne voulait pas d'histoire. Et puis son émission allait bientôt commencer.
____Le lendemain matin, en relevant son courrier, elle cru comprendre en apprenant qu'une certaine Samantha Abbott avait péri dans un accident de moto.

____« Ca va aller Santana. Ne t'inquiète pas. Je reste là, juste à côté de lui, tout le temps. Je supporterai tout. Tout ce dont tu as besoin, je l'exaucerai. Comme je peux. Je suis là. Chuuut, chuuut. Pleure autant que tu veux. Je n'ai pas mal. Tu n'as rien fait de mal. C'est juste dur pour toi. Je sais que c'est dur pour toi. Je suis désolé de te faire souffrir. Je vais faire des efforts. Je t'aime Santana, tu le sais ça, non ? Et sans toi je ne suis rien. »


Toi.
____Ça ne sert à rien de le frapper. Tu ne te sentiras pas mieux après, et tu le sais. Mais tu sais que pendant un instant, tu oublies ce vide. Ton esprit devient blanc et tu penses juste au meilleur moment de le battre. Et quand il n'y a plus personne à mettre au sol, tu t'acharnes sur ceux qui essayent de fuir. Tu les accules. Tu les frappes, encore. Tu ne les entends même pas te supplier. Tu ne te rends toujours pas compte que tes actes ont des conséquences. Tu ne sais toujours pas t'arrêter. Tu ne sais pas être seul.
____Et puis des mains t'attrapent. Une chevelure blonde t'arrête. Tu baisses la tête et croise son regard vert. Et un sourire, illuminé. Et une voix, une voix d'enfant qui fait tout pour rester joyeuse
____« Faut pas être triste, tu sais. »
____Tu la regardes. Tu te souviens d'elle. De son sourire qui t'avait déjà sauvé. Tu te laisses tomber à genoux. Tu la prends, à ton tour, dans tes bras. Et tu pleures, de désespoir et de bonheur à la fois. Tu as oublié ce vide.

____Elle s'appelait Sasha Eastwood et était la demie-soeur de la belle-soeur de Woo. Il retint qu'elle s'appelait Sasha et qu'elle était sa petite soeur. Qu'elle n'avait pas de véritable endroit où rentrer, qu'elle préférait rester dehors, qu'elle avait 10ans de moins qu'elle, qu'elle était aussi responsable que lui et qu'elle l'adorait, au moins autant qu'il se mit à l'adorer. Tous les deux totalement désordonnés, tous les deux vagabonds, et avec un don pour se croiser continuellement alors que Londres était énorme. Woo prit l'habitude de lui ouvrir la porte le week-end, ou de la trouver sur son chemin alors qu'il distribuait des journaux ou commandant un verre alors qu'il travaillait en tant que serveur. Les coïncidences disparaissaient graduellement pour faire place à l'habitude et il se mit même à trainer près de son école primaire lorsqu'il savait qu'elle sortait. En profitant souvent pour éloigner quelques gamins inconscients. Il connaissait Sasha, et comprenait mieux qu'elle ce que son caractère entrainait. Son innocence, sa gentillesse, son refus total de voir le mal dans ce monde la rendait la cible de beaucoup de brimades. Tout comme Woo, à son âge.
____Il avait gardé l'appartement de Santana. Cette idiote n'avait pas fait de testament, mais ses parents connaissaient Sin-Woo au moins de nom, et le laissèrent garder le lieu. Il accepta une partie de l'argent de son ex-petite amie, puisqu'il avait contribué à l'amasser en posant pour elle, mais refusa toute aide matérielle des parents Abbott et, après cela, coupa tout lien avec eux. Il voulait oublier. Et il réussit. Au bout de quelques mois, cet appartement qui avait auparavant été celui de Santana et Gang était devenu celui de Woo et Sasha.
____Sasha se mit vite à dormir chez lui. D'abord il lui laissait son lit et allait dans le canapé, mais à force de se réveiller le lendemain et de la découvrir à ses côtés, il s'était résolu à dormir avec elle. Il n'y avait personne pour venir les juger, après tout. Ils étaient seuls dans cet appartement que Woo ne savait pas remplir seul. Il avait besoin de Sasha pour faire du bruit, pour l'habiter, pour le remplir, pour remplacer l'ancienne propriétaire. Et lorsque l'enfant n'était pas là, le lieu semblait si vide et si froid que le coréen restait cloitré dans sa chambre, le son de la télévision au maximum ou vagabondait dehors jusqu'à des heures perdues, espérant la croiser, encore.

____Et puis cela commença à déraper. Tout doucement. Quand, au bout d'un an et quelques mois de vie commune, la mère de Sasha décéda, d'overdose de médicaments. Woo ne l'avait jamais vue et inversement, pourtant sa petite soeur semblait tellement l'aimer qu'elle s'était mise à compter, étrangement, pour lui. Quand Sasha lui apprit la nouvelle, les larmes aux yeux, il eut alors l'envie de pleurer à son tour. Mais se ravisa. Pas devant Sasha. Il comprit que les premières larmes qu'il avait versé dans les bras de la petite fille seraient certainement les dernières qu'il lui montrerait. Parce qu'il devait la protéger, donc il devait être fort, et ne pas se laisser à ce genre de sentiments. Enfin, de toute manière, ce n'était pas comme s'il était bien expressif. Il prit donc l'enfant dans ses bras, lui murmura quelques mots et ne dit rien.
____Elle se remit bien vite de cette mort. Bien trop vite. Et quelques fois, peu après la mort de Selena Eastwood, face au sourire étincelant de Sasha, Woo avait le coeur un peu lourd. Il se rendait compte à quel point sa protégée dépendait totalement de lui et combien le reste ne lui importait pas. Lui, c'était pas grave, et il se rendait à peine compte qu'il était encore pire. Mais cette sensation disparut bien vite. Et il ne pensa plus qu'à rendre Sasha encore plus proche de lui. Comme avant.
____Mais, quelques mois plus tard, comme si son ex-femme l'avait entrainé avec lui dans la mort, le père de Sasha décéda. Christopher Eastwood, pour qui Woo n'avait aucune impression particulière. Enfin non, il n'allait pas se mentir. Il haïssait Christopher depuis le jour où sa fille lui avait volé Sin-Lee. Mais cela, même si elle le devinait peut-être, il était encore hors de question de le montrer à la petite fille. Et de toute manière, il n'avait pas pu se réjouir bien vite de la mort de son beau-père. Parce que bien vite, l'évidence s'était imposée : Sasha était orpheline, à 8ans. Et on allait venir la chercher. Juste parce que, d'après eux, il n'était pas sa famille. Et qu'il n'était pas responsable. Il n'avait que 18ans. Il vivait de petits boulots à la pelle. Il savait à peine cuisiner et ils mangeaient souvent des pizzas. Il n'avait même pas son bac. Et puis, comme d'habitude, il savait qu'on ne comprendrait pas. On ne comprendrait pas que personne ne pouvait prendre mieux soit de Sasha que lui.
____Alors ils s'enfermèrent. Et prièrent pour que personne ne vienne la chercher. Et profitèrent de chaque journée qu'il leur restait, avec le sourire, sans jamais en parler. Trois jours. Trois jours entre extase et terreur. Sursautant dès qu'on sonnait à la porte. Jusqu'à ce qu'ils arrivent. Judy et Sin-Lee, les seuls à avoir encore un lien avec elle. Il haït encore plus cette sale anglaise. Surtout quand il comprit à quel point elle haïssait Sasha. Surtout quand elle apprit qu'elle l'envoyait dans un orphelinat dans un coin perdu. Surtout quand il apprit qu'il lui serait absolument impossible de la revoir.

____Il pleuvait. Il faisait froid. Depuis cinq minutes, immobile, un bonnet vissé sur la tête, il scrutait là où le taxi avait disparu, emportant l'enfant blond, sa petite Sasha qu'il savait en train de pleurer toutes les larmes de son corps, serrant sa peluche, murmurant sûrement son nom. Se sentent seule pour la première fois depuis dix-huit mois. Lors des adieux, Woo n'avait pas flanché. Il avait joué son rôle. Il n'avait pas tremblé. Il n'avait pas pleuré. Il n'avait rien frappé. Il n'avait pas hurlé. Il était resté ce grand frère fort, calme, rassurant, sûr de lui. Finalement, une main se posa sur son épaule. Sin-Lee.
____« Et si tu rentrais ? »
____Où ? Où rentrer ? Cette pensée brisa Woo. Mais il ne trembla pas. Il ne pleura pas. Il ne frappa pas. Il ne hurla pas. Il se tourna vers son frère, et, pour la première fois depuis trois ans, lui adressa la parole.
____« J'ai besoin de toi. »

____« Promets que tu viendras me chercher. Promets-le, Woo.
- Promis. »


____Il vendit l'appartement. Il ne garda que le dernier carnet de croquis de Santana et des plumes de dodo enchanté des Caraïbes que Straw avait trouvé, un jour, dans la rue, et lui avait ramené avec joie. Le reste fut jeté ou vendu, sans l'ombre d'une hésitation. Il n'avait pas besoin d'objets pour se souvenir de ce qu'il avait vécu ici. Il emménagea chez son frère. Il arrêta de travailler. Il devint complètement dépendant économiquement de Sin-Lee. Mais là s'arrêta tous leurs liens. Il évitait soigneusement de manger avec eux, ignora superbement Judy et ne retint même pas le nom de leurs enfants. Il ne pensait plus qu'à une seule chose : rejoindre Sasha. Après avoir songé à la kidnapper, à se faire passer pour un élève, à brûler l'orphelinat ou à menacer de mort le proviseur pour la relâcher, il eut l'excellente idée de demander conseil à son hôte qui lui conseilla de tout simplement se faire embaucher. Tout simplement. Il lui fallait d'abord être surdoué. Tout simplement. Et avoir son bac. Tout simplement. Sans compter qu'il devait être embauché, au passage. Tout simplement.
____Pour le QI, se fut plus simple que prévu. Son frère lui rappela que, en primaire, il avait fait un test à cause de son comportement et de son mauvais niveau. Il avait eu 147points. Et avait ensuite complètement oublié cet événement, qui n'avait rien fait à partir rendre l'institutrice plus doucereuse et les enfants plus brutaux. Plein d'espoir, il refit un test. Plus de 150, il lui fallait plus de 150. Il eut 153. Si c'était parce qu'il avait terrorisé son psychologue ou par ses véritables capacités, il ne le sut jamais. Et s'en moqua royalement.
____Pour le bac, cela se compliquait. Il avait eu son brevet de justesse et, si sa compression anglaise s'était améliorée, il avait oublié presque tout le reste. Alors, pour la première fois depuis sa naissance, il se plongea dans les études. Enfermé, il essayait désespérément de faire entrer dans son crâne des dates et des théorèmes. Encore, tout ce qui s'attachait aux mathématiques ou à la physique, il y arrivait... Mais lorsqu'il apprit qu'il allait devoir lire un livre entier, il faillit abandonner. Puis il sentit les plumes de Sasha, qu'il avait attaché à ses cheveux. Et il sentit de nouveau le trou béant de son absence qu'il essayait de cacher en ne pensant qu'à ses études. Et il se souvint de la mort de Santana. De sa promesse. A Sasha et à lui-même. Il savait trop bien ce qu'était de perdre véritablement quelqu'un pour laisser la distance et un livre d'une centaine de pages le faire abandonner.
____Il mit un an et demi pour avoir un niveau adéquat. Il avait 20ans et allait enfin avoir son bac. Bien entendu, il réussit haut la main l'épreuve de mathématiques et eut de la chance d'avoir 6 en anglais. Sa note en coréen LV1 le sauva, et réussi même à avoir la moyenne en chinois LV2. Sûrement une erreur du correcteur. Il passa par les rattrapages, bien entendu. Un des moments les plus traumatisants de sa vie. Lui qui, avec Sasha et Sin-Lee, se faisait comprendre à demi-mot dû parler pendant dix minutes. Une torture. Mais l'examinateur dû avoir trop peur de représailles pour le faire échouer. Alors il l'eut, son foutu bac. Enfin.

____Il y a quelques mois, Gang Sin-Woo mourut. Le Sin de Sin-Lee mourut. Le Gang de Santana mourut. Le Woo de Sasha mourut. Il ne resta plus que Slave, un homme qui avait tout abandonné : Londres, China Town, ses parents, ses petits boulots, son frère, son nom. Jusqu'à ses dernières économies qu'il avait laissé à Sin-Lee, après avoir acheté la moto de ses rêves. Sur celle-ci, avec quelques vêtements, ses papiers, un carnet de croquis et des plumes dans les cheveux, il était allé à la Wammy's House, bien décidé à se faire embaucher. Peu lui importait le poste. Il se moquait qu'on lui demande de récurer les toilettes. Sasha avait besoin de lui.
____Slave. C'était le nom qu'on lui avait donné, avec un petit sourire et des yeux goguenards. Avait-il compris ? Savait-il pourquoi il était là ? Savait-il ce qui le liait à Sasha ? Sûrement. Mais alors pourquoi l'embaucher ? Slave, puisque c'était son nom à présent, ne s'interrogea sur le sujet quelques minutes. Puis oublia. Il se mit à chercher, truffe au vent.
____Il la trouva en haut d'un arbre, petit chat pas apeuré pour un sous, attendant simplement qu'on vienne le chercher. Slave se demanda, un instant, comment elle avait fait pour vivre alors qu'il n'était pas là pour la sortir de ce genre de situation. Mais oublia vite. Aujourd'hui, il était là. Il tendit les bras et cueilli l'enfant qui, vraiment n'avait pas changé. Lui non plus, d'ailleurs, n'avait pas changé. Impossible de bouger sans être à deux.
____Pleurant et riant, il accueilli celle qu'il devait à présent appeler Straw dans ses bras. Il ne ria ni ne pleura. Mais il sourit, pour la première depuis bien longtemps.

____Ils se reconstruisirent un quotidien et un équilibre. Il la protégea et elle le fit sourire. Il apprit qu'il ne pouvait pas frapper les élèves, ici, et dû apprendre d'autres moyens pour exprimer ses difficultés à communiquer. Réprimandes. Punitions. Heures de colle. Ridicule. De brutal il devint tyrannique. Il était cet étrange surveillant, bougon, souvent de mauvaise humeur, pas bavard, qui distribuait les pires sanctions tout en suivant une justice idéaliste : il protégeait les enfants, il défendait les harcelés sexuellement, il punissait la tricherie, il condamnait la décadence. On racontait qu'il arrivait à sentir la présence de drogue à 100m. On racontait aussi qu'il était arrivé à la WH* pour fuir les autorités. Mais si ! C'était le serial killer de l'année dernière ! On racontait, en plus, des histoires étranges sur sa relation avec une certaine Straw, une mioche chez les Shapes.
____Ah ça, les rumeurs sur Straw et Slave couraient les couloirs à présent ! La petite fille, bien entendu, s'en moquait éperdument. Slave, par contre, réalisait qu'un scandale pouvait lui compter son poste. Et ça, c'était juste impossible.

____« Woo ! Woo ! Laisse-moi dormir avec toi ce soir, je crois que mon doudou s'est perdu et je peux pas dormir toute seule.
-Grrrmphgrer.
-Merci Woo ! »



Can't break free from the the things that you do

SURNOM(S) : Sissi.
DATE DE NAISSANCE : 12/06
ÂGE : Je pourrais conduire si j'avais le permis, c'est tout ce que vous avez à savoir 8D
SEXE (✔) : ❒ M ❒ F ✔ E.T.
AVATAR : Xanxus de Reborn.
DÉCOUVERTE DU FORUM : Arpy encore et toujours.
EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? Niet.


Dernière édition par Slave le Ven 21 Oct - 19:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: Slave { Stand by me. Mer 19 Oct - 9:29

Vazy je stresse ma mère parce que j'ose pas poster ici. Elle est fini cette jolie fiche ?

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Slave { Stand by me. Mer 19 Oct - 13:27

Pourquoi tu n'oses pas ? Il ne faut pas, Slave est très gentil 8D
Et donc elle est presque finie, je finirais en même temps que Straw, soit au mieux aujourd'hui, au pire demain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Slave { Stand by me. Ven 21 Oct - 19:05

    Slave et Straw sont prêts !
Revenir en haut Aller en bas
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: Slave { Stand by me. Sam 22 Oct - 17:43

Validée chose o/

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Slave { Stand by me.

Revenir en haut Aller en bas
 

Slave { Stand by me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Stand] Fruti Apple ~
» [Stand] Salon de thé
» I will stand by your side... [ pv ]
» [Stand] Stand Informatique
» isveig ? and the only solution was to stand and fight.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-