Partagez | 
 

 Shrimp ♦ I miss my cupcake.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mar 14 Juin - 18:16


Identité

PSEUDONYME : Shrimp. Mais on lui donne souvent des surnoms plus ou moins affectueux composés du mot "baby" à cause de son visage infantile.
NOM : Cox.
PRÉNOM(S) : Samuel.
QI: 177.
DATE DE NAISSANCE : 14 Septembre.
ÂGE : 16 ans.
SEXE : ✔ M ❒ F
ORIGINE : Anglaise.

Physique

Couleur des cheveux : Bruns.
Couleur de la peau : Pâle.
Tatouage/Piercing ? : Aucun.
Couleur des yeux : Verts.
Taille en centimètres : 167 centimètres.
Corpulence: Fluette.


Caractère

qualité
Valeureux
Attentif
Patient
Vaillant
Appliqué
    Sensible
    Impressionnable
    Influençable
    Timide
    Introverti
    Soumis

Shrimp avait fini par se taire en froissant nerveusement son pull entre ses mains, bien conscient que ses débuts de phrases interrompues ne le mèneraient pas bien loin – essayez d'argumenter avec des « Mais- ! », « Je- ! » et autres « C'est- ! » et vous verrez. Il avait baissé la tête et attendait patiemment que les garçons plus grands que lui se lassent de railler une petite statue. A cause de sa constitution, Shrimp – qui portait très bien son nom sur tous les plans – était une cible facile pour les caïds un peu bêtes qui, malheureusement, jonchaient notre belle planète de part en part. Heureusement, après qu'ils aient bien ricané en lui donnant des coups dans le dos et les épaules pour le bousculer, ils finissaient toujours par partir non sans lui avoir lancé quelques derniers quolibets. Bah, le garçon n'y prenait plus garde à présent, il savait qu'ils lui faisaient rarement du mal et endurer quelques vannes grasses ne lui faisait plus grand chose ; c'était devenu une espèce de routine et il avait appris à vivre avec. Au moins, ils ne le frappaient pas. Shrimp n'était pas encore relégué au rang des purs cassos qu'on passait à tabac selon un accord commun entre tous les membres de la classe. Non, il était seulement le type un peu transparent qui parlait peu et dont la tête de bébé incitait à la bousculade.

Shrimp releva doucement la tête pour fixer les larges dos des garçons s'éloigner dans le couloir puis tourner à l'angle. Il poussa un léger soupir, lâcha précautionneusement son pull – comme si desserrer ses mains de la laine rassurante allait les faire revenir – et tourna les talons pour s'éloigner d'un pas précipité. Le jeune homme n'avait jamais été spécialement détesté ni spécialement aimé par les gens, il était neutre à leurs yeux, pas très intéressant, ni aimable, ni détestable, comme un élément du décor qu'on venait parfois « admirer » avant de s'intéresser à autre chose. Il ne se démarquait jamais vraiment dans quoique ce soit, il était toujours dans la moyenne ; ni bon, ni mauvais, ni bûcheur, ni cancre, ni beau, ni laid. Il était désespérant de normalité quelque part. Les autres le considéraient souvent comme tel et, quand à lui, il ne se considérait même pas. Il était juste Samuel Cox, c'est tout. Il n'avait jamais cherché plus loin.

Les seules fois où les autres se rappelaient de son existence, c'était pour en rire la plupart du temps. Il faut dire que la bestiole est très maladroite et qu'il ne se passe pas un jour sans qu'on entende venir de lui un fracas suivi d'une plainte sourde. Au final, on avait machinalement pris l'habitude de le tenir à l'écart de toute chose fragile et/ou coûteuse, car au moins les armoires et les portes ne se casseraient pas à son contact chétif. Il était presque attendrissant avec ses yeux au bords des larmes et avec sa bosse rougie sur le front, l'air tout abasourdi. Alors on riait doucement de lui, le gratifiant de « eh beh, Clumsy Baby ! » avant de revenir à ses occupations. Et puis finalement, les « boum ! Aïe ! » devenaient habituels eux aussi.

On avait aussi bien ri quand des petits plaisantins indiscrets lui avait demandé, pour rire, s'il était vierge. Shrimp avait répondu oui avec aplomb en précisant qu'il était du quatorze Septembre. On en avait donc déduit qu'il l'était aussi sur tous les points et on l'avait baptisé ironiquement « Slutty Baby ». Shrimp avait mis quelques temps à comprendre et alors, humilié et vexé, il s'était fait oublier quelques jours, tout honteux. Le garçon n'était pas susceptible, mais sensible. Car les moqueries un peu insistantes ou indécentes ne le mettaient pas en colère, elles le blessaient. Combien de fois s'était-il isolé pour laisser rouler quelques larmes sur ses joues rondes ? Lui-même trouvait ce comportement risible et ridicule, mais il ne pouvait s'en empêcher, les larmes montaient toutes seules. « Crying Baby ».

Dans ces cas-là, Shrimp s'isolait souvent dans la chapelle calme et fraîche, là où peu pénétraient, souvent par désintérêt. Malgré ces défauts idiots, il n'était pas un mauvais gars, au contraire. Seulement, peu prenaient la peine de s'en rendre compte et lui-même était bien trop timide pour oser se mettre en avant. Soit on ne lui laissait pas sa chance, soit c'était lui qui ne savait pas saisir l'opportunité. C'est ce qui s'appelle avoir un mauvais timing, je crois. Ou un mauvais karma. Non, vraiment. La plupart du temps, les seules personnes qui daignaient se pencher sur son cas ne voyaient que son côté facilement influençable, sa dévotion désespérée, sa confiance trop facilement accordée, son désir pressant d'avoir quelques copains avec qui traîner, sa faiblesse, sa soumission, sa pureté qui semblait ne demander qu'à être souillée... Le genre qui se laisse abuser, le genre qui n'a rien à perdre, le genre qui se laisse manipuler avec enthousiasme, ou presque. Si naïf, si innocent. Non, décidément, peu nombreux étaient ce qui connaissaient le Shrimp désireux de bien faire, appliqué, consciencieux, malin, droit et vaillant.

Shrimp, c'était juste un bébé crevette.



Classe




    Définissez vous en une phrase.
    1. Dans un souci d'objectivité, je pense qu'il faudrait poser la question à mes amis...


    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?
    1. Un poisson rouge.


    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?
    1. Harry Potter de J.K Rowling.


    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.
    1. « Je comprends ce que tu ressens... »


    La petite manie dont vous vous passerez bien ?
    1. N'avoir aucune notion du temps.


    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    1. Quelque chose que je dois faire ? Euh. Non non, j'ai fini ma classification, ma maquette de l'ADN, tout est bon. Non ?

Histoire


Samuel, 13 ans.


Samuel plissait les yeux, vivement aveuglé par les rayons estivaux du soleil. Il avait beau essayer de les réduire à deux petites fentes, mettre sa main en visière ou couvrir ses yeux avec ses bras, il avait l'impression que rien ne pouvait préserver sa vue de l'astre de plomb. Au loin, les autres gamins pouffaient de rire en le voyant agiter les bras dans tous les sens autour de sa tête comme s'il essayait de chasser un essai d'abeille de ses cheveux en bataille. Résigné, il se leva et reprit le chemin de la maison en shootant dans les gravillons, tête baissée, yeux mi-clos. Dommage, il aimait bien passer du temps assis sur le rebord du trottoir, à regarder les gens passer, à saluer les vieilles voisines et à jouer avec les cailloux. A force, il connaissait tout le monde dans le lotissement neuf où il vivait. Il les voyait passer tous les jours devant chez lui, à pied ou en voiture. Quelques uns lui souriaient. Samuel était plutôt aimé des adultes du voisinage, surtout des personnes âgées, car c'était un garçon serviable qui aidait à porter les courses, tondre la pelouse ou encore arroser les plantes et promener le chien contre de la menue monnaie, ce que chacun voulait/pouvait bien lui donner.

Sam rentra dans la maison et referma doucement la porte derrière lui. Il monta à l'étage et fila dans la chambre de sa mère, allongée sur le lit. Jenny Cox était enceinte jusqu'aux yeux ; elle avait posé un petit ventilateur sur son ventre proéminent et s'aérait avec, luisante de sueur. Elle leva les yeux vers son fils aîné et tendit la main vers lui, souriante :

▬ Saaaammyyyy... ! Viens.

Le garçon s'approcha et s'assit sur le rebord du lit.

▬ Tu as besoin de quelque chose, maman ?
▬ Oui, tu serais un amour si tu me refaisais de la citronnade et si tu me coupais les ongles... Je ne peux pas atteindre mes pieds avec ce ventre. Le coupe-ongles est dans la salle de bain.
▬ J'arrive tout de suite.


Samuel se leva et sortit de la chambre, le pichet vide à la main. Il descendit d'abord à la cuisine, posa le pichet dans l'évier et en sortit un autre du frigidaire. Il en avait préparé plusieurs d'avance le matin même pour que sa mère ne soit jamais à court de fraîcheur. Il remonta, fit un crochet par la salle de bain, prit le coupe-ongles et revint dans la chambre de sa mère. Il posa la citronnade sur la table de nuit et s'assit sur le rebord du lit. Soigneux, il commença à couper les ongles de Jenny, prenant son pied entre ses mains fines.

▬ Samuel ?
▬ Hm ? Oui, maman ?
, fit le garçon sans se laisser déconcentrer.
▬ Avec ton père on s'est dit qu'on pourrait appeler ton petit frère Liam, ou bien Cameron.
▬ J'aime bien Liam. Mais dis-lui plutôt que j'ai dit que je préférais Cameron sinon il serait bien capable de l'appeler Cameron juste pour me contredire.
▬ Oh, Sammy... Ne dit pas ça, c'est ton père...
▬ Muh...
▬ Donc... Eh, fais attention, tu m'as fait mal !
, s'écria Jenny en esquissant un mouvement de recul avec sa jambe.
▬ Désolé...
▬ Le problème avec toi, Samuel, c'est que tu...


Le garçon leva les yeux vers sa mère et plongea ses yeux émeraudes dans les siens, l'air presque suppliant, l'air de dire « vas-y, dis-le ». Mais Jenny soupira et marmonna :

▬ Laisse tomber.

Samuel termina sa tâche en silence avant de sortir. Il laissa la porte ouverte pour faire courant d'air afin que Jenny n'étouffe pas, reposa le coupe-ongles à sa place et descendit lourdement les escaliers. « Le problème avec toi Samuel, c'est que tu fais tout mal ? », « Le problème avec toi Samuel, c'est que tu sers à rien ? », « Le problème avec toi Samuel, c'est que tu cherches à te faire détester ? » ? Quoi ? Qu'est-ce qu'elle avait voulu dire ? Il sentit les larmes lui monter aux yeux, brûlantes. Il voulait sortir le plus vite possible, même la gifle incandescente du soleil d'été lui semblait préférable.

Il percuta quelque chose de dur et flasque à la fois, voulu changer d'itinéraire pour gagner la porte et s'en aller, enfin. Pour pleurer sur une balançoire ou derrière un bosquet. Mais on le retint fermement par le col de son t-shirt. Samuel émit un son étranglé, le souffle coupé.

▬ Tu t'excuses pas ?, grogna son père en le tirant à lui.
▬ P-Pardon... ! Je ne t'avais p-pas vu !, hoqueta Sam en gigotant, haletant.
▬ … Tu pleurniches encore ? Putain... Quelle foutue tapette. Je sais pas c'qu'on va faire de toi. Toujours à chialer comme une foutue fille. Tu ressembles à ta mère avec ta tête de fille et ton p'tit cul d'pédé. J'espère que ton petit frère te ressemblera pas.

Jason lâcha son fils qui porta sa main à la gorge, le visage rouge à cause de l'étranglement. Samuel fila sans demander son reste, pressé de sortir du rayon d'action de Jason Cox. Il remonta la rue à grands pas, tête baissée, les yeux humides de larmes. Son esprit était en déroute, ressassant douloureusement les insultes – pourtant devenues si banales – de son père. Il disait toujours que Sam était un homosexuel, une fillette, une chochotte. Et Samuel ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait raison parfois. Il tourna à droit et pénétra dans le parc de jeu afin de se précipiter sur une balançoire de libre. Il n'y avait personne, le parc était désert. Il n'y avait que lui, les jeux abandonnés et l'herbe jaune brûlée par le soleil.


Je rêve juste de rêver


Samuel ne revint à la maison que sur les coups de dix-neuf heures. Mais la maison était vide quand il entra. Seulement un mot avec l'écriture de sa mère : « Nous passons la soirée en ville. Tu as de quoi manger dans le frigo. ». Bon, tant mieux ? Le garçon sortit des saucisse à faire réchauffer dans l'eau bouillante et de la purée mousseline et entreprit de les cuisiner. Il fit un peu brûler la purée, mais dans l'ensemble, il avait limité les dégâts. Le garçon mangea seul devant la télé avant de monter dans sa chambre. Il lut un moment avant d'éteindre la lumière et de s'endormir.

Le lendemain, ce fut un coup de téléphone qui le réveilla. Assommé par son état encore semi-inconscient, il se leva et tituba jusqu'au rez-de-chaussée, s'agrippant à la rampe de l'escalier pour ne pas tomber. Il trébucha quand même sur les dernières marches et manqua se s'étaler de tout son long. Le téléphone cessa de sonner et le répondeur se mit en marche.

▬ Monsieur Samuel Cox ? Ici l'hôpital de Manchester. Toutes... Toutes mes condoléances, c'est difficile, mais vos parents, Jenny et Jason Cox, et le bébé, ont eu un accident de voiture la nuit dernière en rentrant chez eux. Nous avons essayé de les maintenir en vie mais... Enfin... Ils sont morts ce matin à l'hôpital. Je suis désolé. Nous vous attendons.

Sam était resté bouche bée au milieu du salon, immobile, stupéfait, estomaqué, incrédule. Ses... Ses parents ? Morts... Dans un... accident de voiture ? Une violente nausée le prit aux tripes et il se précipita dans la cuisine pour vomir ce qu'il pouvait dans l'évier. La panique. La détresse. Morts... Non, impossible ! Son père... Sa mère... Sa mère enceinte ! Non, non... Impossible.


Mais y'a plus d'étoiles dans le ciel


Samuel était allé à l'hôpital. Il avait vu. Il avait bel et bien identifié les corps. Il avait re-vomi. Et maintenant, assis sur une pauvre chaise dans la salle d'attente, il ne disait plus rien, en état de choc. Ses parents... Et où irait-il ? Il n'avait pas de famille vivante qui pouvait l'accueillir. En fait, il n'avait plus rien. Il était orphelin. Seul au monde.

On l'avait balloté. En un an, il avait fait un orphelinat et deux familles d'accueil. Il ne s'intégrait pas. Il ne voulait pas s'intégrer. Il voulait juste ses parents, pas des ersatz. Et puis on lui avait fait passer un test de QI. Comme si c'était important... Quelque jours plus tard, on le transféra dans un deuxième orphelinat. Un établissement secret où seuls les surdoués pouvaient être intégrés dans le plus grand mystère. Au début, Samuel avait pensé à une blague de mauvais goût, mais ce n'en était pas une. Ainsi que le lui avait prouvé la suite des évènements.

On l'avait mené dans le bureau du directeur, un type impressionnant qui donna à Samuel l'envie de se liquéfier sur place, de disparaître dans un placard ou bien de se cacher derrière une chaise. Ratatiné sur lui-même, le garçon resta prostré sur sa chaise, tremblant comme une feuille.

▬ Tu dois te choisir un surnom. Ici, notre vrai nom reste secret, tonna la voix grave de l'homme blond assis en face de lui.

Sam se tassa sur sa chaise et du s'y reprendre à plusieurs fois avant de marmonner, gémissant :

▬ Je... Je... J-Je n'ai p-pas d'i... d'idée, m-monsieur...

Alors Moriarty le détailla longuement. Samuel se senti mis à nu, vulnérable, comme déshabillé puis atomisé sur place. Ce n'était pourtant qu'un regard scrutateur. Finalement, l'homme déclara :

▬ Va pour Shrimp.

Sam hocha précipitamment la tête avant de se lever pour partir. Il buta dans une chaise et se prit les pieds dans le tapis mais réussi finalement à sortir, le teint écarlate. Grand dieu... ! Pourvu qu'il n'ait pas à avoir affaire trop souvent à cette homme ! Bon. En maintenant ? Il regarda tous les papiers administratifs et explicatifs qu'on lui avait donné ainsi qu'une carte-clé, une carte de bibliothèque. Le reste l'attendrait dans sa chambre. Bon... C'est partit... Samuel déplia le plan qu'on lui avait donné et se mit en route.

Quand même... Shrimp... Ce se serait pas trop lourd à porter ?



HRP.
SURNOM(S) : Tomoyo.
DATE DE NAISSANCE : 26/10/1993.
ÂGE : 17 ans.
SEXE : ❒ M ✔ F
AVATAR: J'aimerais réserver Albus Severus Potter et Harry Potter ;; Ils se ressemblent beaucoup, donc uh... S'il vous plaît ? ;;
DÉCOUVERTE DU FORUM : Ce très cher Google !
NOTE SUR 20 DU FORUM : Je pense qu'il aurait les félicitations du jury.


Dernière édition par Shrimp le Mer 15 Juin - 2:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mar 14 Juin - 19:11

    j'aime ce petit hufflepuff, ce petit renard à la fin, cette crevette, cet Albus, ce Samuel, cette petite vierge.
    bienvenue sur WH !

    tu as le choix entre SHAPES et EXPERTS.
    fais ton choix, courage pour la suite :3
    edit - pour réserver à la fois harry et albus, je sais pas, faut demandeeer. je suis nulle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mar 14 Juin - 19:51

Merci beaucoup ! Pour l'accueil, les compliments, tout ça, je suis touchée ;w; ♥
Je pense que je vais choisir EXPERT. Parce qu'une crevette sportive... Non, vraiment, sa réputation n'en serait que plus désastreuse encore, le pauvre !
Au pire, pour l'ava, je choisirai un des deux comme valeur fixe et je me servirai de l'autre tant que personne ne le prend et j'arrêterai si jamais quelqu'un désire l'utiliser comme avatar ?


Edit ; Ta signature... C'est Telephone, de Lady Gaga ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mar 14 Juin - 21:38

    héhé moi aussi je me disais, shape hmm *essaye d'imaginer Shrimp shape*
    dommage 8D tu aurais pu agrandir notre belle secte /sort.
    c'est ok pour l'avatar ! je pense qu'il n'y a pas lieu à se faire du souci krrr.
    (oui en effet, c'est telephone, lady gaga... Lux est une dingue de cette meuf.)

    LANCER DE DE EFFECTUE. je n'ai pas oublié fiou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mer 15 Juin - 2:54

Voilà, je me suis décidé pour Harry en avatar de base et je prendrai Albus Severus tant qu'il est libre :3
(Lady Gaga ♥)

Fiche terminée ! J'espère que ça ira ;;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mer 15 Juin - 10:31

puisse Shrimp survivre dans la jungle hostile de la wammy's. pauvre de lui.
je te valide donc petit expert !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake. Mer 15 Juin - 10:34

Merci beaucoup *w* ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Shrimp ♦ I miss my cupcake.

Revenir en haut Aller en bas
 

Shrimp ♦ I miss my cupcake.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» L'anniversaire de Miss Gwenny !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Complément :: ♔ Corbeille-