Partagez | 
 

 Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Dim 18 Sep - 19:54

Ce ne sont que de petites filles
Mais, eh
Elles ont le droit d'être passionnées

Blue Mary n’est pas maniaque. Elle n’aime pas qu’on lui dise que si. Blue Mary est juste ordonnée. Oui, c’est vrai, plus qu’aimer elle ne peut surtout pas s’empêcher de tout ranger par ordre logique ou esthétique. Son lit n’a jamais été défait plus d’une minute. Et la poussière ne reste jamais longtemps en sa compagnie. Mais ce n’est pas pour autant que Blue Mary est maniaque.

A vrai dire, si, Blue Mary est maniaque. Mais elle ne l’accepte juste pas. A ses yeux être maniaque est être automatiquement sujet de moqueries. C’est un défaut. Elle a acceptée ses autres « défauts » comme s’habiller comme une grand-mère ou de materner tout ce qui bouge ou non, mais étrangement elle n’arrive pas à accepter d’être maniaque.

Mais bon de toute façon ça n’a rien à voir avec ses préoccupations actuelles. A l’instant même elle est loin de se répéter « Non, je ne suis pas manique, je ne suis pas maniaque, je ne suis pas maniaque… » dans sa tête. Non Blue Mary est actuellement en état de rêverie intense. Si bien que sans s’en rendre compte elle s’est éloignée de l’endroit dans lequel elle comptait se rendre. Endroit qui évidemment neuf fois sur dix se trouve être la bibliothèque. La bibliothèque, l’un des lieux privilégiés de la « jeune-vieille ». Ainsi que la cuisine et des jardins. Tous en rapport avec ses principales passion. Qui ne sont, bien entendu, pas le nettoyage. Surtout que le nettoyage peut se pratiquer partout car tout endroit est en proies à la poussière et à des orphelins rarement amoureux de l’ordre.

C’est en pleine question existentielle que Blue Mary relève la tête pour que l’élan de ce mouvement remette à sa place une mèche en pleine rébellion contre les barrettes colorés figés sur le haut de sa tête qu’elle se rendit compte que ce couloir où elle se trouve en ce moment ne mène pas à la bibliothèque, de quelque façon dont on le pense. D’ailleurs elle ne sait pas où il mène. Alors avant même que ne lui vienne l’idée, ses pas anticipent et font marche arrière.

Blue Mary arrive enfin à un endroit reconnaissable et soupir de soulagement. Oui, Blue Mary craint constamment de se perdre, ainsi que de se tromper. Bien que cela fasse cent quarante-sept jours exactement qu’elle a emménagée dans l’orphelinat, Blue Mary arrive très facilement à s’y perdre, entre deux rêveries.

Rêveries dans laquelle elle se replonge à nouveau tête baissée, sans ne plus faire aucune attention au monde dans lequel elle vit, sur lequel elle marche, et tout ce qui y vit et marche dessus également à ce moment même.

Elle ne ressort de cette rêverie que brutalement. A demie réveillée par le bruit et la résonnance de pas se rapprochant dangereusement de l’endroit où elle se trouve. Elle s’arrête un instant, croyant d’abord à un commencement de tremblement de terre. Pense ainsi au Japon où les séismes y sont assez fréquent, puis sort rapidement de ce début de nouvelle rêverie et lève la tête pour voir la cause même du tremblement de terre qui résonne dans ses pieds. Blue Mary met du temps à reconnaitre la personne qui se dirige vers elle comme une furie à cause de l’accoutrement qu’elle porte. Mais il s’emble tout de même qu’il s’agisse de Color, celle qui la considère comme sa camarade de maniaquerie, alors que, comme dit plus tôt, Blue Mary n’est pas manique.

L’inquiétude prend Blue Mary en otage et à cause de cela la pauvre ne peux tout simplement pas se déplacer pour s’assurer de sa sécurité. Et c’est alors en fermant les yeux que Blue Mary fait sa dernière prière silencieusement, sure que l’ouragan qui fond sur elle causera sa mort dans la seconde qui suit.

Revenir en haut Aller en bas
Color avatar

Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Lun 26 Sep - 19:19

    Préparation de la mission : « Grand ménage d'automne dans la Wammy's House », étape 1 :

    Voici ce que l'on pouvait lire tout en haut du petit calepin de Color, griffonné d'une fine écriture penchée. L'encre était noire, pour faire sérieux. La fillette était toujours très concentrée lorsqu'il s'agissait de faire le ménage. Et là, la tâche qu'elle s'était imposée n'était vraiment pas des moindres, alors elle était d'autant plus sérieuse. Son but précis ? Aller dans toutes les pièces de l'orphelinat et y passer balai, serpillière et autres trucs dans le genre jusqu'à ce que tout resplendisse. Elle voulait que tout soit parfaitement astiqué, rangé, ciré. Que tout soit bien carré dans son monde carré. Que tout soit parfait. Et elle se donnait la journée pour ça. Attention, tornade Color à trois heures, pourrait donc annoncer les bulletins météorologiques.
    Bref. Revenons à ce calepin et à ses pages presque immaculées. L'enfant était allongée sur son lit, et écrivait à toute vitesse, son stylo plume frottant le papier frénétiquement. Son projet lui était venu le soir précédent, alors qu'elle tentait de s'endormir dans la chambre plongée dans l'obscurité. Elle avait vu un papier joncher le sol de la pièce, et elle n'avait pu s'empêcher d'aller le jeter. Que voulez-vous, elle est maniaque sur les bords, la petite. Alors elle s'était dit qu'il fallait qu'elle fasse le ménage partout, d'un seul coup, pour ne plus avoir à se lever en plein milieu de la nuit ou de s'interrompre pendant une conversation. Et la voilà, à huit heures tapantes du matin, en train de finir de créer sa petite liste des étapes importantes de son Grand ménage d'automne. Avec un claquement satisfaisant, elle ferma le capuchon de son stylo, et se leva avant de foncer vers sa penderie d'un air enthousiaste.

    ... étape 1 : Trouver les habits adéquats et les enfiler.

    Tablier, lunettes, gants, bottes de pluie (elle n'en avait pas d'autres plus adaptées. Du coup elle prenait les bleues avec des poulpes violets dessus. Sexy.), élastique pour nouer ses cheveux en queue de cheval, tout y passa. Avec un sourire ravie, la petite jeune fille s'observa dans la glace. Pas très joli, mais super pratique. Maîtres mots de la tenue du jour. Un petit froncement de sourcils. Il y avait une bosse sur sa coiffure. Ce n'était pas impeccable. D'un geste expert (ce n'était pas son groupe pour rien, oh !/ out.), elle attrapa sa brosse et arrangea le tout en moins de deux. Soigneusement, elle vérifia que son tablier était bien attaché et pas déjà tâché, et arrangea sa robe noire sous son attirail de combat. Là. Maintenant, la première étape était remplie. Avec brio même, on pouvait le dire.

    Préparation de la mission : « Grand ménage d'automne dans la Wammy's House », étape 2 : Réunir tous les outils nécessaires.

    Bon. Alors, ça, ça allait être plus compliqué. Comment allait-elle pouvoir porter tout ce qu'elle avait prévu d'emmener ? D'un air légèrement dépité, Color observa son balai, son seau portant sa serpillière chérie et ses produits à vitre/cires/détachants. Consciencieusement, elle entreprit de mettre un maximum de chose dans son seau, qu'elle coinça sous son coude droit, avant d'empoigner son balai de la main gauche. Une adorable petite femme de ménage. Ou pas. On aurait pu la prendre pour une vieille dame sans rides ainsi attifée. Si ce n'était ses bottes qui la rendait un peu plus enfantine. C'est clair qu'elles ne faisaient pas très adulte. Bon, allez, je vais vous dire pourquoi la petite demoiselle avait ces chaussures dignes d'une gamine de quatre ans dans son armoire, je ne peux pas me retenir. C'est tellement bête. Il avait suffit d'une seconde. Elle se promenait dans Winchester, quand elle était tombée littéralement amoureuse de ces petites bottes d'enfants. Alors voilà, plus tard, elle se mariera avec ses chaussures de pluie, et ils auront plein de petits enfants-bottes. Trop mignon. (Tout ceci est faux, bien sûr, haha.)

    Préparation de la mission : « Grand ménage d'automne dans la Wammy's house », étape 3 : Partir à la recherche de la première salle. Une pas très propre, pour se donner du courage, fight !

    C'est ainsi que bras dessus bras dessous avec son seau la fillette sortit de sa chambre et s'en alla, une expression déterminée au visage, déambuler dans les couloirs de l'orphelinat. Ses pas contre le carrelage faisaient un bruit d'enfer. Poc poc poc poc. Comme les ventouses des poulpes, mais en plus sonore, vous voyez le genre ? En riant à moitié toute seule, comme une démente ou un soldat désespéré fonçant sur le champ de bataille, Color fila à travers les corridors. Elle dépassa nombre de pièces, pas assez sales à son goût, avant de tourner à l'angle d'un couloir et de s'arrêter un instant. Tout au bout, là-bas, se dressait un pseudo-obstacle sur son chemin. Intriguée, la demoiselle plissa les yeux, essayant de déterminer qui était cette présence incongrue. Lorsqu'elle reconnue Blue Mary, sa compagne de maniaquerie, une immense sourire illumina son visage presque entièrement caché par ses lunettes et son foulard de protection contre la poussière. Elle ne put s'empêcher de se mettre à courir comme une furie vers son amie, faisant tintinnabuler ses outils bruyamment par la même occasion. En arrivant à la hauteur de la jeune fille, elle ne retint pas son exclamation joyeuse.

    « Blue Maryyyyy ! Je suis trop contente de te voir ! Tu tombes super bien en plus ! Viens, viens, on va nettoyer toute la Wammy's houuuuuse, ça va être trop drôle ! »

    Et sans attendre de réponse, elle attrapa par le bras sa malheureuse victime, et l'entraîna vers les vestiaires du complexe sportif. L'un des endroits les plus en désordre de l'orphelinat. On n'aurait pu rêver mieux, pensait Color. Sans savoir que son amie n'aurait pu se rendre dans un pire endroit que celui-là. A la liste, sur le calepin aux pages presque immaculées, on aurait pu rajouter une étape.

    Préparation de la mission : « Grand ménage d'automne dans la Wammy's house », étape 4 : Entraîner une pauvre malheureuse dans ce plan terrifiant. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Lun 26 Sep - 21:15

Ce qu’avait vu Blue Mary ressemblait à… Rien. Rien de connu sur cette terre. Surement parce qu’elle ne l’avait pas regardé longtemps, pris le temps de comprendre chaque éléments de l’anatomie de la chose fondant sur elle, avait rapidement fermée les yeux croyant que sa mort venait à cet instant. Oh, oui. C’est possible quelle ait pris cet être non-identifié pour la mort elle-même. Avant que la chose ne se met à hurler à sa hauteur.

Blue Mary fût sous le choc. Color. Oui, sous ses lunettes et son masque contre poussières et bactéries c’était bien Color. Et tout de suite tout s’illuminait. Oui, bien sur, si c’était Color, tout cet accoutrement n’avait absolument rien de spécial. Et puis pour Blue Mary, l’originalité même extrême des gens devenait rapidement à ses yeux la chose la plus banal. Blue Mary a cette caractéristique de se faire à tout, et assez vite. C’est grâce à cela qu’elle put s’intégrée à l’orphelinat sans trop de problèmes. Bien qu’elle n’aurait jamais pensée qu’un orphelinat de génies héberge d’aussi étranges créatures dont elle fait partie, c’est pour elle tout à fait normal maintenant que les génies ne sois pas normaux. Elle n’aurait jamais pensée non plus qu’elle s’intégrerait aussi aux élèves. Et qu’un monstre des plus effrayant se jetterai un jour sur elle comme elle le vit maintenant.

Tout de même elle fût soulagée que ce soit Color. Elle voulut lui répondre mais… Sa cadette d’un an ne lui en laissa pas le temps en l’agrippant par le bras et l’emmena… Quelque part. Ce n’est qu’arrivé à ce quelque part que Blue Mary se rendit compte de la fin de la phrase prononcée plus tôt par le monstre ménagés. Nettoyer. Tout. Le bâtiment. En commençant par l’un des pire endroits. Elles se trouvaient maintenant toutes deux devant les vestiaires du complexe sportif. Rien que « vestiaire » et « sportif » fit vomir mentalement Blue Mary même plus capable de sortir ce « Non. » catégorique que sa tête formule comme un supplice. Sport = sueur. Par déduction: sportif = saletés et négligence = pas s’approcher d’eux où de leur affaires. Histoire de rester en vie et non pas mourir de crise cardiaque devant le massacre. Ce fût donc contre son gré que Blue Mary entra dans le vestiaire. Bien qu’elle ne se soit pas plaint oralement.

_ Heu… Mais Color… Là c’est du suicide tu sais… Hi!

Déjà, l’odeur. Premier sens invoqué donc: l’odorat. Le deuxième: la vue. Ce que Blue Mary avait devant les yeux était digne d’un film d’horreur. Elle en aurait presque pleurer de ne pas avoir été aussi équipée que Color pour surmonter cette chose qui se trouvait devant elle. Oh oui, à ce moment là elle aurait tout acceptée pour avoir une combinaison de monstre pareil à celle de Color. Mais elle n’avait rien et se sentait littéralement agressée par tous les microbes et saletés dans l’air. Elle pinça son nez pour ne pas s’évanouir sous le choc.

_ Color t’as pas une seconde paire de gants s’il te plait?!

Plus que pour se protéger, Blue May ne pouvait pas laisser se spectacle se jouer sous ses yeux. Oui, il fallait qu’elle nettoie, elle ne pourrait faire autrement. Mais elle n’est absolument pas maniaque, rappelons-le.


Dernière édition par Blue Mary le Mar 18 Oct - 18:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Color avatar

Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Sam 1 Oct - 13:54

    Imaginez la tête d'un gosse de cinq ans le jour de Noël. Les cadeaux par milliers, les yeux brillants d'excitation, les joues rouges... Et bien, maintenant, vous pouvez sans peine comprendre à quoi ressemble actuellement Color. Ajoutez simplement un masque et des lunettes. Oui, je sais, on ne voit plus grand chose après, mais c'est pour vous donner une vague idée de la situation. La fillette ravie de son idée, traînant joyeusement Blue Mary vers ce qu'elle appelait « un projet magnifique, formidable, exceptionnel ». Qui n'était autre qu'un capharnaüm mêlant vêtements abandonnés, vieux mouchoirs, boîtes de maquillage oubliées, et tout ce que vous voulez d'autres... Tout ceci prêt à être jeté, rangé, astiqué. N'était-ce pas vraiment un plan incroyable ? Bref, tout ça pour dire que Color ne se rendit absolument pas compte de la gêne et de l'horreur qu'elle provoquait chez son amie. Bien trop occupée à pousser la porte des vestiaires. Et à s'extasier autant qu'à se dégoûter de l'endroit répugnant dans lequel elle venait d'entrer. Sa vision se fit plus précise, elle commença à observer les moindres détails de la salle. Les tâches de couleur inhabituelles, les détritus. On reconnaissait bien une Expert. Soudain, une voix fluette vint l'interrompre dans son analyse précise de son futur lieu de travail.

    _ Heu… Mais Color… Là c’est du suicide tu sais… Hi!

    Les traits de la jeune demoiselle se firent étonnés. Du suicide ? Mais pourquoi ? Non, pas du tout. C'était un acte purement pacifique et innocent. Aucune tendance dangereuse voire mortelle là-dedans. Réfléchissant aux paroles de Blue Mary, la petite fille plaça son index contre ses lèvres. Ses yeux se placèrent tour à tour sur la pièce. Puis sur son équipement. Pour revenir sur la pièce. Avant de finalement revenir sur son équipement. Inquiète, elle vérifia rapidement qu'elle n'avait rien oublié d'important. Mais non, non, tout y était. Elle avait même fait une liste sur son calepin pour être sûre de tout bien emporter. Alors quoi ? Son amie pinça son nez de ses doigts fins. Il était vrai que l'odeur n'était pas des plus agréable. Assemblage de sueur et de déodorant. Color la supportait en se disant qu'elle aurait bientôt remédié à cette hérésie, et que tout sentirait bon l'odeur du dehors dans peu de temps. Enfin, la voix revint à la charge, répondant à toutes les questions.

    _ Color t’as pas une seconde paire de gants s’il te plait?!

    Un sourire resplendissant éclaira la visage de l'adolescente. Voilà donc ce qui posait problème ! Ce n'était pas de sa faute ! Elle avait été absolument parfaite, rien ne dépassait de son plan carré, tout était en ordre ! Fabuloso ! Retrouvant son air enthousiasmé, elle partit en exploration dans son seau à serpillière-sac, et en sortit une paire de gants. Roses, avec des coccinelles vertes comme des extra-terrestres dessus. Si vous vous demandez où est-ce qu'elle a eu ça, sachez que moi-même je ne le sais pas. Sûrement en même temps que ses bottes. Enfin, passons. Presque machinalement, l'enfant donna les gants à Blue Mary, avant de prendre un tablier, un masque, des lunettes et de les lui lancer. Elle avait vraiment tout prévu. Il lui restait même une paire de lunettes, au fond, un peu cassée. Au cas où il y ait encore un invité surprise. C'est alors que sans prévenir, Color se tourna vers son amie en tendant sa main dépliée devant elle, d'un air triomphal. Elle est un peu stupide, que voulez-vous. Il ne faut pas lui en vouloir. En plus elle n'a que treize ans. Circonstances atténuantes power.

    « Bon, je t'explique un peu ! Tout tient en cinq points. Un : analyse. Effectué. Deux : débarras de tous les objets intempestifs. Trois : collection de tout objet utile, réutilisable. Quatre : nettoyage des sols, murs ; on comprend donc balayage, serpillage et cirage. Et cinq : admiration de notre œuvre ! »

    Quel plan à deux balles. Mais on s'en fiche. On parle de Color là. Les plans, c'est pas son truc. Elle, elle vise simplement la Perfection. « Simplement ». En tout cas, elle essaye. D'un pas conquérant, l'enfant s'avança jusqu'à la fenêtre, et l'ouvrit en grand. Un vent frais balaya la pièce. Il était temps, l'odeur devenait presque intenable. A croire que les femmes de ménages avaient déserté les lieux depuis des décennies. Pendant un instant, le calme fut parfait. Pas un seul grincement ou craquement de porte, pas le moindre petit bruit intempestif. Une minuscule minute de silence. Infime. Jusqu'à ce que la mission « Grand ménage dans la Wammy's house » débute dans un fracassant éclat de rire.

    « Hahahahahahahahahaha ! Let's cleaaaaaaaan ! »


    En tournoyant, la demoiselle se mit à ranger, trier, vider, jeter, astiquer, balayer, épousseter, frotter, essuyer tout ce qui lui passait sous la main. Elle passait chaque centimètre carré au peigne fin. Elle ne regardait plus autour d'elle. La vie n'était plus qu'un flou total, empli de tâches et de saletés à éliminer. On aurait presque pu la prendre pour une timbrée. D'ailleurs, elle l'était peut-être un peu. Qui sait ? Peu importait. Pourvu que son monde soit carré.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Mar 18 Oct - 18:34

C'était dans un soulagement immense que Blue Mary vit sa présentement coéquipière lui sortir le nécessaire à survit. Elle attrapa tout l'attirail... Presque au vol. Oui, Blue Mary n'est pas capable de tout attraper d'un coup. Qu'elle ait réussit à en avoir deux sur cinq (la paire de gant ne comptant pas pour un seul objet vu qu'ils sont deux et non attachés ensemble). Elle ramassa donc le reste de sa tenue du sol pendant que Color lui "expliquait le plan". Plan que Blue Mary pris au sérieux contre son gré devant la perfection des étapes énumérés. Rappelons encore une dernière fois, après je vous laisse tranquille promis, c'est juste pour que vous intégrez que Blue Mary n'est pas maniaque. Donc oui, c'est contre son gré qu'elle adhère au plan machiavéliquement fabuleux de sa coéquipière.

Blue Mary resta un instant dans le silence en fixant d'un air douteux les gants qu'elle venait d'enfiler. Fallait-il des coccinelles vertes pour faire fuir les bactéries? Si c'est le cas elle en portera tous les jours. Non, tout de même pas, c'est flippant. D'ailleurs ça la fait flipper que Color ait ça. Non pas qu'elle même ait des gouts très exquis. Mélange d'accessoires colorés que l'on n'ose plus porter après quatre ans et de vêtements de grand mère d'au moins soixante dix ans. Tout ça chez une jeune fille de quatorze ans. Se qui rendait perplexe toute personne la remarquant.

Color ouvrit la fenêtre. Une idée fabuleuse quand on respire l'air de la pièce. Devant se vent frais et salvateur, les deux compères restèrent muettes. Comme pour préserver une minute de silence respectueux. Pour les autres orphelins de la Wammy's House Color et Blue Mary devaient vraiment sembler timbrées. Et seraient surement sur la liste noir si des élèves les voyaient dans ce qui semblait un rite saint. Cet instant de silence parfait fut briser par le rire démoniaque de la brune. ... De l'autre brune. Enfin elles sont toutes les deux brune, ça m'a niqué ma description là. Bref que la brune la plus jeune, bien qu'une seule année les séparent il y en a quand même une plus jeune donc cette fois ça marche t'as rien à y redire, brisa le silence quasi religieux par un rire sortant tout droit des enfer. Ce qui fit assez peur à Blue Mary, vu qu'elle sursauta.

Et c'est toujours dans cette voix horrifique que Color se mit à crier un "Let's cleaaaaaaaan!" qui équivaut ici au "Go!" ou coup de feu pour les plus prestigieuses courses de relais. Ou de hais. Ou de je ne sais quoi d'autre encore. De toute façon les deux ne sont pas des sportives. ... Ou des sportives du ménage si vous voulez. On pourrait créer une épreuve de nettoyage dans les jeux olympique, les femmes au foyer ne seraient plus prises pour des incompétentes feignasses si elles se ramenaient avec des médailles d'or, tout de suite.

Blue Mary se mit donc à l'étape deux, dit débarras de tous les détritus intempestifs. Qui se trouvaient être une meute, voir une tribu, voir un village de viking de détritus intempestifs. Non, vraiment ils sont nombreux. Mais les deux monstres (toujours en rapport à leur combinaisons de monstre, et oh bordel elles pourraient se déguiser comme ça à Halloween ça ferait fuir tout le monde à coup sur!) se mirent à attaquer et contre attaquer les nombreuses bêtes en furies qui se jetaient violemment sur elles dans le but de les terrasser. Oui ça ne parait pas du tout crédible dit comme ça, mais qu'est-ce que vous en savez que ça ce passe pas comme ça, hein? Vous n'y étiez pas, vous assistez seulement à un compte rendu des plus détaillés et véridique!
Revenir en haut Aller en bas
Color avatar

Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Dim 23 Oct - 13:44

Balai, serpillière, cirage, éponge, plumeau, produit à vitre… Tous ces objets connus et faisant partis du quotidien des ménagères sont les meilleurs amis de Color depuis ses cinq ans. Elle les utilise sans arrêt, en prend soin, les collectionne presque. Non pas que ça soit une de ses caractéristiques naturelles, au contraire, quand elle était une toute petite fille, elle avait plutôt tendance à perdre ses affaires. Et puis sa mère avait commencé à lui faire ranger et nettoyer de plus en plus de choses à la mort de son père. Sa chambre, le salon, la salle de bain, jusqu’à la maison entière. Au final, elle ne connaissait plus que ça. Il fallait que tout soit propre, que tout resplendisse, que tout soit à sa place. Il fallait que tout soit parfait.
Mais qu’est-ce que la perfection au juste ? Une façon d’être véritable, ou une simple utopie inventée pour éviter de se confronter de trop près à l’erreur humaine ? D’ailleurs, était-ce seulement quelque chose de possible ? Si Color avait pu s’arrêter quelques secondes pour penser à tout ça et s‘interroger un peu… Peut-être qu’elle aurait été différente. Peut-être qu’elle aurait arrêté de chercher à atteindre la perfection. Peut-être qu’elle aurait cessé de toujours vouloir voir le Monde en grand et parfaitement rangé. Enfin. « Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille », comme on dit.

Et là, tout ce qui lui importait, c’était de finir au plus vite le nettoyage des vestiaires. Tournoyant d’un coin à l’autre, débarrassant chaque centimètre carré de la pièce de sa poussière, envoyant les araignées dans l‘herbe du dehors. C’était à peine si elle se rendait compte de la présence de Blue Mary à ses côtés, s’évertuant à trier les déchets jonchant le sol. La plupart allait à la poubelle, impitoyablement. Les autres, petits miraculés des tornades BM et C., étaient ce que la seconde avait décrit comme « les objets utiles, réutilisables ». Soit : une bague en argent, quelques pièces, et une tasse de thé en plastique rangées en un petit tas soigné dans l’angle droit de la salle. Doucement, leur rythme de nettoyage commença à ralentir. Les derniers passages du cirage au sol. Un ultime coup de balai. Avec un sourire, Color acheva d’exterminer les poussières ayant survécues au massacre par on ne sait quelle chance. Enfin, en soupirant de contentement, elle alla s’asseoir sur un des bancs et admira leur œuvre.

Brillant, impeccable. Parfait ? Ou presque. En sifflotant légèrement, l’enfant ôta ses gants, son masque et ses lunettes, pour pouvoir observer plus à son aise sa compagne de nettoyage. Elle avait l’air aussi décoiffée en satisfaite qu’elle. Bien. Elle savait qu’elle avait eu une bonne idée en entraînant Blue Mary avec elle ! La jeune fille était calme, gentille, patiente, perfectionniste… Toutes les qualités requises pour une opération ordre et rangement. D’un air guilleret, visiteur habituel de son visage quand elle venait d’accomplir une tâche sans encombre, elle prit la parole sur son tempo rapide. Ne jamais perdre de temps, grappiller la moindre seconde, tout en se faisant comprendre facilement (articuler, une chose des plus importantes !). C’était ça aussi, probablement, être parfaite.

« Alors, alors ? C’est sympa, pas vrai ? Je trouve qu’on se sent nettement mieux quand on est dans une pièce resplendissant de la sorte ! Enfin, on a bien mérité une pause. Parlons, veux-tu ? »

Nouveau plan fleurissant lentement mais sûrement dans l’esprit tarabiscoté de Color. Une idée un peu stupide, pas très réfléchie, mais bon. Un petit sourire aux lèvres, elle replaça ses lunettes sur son nez, les faisant légèrement glisser vers le bas de façon à laisser ses yeux visibles. Essayant de se faire aussi mystérieuse que possible, sur jouant sans aucun doute son rôle, elle se leva silencieusement et s’approcha de Blue Mary. Ses bottes chuintèrent désagréablement sur le sol tout juste ciré et une grimace lui échappa, qu’elle cacha bien vite derrière une nouveau sourire. Plisser ses traits n’est pas digne d’une lady, que voulez-vous. Bref. Une fois devant son amie, elle se rappela qu’elle était un peu beaucoup plus petite qu’elle, ce qui l’obligeait à lever la tête. Hm… Tant pis. Raclement de gorge.

« Bien le bonjour, je me présente, Docteur Color spécialisée dans les cas spéciaux. Très chère amie, avez-vous quelques problèmes dont vous aimeriez me parler ? Un chagrin d’amour, une dispute avec une connaissance qui vous était précieuse, un traumatisme venant de votre enfance ? Le nettoyage de son soi intérieur est une chose des plus importantes, n’est-il pas ? »

L’ensemble balancé sur un ton des plus sérieux, alors qu’elle tenait encore ses magnifiques gants et son masque à la main, qu’elle n’était plus du tout coiffée, et qu’elle était plus jeune que la dite « très chère amie ». Je vous avais prévenu que son idée était plutôt stupide. D’ailleurs, sa remarque laissa place à une atmosphère étrangement froide… Qu’elle brisa de son rire explosif.

«Allez, je plaisante ! On y retourne, on a du pain sur la planche ! »

 Elle n’avait même pas attendu d’avoir la moindre réponse, persuadée que tout allait pour le mieux dans le meilleur du monde pour Blue Mary. L’idée que la jeune fille ait pu avoir un problème quelconque dont elle aurait réellement voulu se décharger ne lui avait même pas traverser l’esprit. Insouciante, elle rassembla les affaires, glissa les objets récupérés dans son seau avec tout le reste, empoigna son amie et fila dans le couloir en courant à demi. Mais il ne faut pas lui en vouloir, après tout, elle n’a que treize ans. Elle manque d’expérience. Et rien que ça, fera qu’elle ne sera probablement jamais parfaite malgré tous ses efforts.

Plus que 37 pièces.

Pauvres petites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color] Mer 2 Nov - 0:49


Parfait. C’est le mot. Cela semblait impossible, mais les deux jeunes filles ont réussies à dépasser tous les obstacles, et la pièce resplendit. Blue Mary se sentait au mieux, comme si elle ne pouvait dépasser un bonheur aussi grand qu’à l’instant présent. Elle ferma les yeux en soupirant. On aurait presque pu donner une odeur à la fraicheur de la pièce. Elle rouvrit les yeux et contempla leur « œuvre ». Son regard se posa sur sa coéquipière qui semblait aussi ravit qu’elle. Blue Mary avait eu peur de Color quand celle-ci s’était jetée sur elle, mais elle lui était reconnaissante maintenant de l’avoir conduite ici. Même s’il eu fallu des beaucoup d’efforts, et qu’il en faudra encore vu qu’elles ne vont surement s’arrêter à une seule pièce, le résultat en valait la peine. Le sourire de Blue Mary redoubla, invisible sous son masque, à l’idée des visages étonnés des sportifs quand ils rentreront dans leur vestiaire, presque méconnaissable.

« Alors, alors ? C’est sympa, pas vrai ? Je trouve qu’on se sent nettement mieux quand on est dans une pièce resplendissant de la sorte ! Enfin, on a bien mérité une pause. Parlons, veux-tu ? »

_ Oui…

Blue Mary encore un peu en extase n’arriva pas à faire sortir d’autre sons de sa bouche béa. Il lui fallut un peu de temps pour redescendre de son monde fabuleusement propre et bien ranger, pour se rendre compte de ce qu’essayait de faire Color. Elle fut tout de même à terre à temps pour comprendre ses paroles.

« Bien le bonjour, je me présente, Docteur Color spécialisée dans les cas spéciaux. Très chère amie, avez-vous quelques problèmes dont vous aimeriez me parler ? Un chagrin d’amour, une dispute avec une connaissance qui vous était précieuse, un traumatisme venant de votre enfance ? Le nettoyage de son soi intérieur est une chose des plus importantes, n’est-il pas ? »

Et peut être aurait-elle préférée ne pas entendre, ni comprendre. Cette question, et elle ne comprenait pas pourquoi, la mis mal à l’aise. Elle ne sut alors que répondre. En étant bien heureuse de son port de masque qui cachait la moitié de son visage, et donc son air qu’elle savait stupide au plus haut point. Elle se mit à triturer ses mains, ne sachant que répondre. Blue Mary aurait dut comprendre, par le ton et la gestuelle employée par Color que ce n’était pas une question des plus sérieuses ni de celles qui attendent absolument une réponse, et vite. Mais allez savoir pourquoi Blue Mary ne remarque pas ces choses là, ces signes, et prend tout au pied de la lettre.

« Allez, je plaisante ! On y retourne, on a du pain sur la planche ! »

Ainsi donc Blue Mary aurait dut être soulagée. Elle ne voulais pas répondre à ces questions, ni ne savait quoi répondre d’ailleurs. Mais maintenant que Color lui disait que finalement elle n’avait pas à le faire, elle regretta de ne pas avoir répondu tout de suite, d‘avoir laissée passer sa chance.
Blue Mary essaya, ouvrit l bouche, mais rien ne lui vint. Pourtant elle savait qu’elle avait quelque chose à dire, mais n’y arrivait pas. Et voir Color rassembler les affaires, le délai se resserrer de plus en plus ne réussit pas à lui délier la langue, trop de panique surement. Il faudrait vraiment qu’elle arrive à gérer son stresse, dans son cas ça en devient handicapant.
Et voilà que sa coéquipière la prend par le bras et l’emmène vers une nouvelle pièce à sauver. Comme si elles étaient des super-héroïnes. En tout cas, le temps de répondre est passé, vous avez raté votre tour mademoiselle BM. Une prochaine fois peut être? Non, elle sait très bien elle-même qu’il n’y aura pas de prochaine fois où elle saura prendre le courage de répondre. Jamais de toute sa vie. On aura beau le lui demander des milliers de fois, jamais elle ne saura répondre si l’on ne la bouscule pas un peu. Il faut la forcer cette gamine, elle se sent tellement dispensable ça finit par en devenir dérangeant. Enfin, si l’on s’en rend compte. Car Blue mary serait bel et bien invisible si elle ne portait pas de tenues aussi singulière. C’est-ce qui la sauve, l’empêche de disparaitre. Et elle ne s’en rend même pas compte, verrai même ses vêtements comme une plaie de la montrer ainsi, si elle ne les aimait pas tant.

Enfin, à part ça, elle se demandait bien ou l’autre, qui se trouve être plus petite qu’elle-même en taille ce qui commence à se faire de plus en plus rare pour Blue Mary, pouvait bien l’emmener maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le grand nettoyage de printemps? Euh non. D’automne. D’où tu sors celui de printemps… ? [Color]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grand nettoyage de Printemps - RECENSEMENT
» Grand nettoyage des rôles
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Extérieur :: ♔ Complexe Sportif :: vestiaires-