Partagez | 
 

 Shark - Welcome to the suck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shark
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Shark - Welcome to the suck Dim 11 Sep - 1:32

Identité

PSEUDONYME : Shark
NOM : Gray
PRÉNOM(S) : Stephen "O" Joseph
QI: 151
DATE DE NAISSANCE : 06/06
ÂGE : 16 ans
SEXE : ✔ M  ❒ F
ORIGINE : Américain
ANCIENNETÉ : 2 ans


Physique

Couleur des cheveux : Bruns teints noir jais
Couleur de la peau : Caucasien
Tatouage/Piercing ? : plus maintenant
Couleur des yeux : Gris
Taille en centimètres : 175cm
Corpulence: Athlétique



Caractère

Indépendant
Téméraire
Sensible
Fidèle
Vrai
Attentif


    ProvocateurBrutalSoupe au laitEtriquéGrande gueulePrétentieux

Shark, c'est un battant. Pas Musclor, pas Tyson, et pas le bon dieu de soldat Ryan. Non, c'est le petit boxer de l'arrière-salle, le Tiger Wood du nouveau siècle, celui qui se bat qu'il pleuve ou qu'il vente, envers et contre tout. Ca tape dur, d'un côté comme de l'autre, mais il encaisse, et rend comme il faut, un vrai petit Rambo, le fils de flingue qui se découvre de nouvelles vocations devant les blockbusters de l'année. Parfois un peu simplet, parfois intimidant, charismatique même, mais toujours brutal, le poing qui vous écrase la face, son petit dieu bien à lui.

Celui-ci qu'il évoque au moment de chourrer le goûter du petit, en bon p(r)êcheur, il est rigoureux et dit Amen à chaque coup. Trop halluciné pour vous renseigner sur ses vices. Un sale gosse. JE suis, un putain de fervent pratiquant du racket, qu'il a dit un jour, et alors ? On lui volait déjà son goûter quant il était petit. Pas fondamentalement mauvais ou méchant, il hausse les épaules d'un air convaincu et vous osez pas lui dire non, pas pour ses beaux yeux ou parce qu'il est attendrissant, mais parce que la violence n'engendre que la violence, on ne blesse pas pour blesser ou par choix. Mais parce qu'on en a bavé, et vous le savez, toi, moi, lui, elle, qui sait ? Nous peut être ?

C'est sous cette carapace d'hématome que se cache un grand gamin, parfois puéril ou immature, voire peut être irréfléchis, mais toujours là quand il s'agit de faire une bêtise ou de s'amuser avec les potos. Qu'il frappe ou qu'il rit, il consume sa vie vitesse grand V, comme si elle lui filait entre les doigts, pas le temps pour penser ou pour réfléchir, on grandit et on meurt trop vite.

Mais tout n'est qu'une phase, une transition, comme nous tous. On avance, on se blesse, on se perd, et on cherche, surtout si on est qu'un pauvre ado en pleine crise identitaire. Ca fait mal oui, un vrai choc, à des milliers de kilomètres de la vie que vous auriez dû vivre, il se cherche ouais, et bien souvent à grand renfort de coups.



Classe


    Choisir une seule et unique réponse à chacune des questions ci-dessous en supprimant les réponses inutiles. Cette zone sera par la suite éditée par un membre du staff qui vous communiquera ainsi votre classe.Définissez vous en une phrase.

    • Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?

    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?

    • Un poisson rouge.

    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?

    • Harry Potter de J.K Rowling.

    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.

    • « Plus vite ! Hé que ça saute ! Allez ! Merde ! »

    La petite manie dont vous vous passerez bien ?

    • Accro au high five.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.

    • Ranger ma chambre si je trouve un jour le temps.




Histoire


Tu sais Freddy, on apprend toujours à se battre, tôt ou tard. Que tes dents soient éparpillées par terre compte pas vraiment, la sensation d'être pris aux tripes dure pendant ce qu'on croit être des jours entiers. Et au final y a que toi avec tes larmes et ton sang. Si bien qu'à chaque raclée j'en reviens toujours à la première chanson.

Au début il y avait maman et papa, une serveuse de dinner et un militaire de carrière. Ça semble saugrenu comme ça mais c'était le couple parfait, envers et contre tout. Et avec ce qui allait avec s'il vous plaît. Un rêve au goût très américain, jusqu'à la déco du salon et du fer à repasser maternel. Personne y a échappé, j'ai grandis dans le culte familial, papa m'enseignait le dogme de la voiture et de la nana sous une nuit étoilée pendant que maman préparait des pancakes au caramel. Notre juke-box passait un vinyle très 60's, encore un truc à papa, le jazz s'insinuait dans les murs et semblait, comme qui dirait, atténuer la réalité.

Un jour deux mecs costumés avec la mention officielle en travers de la gueule se sont pointés à la maison, un drapeau soigneusement plié et une lettre cachetée à la main. Maman est tombée à la renverse, les deux mecs habillés pour parader semblaient désolés. Sur l'coup, j'ai pas bien compris pourquoi, au loin des coups de fusils en chœur, un marine était porté aux funérailles. J'avais les lèvres sèche, le mot papa se perdait au fond de ma gorge, le héros de toute une vie qu'on attendait désespérément et qui ne reviendrait jamais.

« Mon père est un vrai battant, il est mieux qu'le tien, il est colonel ! » que j'm'évertuais souvent à dire aux gosses du quartier quand l'envie leur prenait de me taper dessus. En vérité j'ai jamais vraiment su de quel grade il était mais je l'ai entendu dire ça, ça en jetait pas mal sur le coup. Mais le mensonge ne trompait que moi, et la photo du salon, papa avec un sourire, sa casquette légèrement penché sur le côté, semblait plus vouloir bougé, même après avoir vu Harry Potter. Alors quand je revenais à la maison, la tronche en sang, maman m'attendait, là, dans la pénombre, une ceinture à la main, la boucle au bout qui raclait le sol.

J'avalais ma bile et recevait correctement ma dérouillée, puis elle me prenait dans ses bras et pleurait avec moi en parlant de papa, « ton père ci », « ton père ça », elle devait être triste de le savoir partis et parfois je me demandais pourquoi la violence, quoique au fond je l'ai aimé, un peu plus à chaque coup. La culpabilité et la honte qui m'étreignaient si j'osais à jamais penser à autre chose. On expie ses démons comme on peut, alors déjà gosse je m'amusais à taper sur les autres, c'est vite devenu un vice au même titre que les cigarettes et le bourbon de feu papa. Alors que ma guerre à moi m'attendant chaque soir à la maison.

Rien n'a jamais ralenti, rien ne s'est jamais arrêté, je me suis dis merde, j'arrête, je ne conduirais plus jamais la maison ni rien. C'était un beau jour d'automne, un flic est venu me chercher à l'école, et à ce moment le morceau de Dieu qui était en moi est mort. J'ai pas pu identifier le corps, accident de voiture à ce qu'on m'en a dit. Sur le coup je suis seulement allé vomir. C'était pas beau à voir, si bien qu'aujourd'hui j'm'en souviens plus très bien. L'orphelinat militaire a pas voulu de moi, l'institut non plus. Trop vieux, trop violent. Vis dangereusement, meurs jeune, fais un joli cadavre.

Quand on vit seul, la violence vient toute seule, surtout dans un dortoir de garçon. Les honnêtes citoyens voulaient plus de moi, alors l'état a pris les choses en main. Le lendemain je me retrouvais dans ce qui semblait être un pénitencier juvénile, une sorte de « boot camp » là où on nous apprend la rigueur, la discipline, l'ordre, suivant une méthode toute militaire. Les coups venaient aussi bien des instructeurs que des autres pensionnaires. La première fois le plus vieux de ces salopards m'a dit qu'y avait rien de mieux pour forger le caractère, puis m'a piqué mes chaussures.

Manges, ou fais toi manger, bienvenue dans la jungle que j'me suis dit. La peur ne s'arrêterait jamais, le 11 septembre avait rendu les honnêtes gens fous. Nous ne reverrions jamais la civilisations. Et puis un beau jour, des vans noirs se sont pointés, le plus simplement du monde, les gardiens m'ont balancé dedans, l'air satisfait, les mains sur les hanches. Dedans des mecs en costumes, avec des lunettes de soleil style Steven Seagal. J'ai eu peur. L'ascenseur pour l'échafaud ? Qui sait...

...Auquel cas le bourreau était déguisé en hôtesse de l'air blonde et sexy qui me ravitaillait en cacahuètes. L'escort boy à qui j'étais menotté me regardait comme le ferait un mur, sans exception aucune. Après l'enfer, le paradis ? Ou le dernier repas d'un condamné ? Qui sait, ces jolis yeux bleus cachaient peut être la barbe d'un moudjahidin. A cette pensée j'ai ris tout seul comme un débile, l'armoire à glace fédéral lui par contre a pas trouvé ça du meilleur goût, un claquement de doigt sur le crâne en guise de réponse.

Un coin perdu entre Londres et Winchester, devait y avoir pleins de rosbifs ici, puis ce qui avait l'air d'un hôtel de luxe. Vous au potentiel supérieur blablabla, sauveur du monde libre, blablabla, formation, blablabla, nouvelle identité. Puis je partageais l'espace de la limousine noire avec une autre personne, un enfoiré avec une canne et le regard le plus désobligeant que j'ai jamais vu. J'ai pas tenu longtemps, et l'enflure se délectait de me mater sur la banquette de cuir. Alors on a envie d'être une sale racaille ? Mon sang a fait qu'un tour. J'lui ai fais la tête au carré. Jusqu'à ce qu'il riposte et que j'écope de sa sale canne dans l'oeil.

La tronche couverte de sang, un autre encostumé me secouait, avant de m' faire asseoir devant un grand blond aux mains croisés, quel connard celui là, sûrement le dirlo. Un vrai requin qu'il a dit. J'avais l'impression d'entendre mon pauvre papa : Bon retour à la jungle fiston.



HRP.
SURNOM(S) : Ceci est un DC
DATE DE NAISSANCE : Comme ta mère
ÂGE : Idem
SEXE (✔) : ❒ M ❒
AVATAR : Dante de Dmc Devil may cry
DÉCOUVERTE DU FORUM : Non
EST-CE VOTRE PREMIER FORUM RP ? Non.


Dernière édition par Shark le Jeu 13 Fév - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
End
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: House
Double Compte:
Âge: 17
Sujet: Re: Shark - Welcome to the suck Lun 12 Sep - 15:06

Re-Bienvenue sur Wammy's House !

Et ton personnage est un shape.

Bon courage pour finir ta fiche ~~

♔ ♔ ♔

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shark
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge:
Sujet: Re: Shark - Welcome to the suck Dim 18 Sep - 3:17

Salut ma biche, tout est OK chérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moriarty avatar

Sujet: Re: Shark - Welcome to the suck Dim 18 Sep - 9:53

Et bien rien ne retarde ta validation BG 8D
Amuse-toi bien ici bas !

♔ ♔ ♔


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wammys-house.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Shark - Welcome to the suck

Revenir en haut Aller en bas
 

Shark - Welcome to the suck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shark in the water
» 06. My life would suck without you (part II)
» ? Baby there's a Shark in the water ? [Nat' PV Ethan]|| END||
» 06. My life would suck without you - Emma Pillsbury
» I Will To Suck You [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: Orphelins validés :: Shapes-