Partagez | 
 

 { d a m n & a p r i l }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: { d a m n & a p r i l } Jeu 24 Mar - 23:08



Seventeen, we think about you all the time

_
Pseudonyme : Damn & April
Nom : Miles
Prénoms : Dorian & Andrea
Qi: 162
Date de naissance : 03 / 05
Âge : 17 ans
Sexe (✔) : ✔ M ❒ F
Origine : Anglais



Your perfect world has been upset


Couleur des cheveux : Verte
Couleur de la peau : Limpide
Tatouage/Piercing ? : Nope
Couleur des yeux : Mordorée
Taille en centimètres : 174
Corpulence: Maigres





Je suis insupportable, je ne suis pas fréquentable


Joueurs
Joyeux
Loyaux
Aimable [pour Andrea]
Franc [pour Dorian]
    Blessant [pour Dorian]
    Hypocrite [pour Andrea]
    Klepto'
    Cupides
    Immoraux

Better think twice.

Dorian & Andrea ; deux jumeaux, pas vraiment attachés au cliché du duo identique en tout. Ces deux adolescents ont fini par grandir, chacun de leur côté, avec leurs idéaux, leurs désirs... leurs secrets. Mais ils n'aiment qu'eux mêmes, et parfois « les autres », ces gens que Dorian regarde toujours d'un air supérieur et moqueur, sûr d'être loin au dessus, alors qu'il ne se doute même pas de l'existence de ce qui se cache dans la tête de son frère. Andrea, lui, s'est habitué à tout dissimuler, à garder pour lui ses véritables pensées, et même à les cacher à Dorian. Ils ne se comprennent pas toujours, ils se disputent, ils ont 17 ans, et à cet âge, qu'est ce qu'on est con, mais on aime aussi le danger. A un point que l'on ne saurait parfois imaginer.




Dorian est un feu violent ; vulgaire, difficile à supporter de trop près, éblouissant, l'adolescent dévore tout ce qui passe à portée de son rictus sardonique et s'impose. Il rit, d'une façon si cynique que l'on se sent automatiquement insulté. Le reste du monde, à ses yeux, n'est que merde & vomis mêlés, amas de gens stupides qui ne valent pas plus que les déchets d'un dépotoir, à côté de lui-même, et de son frère. Mégalomanes, ils haïssent les « civiles » - ceux qui ne méritent pas d'entrer à la wh* et dont la pensée va à peu près aussi vite qu'un gamin de 5 ans sur un tricycle – ; les autres, les orphelins psychopathes de la wammy's house, il les adore, parce qu'ils sont tous terriblement matérialistes. Dorian ne les soumet jamais plus qu'en leur refourguant ce qu'il glisse sous son blouson, dans les grandes surfaces. Il devine que ces connards auront toujours plus besoin de lui, qu'il ne veut d'eux. Vu comme ça, Dorian est un beau petit con, moqueur, décidé à grandir et à s'impose partout. Il ne supporte pas que l'on conteste son autorité, naturellement, et, du coup, est très franc. Dorian n'est pas gentil, ni autonome, ni sympathique. Il est buvable quand il faut vendre, mais le reste du temps, il le passe à se moquer sur le dos des autres, à matter des films pornos, et à disserter sur la probable destruction de la race humaine, en sirotant dans un verre à vin du Clan Cambell 18 ans d'âge [la fouine a des goûts de luxe].
Mais, paradoxalement, Dorian est un solide idéaliste ; il fantasme sur LA fille parfaite, celle que Corbière aurait pu décrire dans son écoeurant poème « à l'éternel Madame », la niaise tout droit sortie des classiques Flaubertiens. Il la veut innocente et pure, très Juliette, très désespérée quand il la quittera. Ouais, ouais, c'est de l'utopie, vu les nanas qui traînent à la wammy's, mais l'adolescent garde bien caché cet espoir démesuré de tomber sur THE BIG LOVE OF HIS LIFE, prêt à le reconnaître au premier coup d'oeil. Il ne s'attend certainement pas à tomber sur un homme. Ou même sur son frangin.

D'ailleurs, ces deux-là, enfants, ne formaient qu'un. A présent, leur complicité de l'époque s'est évaporée pour ne laisser la place qu'à un lien extrêmement fort, une espèce de fraternité qui leur permet d'être synchrones. Dorian, naturellement, aime Andrea, d'une façon égocentrique et très possessive. Il le protège, mais l'asservit aussi un peu, s'arrangeant pour être la personne la plus importante de son monde. Peut-être devine-t-il l'énorme dilemme immoral de son jumeau, mais il n'y pense pas, il n'est souvent concentré qu'autour de lui-même. Son manque de modestie est, d'ailleurs, à toute épreuve ; il a l'habitude des sourires imbibés de méchanceté ou de malice, d'un humour sale, des regards arrogants qui dénoncent aussi son monstrueux besoin d'être reconnu et écouté. Difficile de savoir si Dorian a un complexe de supériorité ou d'infériorité. Il a tendance à souvent chercher querelle aux autres, pour n'importe quoi, et se montre toujours très irascible et de mauvaise foi.
Mais – vous n'allez pas le croire -, Dorian a quand même des qualités : il est très loyal envers ses amis et est d'excellent conseil, en plus d'être drôle, quand il abandonne son humour de troisième zone pour quelque chose d'un peu plus sympathique et agréable. Il a surtout les défauts propres à son âge, en plus de la cleptomanie et du cynisme. Trouvez moi un ado qui ne se prend pas pour The Joker. Dorian est seulement un peu plus « normal » que son frère, à peine dans le sens moral, de toute façon.


Andrea, quant à lui, est un pur hypocrite. Les gens, souvent, le prennent pour le plus « sympathique » des deux, le plus doux. Grossière erreur. Si Andrea vous sourit, ça ne veut pas forcément dire qu'il vous apprécie. Il a juste appris à cacher ce qu'il pense et à manipuler les autres, en restant tout à fait aimable avec la clientèle. Mais par derrière, cet adorable garçon ne tarde pas à calomnier ses meilleurs acheteurs. Il est aussi cleptomane que Dorian et a basé ses passes temps là dessus, adorant l'adrénaline fiévreuse qui électrise son sang lorsqu'il vole. Andrea est aussi plus discret que son frère et a tendance à disparaître derrière lui, lorsque celui-ci s'agite et hurle. Mais l'adolescent n'en est pas moins le plus calculateur des deux, et n'agit qu'en fonction de ce qu'il a devant les yeux. Il agit rarement sur des impulsions et réfléchit beaucoup plus à ce qu'il va faire, avant de passer à l'acte. Ca l'a souvent sauvé, jusqu'à là. Lui, plus que Dorian, se méfie de tout le monde ; il a peur que les autres orphelins n'essayent de percer son secret à jour, pour l'humilier. Andrea manque cruellement de confiance en lui ; on dirait parfois que son jumeau a tout pris pour lui, sans rien lui laisser. Mais l'adolescent a d'autres moyens de briller. Cependant, il est taciturne et ce qu'on prend pour de la froideur n'est que de la timidité. Il n'aime pas trop parler aux autres et n'aimerait rester qu'avec son frère, seulement avec lui, tandis que tous les autres seraient réduits en poussière. Il ne les méprise pas autant que Dorian, cependant, mais s'il aime bien quelqu'un que son frère n'apprécie pas, il n'osera jamais échapper à son autorité.

Andrea est un soumis, un amoureux immoral honteux. Il se sent toujours coupable, incapable de se défaire du poids de ce qui l'étouffe depuis trop longtemps. Il sait très bien qu'il devrait, au moins, tenter de se concentrer sur autre chose, mais Dorian lui revient toujours en pleine face – il passe tout son temps avec lui, ça n'arrange rien -, et personne ne sait à quel point ça peut peser de telles pensées. Andrea a même l'impression d'être incapable de grandir ; il ne le veut surtout pas, parce que ce serait s'éloigner définitivement du gamin pur qu'il était encore, même si cette période est déjà lointaine. Il est bourré de complexes, de peur, mais reste malicieux et comme artificiel, très fier ; il ne supporterait pas que l'on se moque de lui, pour ses tares, mais ne parvient pas à les assumer aussi bien que Dorian.
Lui, doit se contenter de faire « semblant » qu'il est fort et à l'épreuve de tout, mais sa fierté flanche souvent, et il pense à s'enfuir. S'il n'est pas encore parti, c'est parce qu'il sait qu'il ne peut pas abandonner Dorian à lui-même. Il est cynique, lui aussi, agressif, mimant la perversité par dessus ses fantasmes immoraux. Mais il a l'impression que tout le monde SAIT déjà et lui veut du mal. Andrea est sûrement le plus paranoïaque des deux, bien qu'il soit plus souriant et « humain », ouvert aux autres.
Il est plutôt facile de les différencier. Mais, quand il est seul, totalement isolé dans leur chambre, Andrea adopte un rictus froid, qui en dévoile beaucoup plus sur son état d'esprit que ce qu'il pourrait dire. Il vit dans une honte perpétuelle et admire Dorian, pour sa confiance en lui, cette assurance que lui-même est loin d'avoir, et qu'il ne fait que mimer, comme si ça pouvait vraiment convaincre quelqu'un. Pourtant, bien qu'il manque totalement de sens moral sur les vols, ceux là lui sont totalement indifférents ; est-il particulièrement fou, se demande-t-il parfois, ou juste mal éduqué ? La cleptomanie est chez lui plus une façon de s'amuser qu'une véritable manie, mais Andrea a du mal à se placer dans l'avenir. Il aimerait, à défaut d'être un gamin, rester un adolescent à vie, avec son frère bien aimé, et que celui-ci finisse par savoir, un jour. Ca lui rendrait déjà bien service.



Buddy you're a boy, make a big noise


    Définissez vous en une phrase.

    1. Sérieusement, t'as pas quelque chose d'autre à faire que me demander ça ?

    Vous offrirez quoi à Noël à votre meilleur ennemi ?

    1. Une corde.

    Parmi ces livres ci-dessous, lequel serait le plus susceptible d'être votre livre de chevet ?

    1. Les 120 journées de Sodome du Marquis de Sade.

    Ce que vous devez impérativement arrêter de dire. Sérieusement.

    1. « Je comprends ce que tu ressens... »

    La petite manie dont vous vous passerez bien ?

    1. Faire des private jokes.

    Il y a forcément quelque chose que vous auriez dû faire depuis longtemps et n'avez toujours pas fait.
    1. Faire mes devoirs. Mais je les ai jamais fait, commencer maintenant serait pas judicieux pour ma réputation.




Dernière édition par Damn&April le Lun 4 Avr - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l } Ven 25 Mar - 15:24

I think I'm seeing double
I think I'm seeing trouble



«  ▬ Quand maman a su qu'elle allait avoir des jumeaux la chose qui lui est tout de suite venu en tête c'est que perdre ses kilos serait encore plus dur. Elle ne s'y attendait pas, ouais, des fois les femmes ça perd deux ovules en même temps, et paf, t'as deux bébés en un. Bref pour y revenir, maman était le genre à acheter tous les magazines possibles sur les régimes, les diètes, et toutes ces conneries. Oh, maman elle était fine, hyper fine, il fallait bien ça pour être mannequin. Ouais, maman était mannequin, si c'est pas la classe ça hein ? Elle devait avoir 21 ans quand elle est tombée enceinte de nous. Le géniteur était un homme vulgaire, sans goût, sans ambition, mais d'une envie de richesse inconsidéré. C'est pour cette raison qu'il épousa Lubie Miles, une jeune mannequin qui venait de Louisiane. Elle avait des cheveux roux comme le feu, ses yeux étaient brillants, son sourire atrocement ravageur. Je n'ai jamais compris pourquoi elle a épousé ce moche, mal sapé, mal baisé. Sûrement qu'elle l'aimait.

Quand Papa est parti de la maison Maman a pleuré, vraiment longtemps. On devait avoir un an ou deux, le souvenir est partit de notre jeune mémoire. Il est possible que ça nous ai traumatisé, ça expliquerait pourquoi on est comme ça, enfin bon, reste à voir. Au bout d'un an maman avait perdu ses kilos et reprit son boulot. Elle devint encore plus connue, même les paparazzis attendaient à ses fenêtres dans l'espoir de vendre un photo qui rendrait leur vie bien meilleure. Nous aussi le flash des appareils nous éblouissaient alors que nos nourrices nous prenaient par la main essayant de fuir ces stalkeurs. Dés notre plus jeune âge notre mère nous confia à des nourrices, elles défilaient les unes après les autres, maman n'aimait pas garder trop longtemps la même. Ce qui est idiot en soi, autant trouver une personne en qui on a confiance et la garder. Mais bon, on dit qu'une personne belle est forcément idiote... je commence à le penser. Mais maman, nous on l'aimait, vraiment, de tout notre coeur. Même si elle était absente, même si elle s'occupait peu de nous nous vouâmes une admiration sans vergogne à sa personne.

C'était une femme douce, pleine de charme, peut être pas très intelligente mais la bonté dont elle était capable comblait tout le reste. Elle était forte, pour se remettre de sa défaite en amour, certaines auraient sombré dans la folie, d'autres dans l'alcool... mais non, maman disait qu'elle nous avait nous, et que cela suffisait à faire son bonheur. Dés tout petit nous étions des enfants agités, nous ne pouvions pas nous tenir en place, oh, pauvres nourrices qui nous cherchaient partout, qui nous punissaient, nous privaient de dessins animés, mais rien n'y faisait. Nous avions bien compris qu'à deux nous étions plus fort et qu'il fallait en profiter. C'est ainsi que les petits Dorian et Andrea faisaient tourner la tête à tout le monde. Oh, nous étions plutôt calmes avec maman, même si à l'intérieur nous étions surexcités de la revoir après tant de temps. Maman disparaissait, et partait souvent plusieurs semaines entières, nous ne comprenions pas pourquoi à l'époque, cela nous rendait tristes. Mais ça rendait les moments où nous nous retrouvions encore plus intenses.

Dés tout petit je vouais une admiration sans bornes non seulement à ma mère mais aussi à Dorian. Il était mon soleil, moi j'étais la lune. Il brillait d'une lueur que je ne connaissais pas en moi, et moi je le regardai avec mes grands yeux plein d'étoiles. Il était si stupéfiant. J'étais plus raisonnable que lui, même s'il finissait toujours par m'entrainer dans ses bêtises. Je ne voulais pas paraître poltron, ni faible. Alors je l'écoutais. Dorian dés tout petit avait ce charisme, cette prestance que je ne possédais pas. J'étais plutôt timide, lui extraverti. C'est la seule façon qu'avaient les autres de nous reconnaître. Dorian était devant, Andrea derrière. Nous étions comme les doigts de la main, toujours ensemble. Même à l'école il était tout bonnement impossible de nous séparer, nous mangions ensemble, prenions notre bain ensemble, dormions ensemble … Je crois que ces années de pureté innocente sont les plus belles de ma vie. Et cela rendait maman heureuse de nous voir nous entendre si bien. Elle disait qu'à nous deux nous étions invicibles, et nous l'avions bien compris.

La vie continuait, tout le tralala, enfin vous imaginez bien. Seulement notre petit train train s'arrêta brusquement. La mort de maman. Nous avions 11 ans. Un putain d'attentat, une dizaine de morts, et il avait fallu que maman soit dans le lot. Quand nous l'apprirent nous pleurâmes plusieurs nuits d'affilée, enlacés l'un contre l'autre. Maman était morte, putain, la seule personne qui nous aimait était morte. Et surtout nous étions à présent seuls. Heureusement que j'ai Andrea, je sais pas ce que j'aurai fait sans lui, j'aurai sombré depuis longtemps. Finalement nous fûmes recueillis par de la famille. Le vieil oncle Cassius, qui habitait dans un vieux manoir pourri. Je me souviens encore du jour du débarquement, nous étions chargés de valise et nous tenions la main quand le vieil homme vint à notre rencontre. Il était laid, avait la tête dégarnie et semblait ne pas savoir sourire. Nous n'avions pas peur, non, nous n'avions jamais peur quand nous étions tous les deux.

Notre nouvelle vie commença, nous étions plutôt calmes cette fois ci, nous n'osions pas provoquer les colères de l'oncle Cassius qui étaient foudroyantes. Il n'était vraiment pas sympa avec nous, ce vieux type. Il semblait vraiment déçu de ce que nous étions... nous n'avions pas de bonnes notes, nous rêvions à d'autres univers... Mais il y a eu cet événement qui détermina une nouvelle partie de notre personnalité : Je trouvais par hasard des documents dit « secrets » dans le bureau de l'oncle Cassius. Je ne comprenais pas très bien à l'époque mais j'étais quand même assez intelligent pour comprendre que notre oncle en voulait à notre fortune héritée de maman. Ces papiers étaient une demande de versement de notre compte pour notre nouveau tuteur. Je rapportais les papiers à Dorian qui fut aussi révolté que je l'étais. Sûrement plus même. Le vieux voulait nous voler notre fortune ! Nous comprîmes que ça mettrait longtemps avant qu'il ne l'obtienne, mais il allait l'obtenir. Nous décidâmes d'une stratégie à adopter : celle d'être insupportables pour qu'il soit obligé de nous jeter.

Haha, franchement c'est à partir de ce moment qu'on a vraiment vraiment été imbuvables, le pauvre vieux on lui faisait tout subir, on était rebelles, exaspérants et grandes gueules. On par dessus le marché comme il comptait nous voler on décida de le voler lui aussi. On commença à lui chiper quelques objets par ci par là, puis ensuite des documents importants, haha, il a eu plein de problèmes à cause de nous, mais c'était tant pis pour sa gueule, après tout il nous avait accepté chez lui pour notre fric, alors il ne méritait que de crever. Il avait beau s'énerver on était toujours plus forts que lui. Le goût du vol commençait à s'imprégner dans nos veines, oh, nous adorions ça. Finalement le vieux a finit par être envoyé un hôpital psychiatrique tellement il était devenu fou à cause de nos coups bats.

Nous étions si fiers de nous. Nous étions enfin débarrassés de l'ennemi. Mais ce n'était pas fini. Nous finîmes par être envoyé chez grand mère Bernadette. C'était une femme plutôt correct,e un peu strict mais correcte. Pourtant nous étions persuadés que elle aussi en voulait à notre fortune. Finalement on se montrait aussi insupportables avec elle qu'avec l'oncle Cassius. Personne n'aurait l'argent que maman avait gagné, c'était le dernier hommage que nous pouvions lui rendre. Mais Grand mère Bernadette finissait par nous détester tant nous étions de mauvais garçons, finalement elle nous renvoya un soir, balança nos affaires par la fenêtre et ferma la porte à clefs. C'est ainsi que nous fûmes envoyés chez la tante Bella. Puis chez cousin Fred. Puis chez grand père Grant. En bref nous faisions toute la famille, et étions sûrs qu'ils nous acceptaient pour espérer reprendre notre argent. Nous nous faisions jeter, jeter... cela dura quelques années ainsi avant qu'un juge d'instruction décide de nous envoyer en orphelinat, vu que personne ne voulait de nous. On nous fit passer un test de QI... bizarrement nous l'avons fait sérieusement, nous étions du genre à avoir un ego sur dimensionné voyez vous, et être intelligent ne ferait que le renflouer. 162 de QI. Vraiment un très bon score. Nous arrivâmes alors à Wammy's House. Je crois que c'est à partir de là que j'ai commencé à comprendre ce que je ressentais vraiment pour mon frère. Je suis dingue de lui, et ce encore aujourd'hui. Dorian est tout ce qu'il y a de plus cher au monde pour moi. Bien sûr au début je rejetais violemment ce sentiment, putain, j'étais incestueux. Bien sûr je ne lui confiais pas ce que j'avais sur le cœur... il fuirait.

Wammy's House c'est trop cool. On peut faire ce qu'on veut là bas, on s'est teint les cheveux en vert, Andrea et moi on a commencé à monter notre petit commerce, après tout on avait fini par devenir maîtres dans l'art du vol. Ce qu'on fait c'est qu'on vole dans les boutiques et on les revend aux orphelins. Parfois ils nous passent commande et on va piquer ce qu'ils veulent. On le revend moins cher que de ce que demande le magasin, c'est ça tout l'intérêt de la chose. Finalement ça marche bien et on s'enrichit encore plus. On dilapide notre argent, pas celui de maman, c'est sacré celui de maman, enfin bon on est quand même super riches, c'est la classe. On a rien à craindre du monde extérieur, et ici au moins personne ne peut prétendre nous voler notre argent. On est libres comme l'air, je me suis jamais senti aussi bien. Et Andrea pareil.

A vrai dire je me suis jamais senti aussi mal. »

 







A freaky beast wanna say hell'o

_
Pseudonyme : Tam & Line
Âge: 19 & 18 ans
Sexe : Féminin & Féminin
Avatar Lifty & Shifty - Happy Tree Friends
Découverte du forum : Y'a bien longtemps
Note sur 20 du forum : 19


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l } Mar 5 Avr - 10:11

Fiche finie o/
Revenir en haut Aller en bas
Near
avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 14 / 22
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l } Mar 5 Avr - 18:16



    Encore vous ! : D
    J'aime bien arriver à discerner les écritures et vous reconnaître dans vos bébés, haha ! Très jolie fiche, agréable à lire, etc etc, comme d'habitude remarque.

    Alors, ces adorables bichons sont soit Alter, soit Shape, si je ne me trompe pas, alors vous pouvez choisir !

    Lancer de dé effectué (sauf si vous vous êtes déjà débrouillées entre vous vu que Line est admin ? x) )

♔ ♔ ♔





The universe works on a math equation
that never even ever really even ends in the end
Infinity spirals out creation


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/965492/Kaori-same
Invité
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l } Ven 8 Avr - 10:51

On choisit Shape o/ (merci pour les compliments 8D)
Revenir en haut Aller en bas
Pure avatar


Feuille de personnage
Wammy’s: H / A
Double Compte:
Âge: 17 & 25 ans
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l } Mar 12 Avr - 20:09

    J'vais vous ajouter au groupe alors 8D Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { d a m n & a p r i l }

Revenir en haut Aller en bas
 

{ d a m n & a p r i l }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Prologue :: ► Fiches de Présentation :: archives-