Partagez | 
 

 Mission Exploration {Dew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Sujet: Mission Exploration {Dew Mer 13 Oct - 19:11




    Approchez, approchez de cette porte fermée à double tour. Fermée, toujours fermée, personne pour y rentrer, personne pour en ressortir. Sur le bois écaillé, il y a un autocollant en forme de chat qui ne tardera pas à se détacher comme celui en forme de guitare qui la ornait également auparavant. Intermezzo est partie, Stray Puppet aussi. Il ne reste plus que Spade, la petite rescapée de la chambre11.

    Boum. Boum. Un bruit régulier, comme celui d’un cœur qui bat derrière la porte fermée. Il bat, encore et encore, et il ne semble pas vouloir s’arrêter. Boum. Boum. Spade s’ennuie, elle lance la balle de baseball contre le mur depuis presque une heure maintenant, mais personne n’est là pour lui dire d’arrêter, personne n’est là pour se disputer avec elle et lui dire qu’elle est chiante. Elle aimerait bien pourtant, mais ils sont tous bien trop occupés. Et elle reste assise en tailleur sur le sol, adossée au pied de son lit, à lancer une stupide balle d’un geste monotone. De temps en temps, elle regarde le lit à côté d’elle, ce lit désespérément vide. Elle se souvient de la jeune fille blonde qui lui chantait des chansons le soir, quand elle ne voulait pas dormir. Maintenant, elle reste seule dans le noir.

    « Rhaaaaaa !!! »

    D’un geste rageur, elle l’envoie valser au loin, le plus loin d’elle possible, comme pour chasser la tristesse qui s’empare de son cœur, et la balle s’écrase contre la grille du conduit d’aération qui se détache et tombe bruyamment sur le sol. Elle la regarde un instant, immobile, une idée germant lentement dans son esprit. Puis elle se lève brusquement et se dirige vers son armoire d’un pas décidé. Aujourd’hui, elle part en exploration.

    Elle enfile un vieux pantalon noir plein de poches et un sweat bleu ciel qui traîne depuis plusieurs mois sur une pile de vêtements sales, attache un foulard bleu autour de son visage, ne laissant dépasser que ses yeux pour y voir quelque chose, quand même, et fouille partout dans la chambre pour dénicher une lampe torche en état de marche. Ensuite, attrapant la balle au passage et la glissant habilement dans l’une de ses poches, elle se glisse dans le conduit. Elle se dit que si elle trouve des passages dont les jumeaux ne connaissent pas l’existence, elle aura peut-être une longueur d’avance sur eux… Et puis, que même si ce n’est pas le cas, au moins elle ne s’ennuiera plus.

    Elle avance en rampant, sa peau effleurant en frissonnant le métal froid de la tuyauterie. Heureusement qu’elle n’est pas claustrophobe, qu’elle se dit. Elle se cogne plusieurs fois la tête en la relevant trop vite pour voir si elle avance dans la bonne direction et doit à chaque fois réprimer des cris de douleur pour peu que les orphelins qui se trouvent en dessous ne l’entendent. Il faut dire que, même si elle fait des efforts pour ne pas faire trop de bruit, ses genoux cognant contre les parois en aluminium résonnent dans le long couloir gris et sombre. Elle décide de faire une pause et se replie sur elle-même, enserrant ses jambes de ses bras et baissant la tête le plus possible pour ne pas sentir les courants d’air froid sur ses bras nus. Sa détermination s’est un peu envolée, elle se sent fatiguée. Alors elle ressort la balle de sa poche et joue à la faire rouler le long des parois. Elle fait un tour. Puis un deuxième. Elle tourne, elle tourne, comme la Terre autour du Soleil, comme des gosses autour du terrain de sport, elle tourne et la petite Spade est fascinée devant ce spectacle hors du commun, elle la regarde avec des yeux brillants.

    Et puis la balle s’enfuit. Elle essaye de la rattraper avant qu’il ne soit trop tard mais ses doigts glissent sur sa surface lisse et elle rebondit plusieurs fois dans le conduit. Boum. Boum. Ses oreilles vibrent très fort, ce bruit est insupportable, elle plaque ses mains des deux côtés de sa tête en faisant la grimace. Boum. Boum. VLAM !! Elle ouvre les yeux et s’aperçoit avec stupeur que la balle est tombée dans une salle, elle ne sait pas encore laquelle. Elle passe la tête par le trou de la bouche d’aération et regarde autour d’elle. Puisqu’elle voit tout à l’envers, elle ne sait pas trop où elle se trouve, mais il y a quelqu’un d’autre.

    « Euuuuh… Je peux avoir ma balle ? »





[... no coment.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Ven 22 Oct - 2:05

Une toile blanche. C’était encore pire qu’une feuille blanche. C’était vachement plus impressionnant, une toile. C’était épais, c’était gros, ça vous surplombait. Et si vous vous foirez, il ne suffira pas de prendre ce grand espace blanc souillé, de le froisser dans vos mains, de former une boule et le jeter à la poubelle. Il ne suffira pas d’en prendre une autre, et de recommencer. Cette surface blanche, ne devait donc accueillir aucune erreur. Mais dieu qu’elle était terrifiante et Dew osait à peine en approchait son pinceau. Il était au milieu de la salle de permanence vide. Et c’était parce que cet après-midi, la salle de permanence était vide, que le professeur d’art plastique avait décidé d’y coller Dew. Une colle en art plastique. C’était le truc totalement improbable, c’était la matière où on ne pouvait pas avoir en dessous de la moyenne, c’était… c’était de l’art plastique. Il suffisait de faire des empreintes de mains remplies de peinture pour faire référence à moult autres artistes, de la grotte de Gargas à Yves Klein. Une ligne, et c’était un Dali. Par contre, bizarrement, les bonshommes en bâtons qui faisaient du baseball était la seule chose qui ne touchaient pas le cœur artistique de l'enseignant. Il n’y avait ni concept, ni esthétisme. Et Dew était donc là, dans la salle de permanence. La salle d’art était pleine, la classe un y avait cours en ce moment. Médusé, il regarda à nouveau le sujet, imprimé sur un tiers de feuille pour faire des économies. "Représenter graphiquement et de façon non narrative, un sentiment." Rien de plus simple. Mais oui, comment représenter un sentiment. Ca se dessine tous les jours, un sentiment ! Voilà Monsieur Joie qui rencontre Madame Triste… ahnonmerdeu, pas de truc narratif. Et comment on peut faire un sentiment, quelque chose de l’ordre de l’idée, de façon matérielle ? Terre à terre, le Dew. C’est pour ça qu’il ne comprenait rien à l’art, qu’il trouvait ça "Jolie" ou "Moche". Ca lui venait même pas à l’idée de faire de l’abstrait. Il était bien trop normal. Trop terre à terre. Au bout d’une heure, il était tellement désespéré de son manque de créativité artistique, qu’il était prêt à écrire Voilà "Représentation de l’ennui" et de laisser la toile blanche. Puis il se dit que ça pourrait être pris pour de l’insolence. Puis il se dit qu’il pourrait peindre l’amour. Tout le monde le peignait l’amour, c’était si puissant que s’en devenait presque matériel. Mais encore une fois, il était prêt à dessiner un visage. A faire un gros rond maladroit, deux yeux verts et des cheveux gris. Arrêtant le pinceau avant qu’il eut touché la surface, il soupira et se balança sur sa chaise. De l’abstrait hein. Elle ne voulait rien de concret... comme si c’était possible. Il fallait bien montrer qui avait ce sentiment, ou celui qui le produit… car si on ne pouvait montrer le contenu, qui était impossible à montrer, autant montrer le contenant. Le contenu en lui-même n’avait ni forme ni couleur. Si on prenait l’amour, par exemple, puis ce que c’était ce qu’il avait choisi, s’il devait lui donner forme et couleur, ce serait évidemment celui de l’être aimé. Ce serait figuratif, et encore une fois, il fera un bonhomme patate ou spaghetti et échouera lamentablement. Un autre soupire, il se leva pour marcher un peu. Se dégourdir les jambes dans cette salle close. S’il réussissait cette peinture là, elle lui mettrait la moyenne ce trimestre-ci. C’était pas bien compliquer hein, de peintre un sentiment. Tournant en rond, en rond, en rond, les mains dans les poches, il ferma les yeux. Il essaya de visualiser un peu se qu’il ressentait. Il se mettait en condition. Il imaginait des scènes qui n’existeront jamais. Et il rougissait de son audace, alors que ses pensées étaient chastes. Il pensait des mots qu’il rêvait d’entendre, déglutissant difficilement. Il sentait son cœur vibrer. Il avait chaud. Il fallait des couleurs chaudes.

Rouvrant les yeux brusquement, il prit quelques tubes à l’arrache, un tube de jaune à moitié vide, un de rouge, du noir… et après avoir vidé le contenu sur la palette, il écrabouillait ses couleurs avec son pinceau brosse. Un orange foncé… un rouge clair. Plutôt un rouge clair. Un peu de noir. Un rouge bizarre. Il avait la couleur, il fallait la forme. Il savait que c’était quelque chose de vibrant, mais un tableau ne vibrait pas. Agacé de se saigner l’esprit pour ça, il se contenta d’écraser violemment sa brosse au centre du tableau. Il l’écrasait, et l’écrasait, et l’écrasait encore. On aurait dit que quelqu’un se serait éclaté la tête contre la toile, et qu’il avait un sang un peu foncé, sale, impur. C’était glauque. Il fallait rentre ça plus gai. Vidant le reste de jaune directement sur un pinceau plus fin, il fit de grands rayons tout autour, des rayons épais à grands gestes dynamiques. Le rouge du centre se mêlait un peu au jaune brillant des rayons, il trouvait ça jolie. A petits coups, il s’amusait à accentuer le dégradé. Et dans les espaces blancs, entre les larges rayons jaunes, il se dit que normalement, il faudrait un ciel. Du bleu. Mais du bleu n’avait rien à faire là, il voulait du vert. Un vert spécial. Et le baseballer, les mains pleines de peinture jusqu’aux coudes, passa bien une bonne heure à faire des mélanges. Jaune et bleu, ça donnait un vert trop brut. Il ne voulait pas du vert absinthe, ni amande, ni asperge, pas avocat, ni bleu canard, ni bleu givré, surtout pas bleu sarcelle… Émeraude, glauque, jade, malachite, menthe à l'eau, menthe, olive, pistache, prasin, smaragdin, vert anglais, vert anis, vert bouteille, vert céladon, vert chartreuse, vert d’eau, vert de chrome, vert de gris, vert de Hooker, vert de vessie, vert épinard, vert gazon, vert impérial, vert kaki, vert lichen, vert lime, vert mélèze, vert militaire, vert mousse, vert opaline, vert perroquet, vert pin, vert poireau, vert pomme, vert prairie, vert printemps, vers sapin, vert sauge, vert tilleul, vert Véronèse, viride, vert citron… rien. Ou peut-être vert d’eau, avec du vert poireau, de l’opaline et du céladon. Oh les noms, il en savait rien, il s’en fichait. Il mélangeait les couleurs sans réfléchir, virant simplement ce qu’il n’avait pas. Finalement, conscient que la teinte qu’il cherchait étaient remplie de nuances instables et de reflets, il arrêta de s’obstiner et prit la couleur qui lui semblait la plus proche. Tout ses pinceaux étaient usés à présent, et il avait la flemme d’aller les laver. C’est avec ses doigts qu’il combla les vides, avec des gestes maladroits et stupides. Il piochait parfois dans les autres verts qu’il avait fait, Dew, pour faire comme des nuances. Au bout de quelques minutes, ça avait l’air fini. C’était pas bien beau, comme un tableau de maternelle, mais il ne pouvait s’empêcher d’être fier. Il était content ouais, et souriait stupidement, heureux d’avoir fini avec quelque chose que la prof devrait, en principe, trouvait suffisant pour un idiot sans une once de création artistique tel que lui. Un soleil rouge sombre, palpitant et violent, qui éclairait de rayons jaunes un ciel d’un vert instable. Ah. Merde. Un soleil, c’était encore bien trop illustratif. Grimaçant, il gomma de ses mains vertes, les limites du soleil, faisant en sorte que ce dernier semblait alors se fondre dans le ciel. Il effaçait la netteté. Il trouva que ça faisait mieux. Il trouva qu’il avait vraiment fini. Rassuré et satisfait, il prit sa toile et la porta à bouts de bras pour mieux la regarder. Finalement, il l’a cala à l’horizontal, appuyé contre son bassin, avec une expression repue. Enfin fini.

Et une balle de baseball sortir de nulle part vint s’écrabouiller merdiquement au milieu de sa toile, la déchirant presque. Et sa toile vient calquer contre le sol, sèchement. Et il se retrouva les mains vides, l’air choqué.

- Euuuuh… Je peux avoir ma balle ?


Au plafond, sortant d’une bouche d’aération, une petite tête aux cheveux bleus.

- S-Spade ? Qu’est ce que tu fais là ?

Les yeux au ciel, la nuque à l’air, il devait avoir l’air fin vu d’en haut. Puis il finit par lancer, en souriant.

- Tu joues à cache-cache c’est ça ? Attend, je vais te faire descendre de là.

Amusé et zappant totalement le demande de la jeune fille, il saisit une chaise qu’il vient placer sous l’ouverture. Montant dessus et se dressant de toute sa hauteur, il lui tendit ses deux mains dégoulinantes de peinture verte. Il les avait oubliés et ne les voyait même pas. On ne refait pas un crétin.

- Allez, viens !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Dim 24 Oct - 18:35

    Ses yeux bleus s’ouvrirent en grand, étonnés, et elle tourna la tête à droite et à gauche pour tenter de constater les dégâts que sa balle avait causé. Son cerveau avait un peu de mal à remettre les images à l’endroit, peut-être à cause de la fatigue. Elle croisa le regard de Dew qui semblait aussi surpris qu’elle. Pourquoi donc ? C’était tout à fait habituel de voir quelqu’un sortir d’une bouche d’aération !

    « S-Spade ? Qu’est ce que tu fais là ? »

    Apparemment non. Elle balbutia des paroles incompréhensibles, des « euh » et des « bah » à tout va pour tenter de se justifier, avant de décider qu’elle ne se plaisait pas à ressembler à un poisson et de refermer la bouche. Elle se mordilla l’intérieur de la joue, réfléchissant à ce qu’elle pourrait bien répondre d’intelligent en levant les yeux au sol. Pas que Dew ne soit pas digne de confiance, mais elle aurait bien aimé gardé ça secret, surtout qu’elle ne pourrait pas venir avec elle vu sa carrure… Après quelques secondes d’hésitation, elle lui adressa un sourire candide, décidant d’ignorer la question.

    « Bonjour Dew ! »

    « Tu joues à cache-cache c’est ça ? Attend, je vais te faire descendre de là. »

    Elle pencha la tête sur la côté sans comprendre. Cache-cache ? Ah oui, c’était une chouette idée de jeu ça ! Il fallait qu’elle propose aux autres orphelins de faire une grande partie de cache-cache tous ensemble ! Ses yeux en brillaient déjà d’excitation.

    « Allez, viens ! »

    « Oui oui, j’arrive ! »

    Et, sans se préoccuper le moins du monde de la peinture sur les mains du baseballer, elle se glissa agilement par l’ouverture pour atterrir dans ses bras. Elle ne se demanda même pas s’il ne risquait pas de tomber, il était sportif, et elle ne pesait pas bien lourd. Comme une petite fille. Elle plissa les paupières et posa une de ses mains sur son crâne endolori, elle n’aurait pas dû rester la tête à l’envers aussi longtemps. Lorsque la pièce cessa de tourner, elle regarda autour d’elle et remarqua la toile déchirée.

    « Oups. C’est moi qui ai fait ça ? »

    Elle la désigna du menton, l’air terriblement désolé. Si seulement elle avait été un chat, elle aurait récupéré sa balle avant qu’elle ne commette de tels dégâts… Le repoussant doucement pour s’approcher de la toile abîmée, elle décida qu’elle devait faire quelque chose pour l’aider. Elle n’était peut-être pas très douée pour dessiner autre chose que des chats, mais c’était déjà mieux que rien. Elle ramassa sa balle pleine de peinture, l’essuya sur son T-shirt déjà bien coloré, et se tourna vers le brun pour lui demander :

    « Tu veux que je t’aide ? Ça ira plus vite à deux. »

    Quel résultat étrange cela allait donner, des chats jouant au baseball peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Mer 10 Nov - 22:34

Naaaaa stuwenia wawanichubaba ! (shicucoon stuveniaaa)
Naaaaa stuwenia wawagalagi stubabooo ! (shicucoon stuveniaaa)

Igna mamaking manabanban igna mamaking manabanban…

Au matin de ta vie sur la planète
Ébloui par le Dieu Soleil
A l'infini, tu t'éveilles aux merveilles
De la terre, qui t'attend et t'appelle

Tu auras tant de choses à voir
Pour franchir la frontière du savoir
Recueillir l'héritage
Qui vient du fond des âges
Dans l'harmonie d'une chaîne d'amour

C'est l'histoire de la vie
Le cycle éternel
Qu'un enfant béni, rend immortel

La ronde infinie
De ce cycle éternel
C'est l'histoire, l'histoire de la vie


Bref, vous voyez la scène. Dew avec la petite Spade à bout de bras. Les mains pleines de peinture verte qui s’étalait sur ses petits vêtements. Et Dew qui souriait comme un crétin. Il l’aimait bien, Spade. Il aimait bien la façon dont sa bouche élastique lui donnait des expressions de poisson lune, la façon dont elle disait bonjour comme si jamais du monde elle sortait d’une bouche d’aération, la façon dont elle hésitait à peine avant de se lancer dans ses mains. Voyant que sa tête devait être dans le même état qu’à la suite d’un passage dans un lave-linge, il plia un peu les bras afin de la reprocher du sol, dans une prochaine tentative d’atterrissage

- Oups. C’est moi qui ai fait ça ?

Sans réfléchir, il tourna la tête, comme si elle pouvait parler d’autre chose que cette toile à terre, avec un énorme trou au milieu. Au milieu de son soleil rouge dans son ciel vert. La toile déchirée, la peinture encore fraiche, avec la balle devenue maintenant rouge. Parait que Matis avait fait un truc comme ça, en brulant une de ses toiles ou genre un truc comme ça ouais. Genre c’était le genre de truc qu’elle aimait trop la prof. C’était le genre de truc que lui, normal qu’il était, sans la moindre fibre artistique, n’aurait même jamais pensé. Ca ne lui aurait jamais traversé l’esprit, de déchirer sa toile et d’y chercher une signification. Ou de la bruler, ou de cracher dessus, ou de faire une empreinte de sa tronche, ou de faire autre chose que des petits bonhommes. La tête dans ses pensées, il posa lentement Spade au sol, tout en fixant sa toile. On ne pouvait dire s’il était totalement traumatisé ou seulement pensif. Les mains ballantes le long du corps, il fixait sans vraiment regarder, la petite fille ramasser la balle de baseball et l’essuyer sur son t-shirt, mélangeant le rouge au vert déjà présent.

- Tu veux que je t’aide ? Ça ira plus vite à deux.

- Non, c’est parfait comme ça…

Qu’il avait répondu machinalement. Puis il cligna un peu des yeux et fixa Stade, un sourire naissant, de plus en plus large, sur ses lèvres.

- Non, c’est parfait. C’est ce qu’il manquait…

Et ses yeux brillaient follement en se rendant compte qu’il allait pouvoir rattraper tout son trimestre d’art plastique. Il se met à genoux face à Spade, pour être à sa hauteur mais aussi parce que, bon dieu, qu’aurait-il fait sans elle…

- Ca fait cool comme ça ! T’es géniale Spade ! J’y aurais jamais pensé tout seul hahahaha….

Motivé, il se releva, se pencha pour prendre la toile et, à bout de bas, l’admira. Ouais le trou ça mettait du punch, de la passion, du woah, de boum, ça remettait en cause la notion de cadre, la notion d’art… Il la posa sur une table et la déclara comme finie. Il avait presque envie de la bénir là, et lui souhaitait d’aller loin dans la vie petite toile, de lui rapporter une bonne note, d’être admirer et transporter partout dans le monde pour devenir célèbre…
Prenant sa palette de peinture, il revint à Stade et s’agenouille à nouveau face à elle, de bonne humeur.

- Tiens, tu sais ce qu’on va faire maintenant… ?

Trempant deux doigts dans la peinture bleue, il les applique gentiment sur la joue droite de Spade pour en fait deux traits partant des yeux jusqu’à sa mâchoire fragile.

- Princesse des Bouches d’Aération de la Tribu Tuyauterie.

Il fit de même à la joue gauche, qui s’aplatissait légèrement sous ses doigts. Puis il sourit fier de lui. Bon, il fallait une plume maintenant, pour faire vraiment indien. Mais il y en avait pas. Restait plus qu’à attendre qu’un pigeon s’écrase contre la fenêtre, en espérant que des cow boys ne les choperaient pas.

- Pour moi il faudrait une empreinte de patte d’ours sur la poitrine hahahaha.

Oui parfois, quand on était trop content, on avait envie de jouer aux indiens. Logique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Ven 12 Nov - 20:07

    Ah. Il ne voulait pas. La jeune fille n'insista pas, après tout il avait l'air plutôt content. Elle hocha la tête en le regardant s'extasier sur sa toile, l'air un peu étonné, comme un chaton qui ne comprend pas pourquoi les humains ont des réactions aussi étranges.

    Elle s'approcha de la toile déchirée, tendit la main pour en suivre les grandes lignes du bout des doigts, puis s'immobilisa, laissant son geste en suspens. Quelque chose, elle se souvenait de quelque chose. Où plutôt, elle savait qu'elle devait se souvenir, mais elle ne savait plus de quoi. Quelque chose s'imposait à elle, c'était certain. Elle ferma le poing, la peinture s'étalant sur sa paume et enter ses doigts en faisant un bruit humide. Elle cherchait, elle cherchait à s'en faire mal à la tête, mais elle ne trouvait pas. Comme d'habitude, elle finit par abandonner. Elle resta un moment perdue dans ses pensées, le regard vague. Elle se demanda pourquoi on appelait les chercheurs "chercheurs", et pas plutôt "trouveurs". Car à quoi bon chercher si on ne trouve pas ? C'était pour ça qu'elle ne voulait pas être chercheuse. Parce qu'elle ne voulait pas trouver.

    Elle s'éloigna d'un pas ou deux, laissant à Dew le soin de récupérer sa toile et de la poser sur une table. Puis elle le regarda, ses grands yeux bleus dévorant le moindre de ses gestes. Il prit sa palette de couleurs. Pour quoi faire ? Il s'agenouillit devant elle, une nouvelle fois. Pourquoi sourit-il autant ? Elle cligna des yeux plusieurs fois en fronçant les sourcils, plongée dans l'incompréhension la plus totale.

    « Tiens, tu sais ce qu'on va faire maintenant… ? »

    Elle secoua vivement la tête de gauche à droite puis resta sans bouger, presque sans respirer, tandis que Dew appliquait la peinture bleue sur son visage enfantin. Elle tremblait de la tête aux pieds, complètement surexcitée. Elle ne savait pas encore ce qu'il avait en tête, mais elle sentait qu'elle allait bientôt comprendre et cette attente lui était insupportable.

    « Princesse des Bouches d'Aération de la Tribu Tuyauterie. »

    Tilt. Son visage se fendit d'un immense sourire et elle porta sa main à sa joue dès que Dew eût terminé.

    « Pour moi il faudrait une empreinte de patte d'ours sur la poitrine hahahaha. »

    Ses yeux se mirent à briller et elle sautilla sur place en agitant les bras avant de lui prendre la palette des mains.

    « Oh ouaiiiiiis ! Attend attend attend, c'est mon tour ! »

    Et sans qu'il n'ait le temps de réagir, elle trempa ses doigts déjà bien colorés dans la peinture rouge et entreprit de le maquiller. Et toc, un point au beau milieu du front, et toc, une croix sur la joue, et re-toc, deux traits sur l'autre. Elle éclata de rire en voyant le résultat.

    « Valet des Balles de Baseball de la Tribu Peinturerie ! Wouhouhou !! »

    Elle se mit à courir en rond dans la pièce en tapotant sa main contre sa bouche, l'entraînant à sa suite. Elle avait bien fait de sortir de sa chambre, l'ennui était peut-être mortel à trop forte dose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Dim 21 Nov - 15:30

Ah, les enfants. Tout pouvait aller mal, le monde sur le point de s’écrouler, ta femme possédée par un alien, la Tour Eiffel à terre, la lune en feu, et le sourire d’un enfant pouvait quand même te rendre heureux. Cette innocence qui faisait que rien n’était perdu, que l’humain n’était pas si mauvais, avec comme preuve cette pureté et cette franchise dans les yeux. C’est pour ça que dans les films d’horreur, pour faire vraiment vraiment peur, pour montrer le poids de la destiné et l’absence de tout espoir, le mal était souvent un gosse. La réincarnation de Satan, le diable en personne, et quand tu vois la bouille du gosse se déformer dans un rictus machiavélique qui ne lui va pas, tu te pisses littéralement dessus.
Mais le sourire de Spade était charmant. Parce qu’on est pas dans un film d’horreur.

- Oh ouaiiiiiis ! Attend attend attend, c'est mon tour !

On était dans un Western avec des Indiens et des Cowboys, avec des arbres qui parlent et des animaux en compagnons de route, avec des feuilles de toutes les couleurs qui volent pour vous indiquer le chemin et des kayaks taillés à même le bois. On était dans un Disney où les méchants deviennent gentils, où les paroles partent en chansons, où l’amour interdit devient permis.
Toujours accroupi, il sentait sur son visage de petits doigts humides virevolter de son nez à sa joue, puis à l’autre. Elle avait choisi du rouge. Avec ses cheveux noirs et son teint très doré, presque bruni par le soleil, il faisait vachement Indien quand même. Quand même, parce que les décorations de Spade ressemblaient plus à des dessins d’enfants qu’à des peintures de guerre, mais ça il ne le savait pas. En fait, il s’en foutait. Il souriait juste comme un abruti, la bouche fermé mais le sourire large. Un éclat de rire aigue de la part de la jeune fille, et les yeux de Dew rirent aussi.

- Valet des Balles de Baseball de la Tribu Peinturerie ! Wouhouhou !!

- Hahahaha, ça me va !

Et il se laissa entrainer dans la ronde invisible, tout naturellement, devant marcher accroupi à s’en niquer les genoux ou le dos baissés comme un vieillard, pour la suivre sans lâcher la main qui l’entrainait avec le peu de force d’une petite fille.

- Wouhouhouhahahha…

Oui, il ne pouvait s’empêcher de faire ses wouhouhou sans rire à la fin, peut-être parce qu’il trouvait ça comique la façon dont le son sortait quand on tapotait sa main contre sa bouche. Ou peut-être qu’il était tout simplement bête.

- On implore un dieu là ? Hahaha si faut l’esprit du parc nous entend. Faudrait que je m’excuse, j’abime le sol quand je joue au baseball, l’herbe ne repousse pas après.

Il alla se coller à la vitre pour regarder le parc, et déclara.

- Faudrait des offrandes huh.


Fouillant naïvement ses poches, il y sort un trombone, un mouchoir et un sifflet, utile durant les matchs.

- Eeeh, j’ai pas grand chose, et toi ?

Ils étaient passés du Roi Lion à Pocahontas.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew Dim 28 Nov - 18:25

    Elle s'approcha de la fenêtre, collant son nez sur la vitre pour mieux voir l'extérieur. Elle s'amusa un moment de la buée que produisait sa respiration rendue saccadée par leur folle ronde sur la surface glacée, puis ouvrit grands ses yeux sur le monde qui semblait s'offrir à elle. Le ciel était gris et il avait l'air de faire plutôt froid. Peut-être allait-il se mettre à neiger ? Elle regarda les nuages dans l'espoir d'apercevoir un flocon blanc s'échapper de leur masse informe. Elle commençait à avoir mal au nez alors elle s'écarta de la vitre et le frotta vigoureusement pour le réchauffer, étalant un peu de peinture bleue sur ses joues au passage.

    « Huuuum... Moi non plus j'ai pas grand chose... »

    Elle posa son index sur ses lèvres en réfléchissant. Peut-être que le foulard bleu qu'elle portait serait suffisant... Ou peut-être pas. Enfin, elle eût une illumination et elle leva son doigt en l'air, les yeux brillants.

    « J'ai trouvé ! »

    Avec des gestes précipités, elle fouilla dans sa poche pour en sortir sa balle qu'elle lui présenta posée dans le creux de ses mains d'un air très solennel. Elle releva la tête en souriant, toute fière de sa dernière trouvaille.

    « Tu crois que ça va lui plaire ? Moi je suis sûre qu'il te pardonnera comme ça ! »

    Elle se mit à genoux sur le sol en fermant les yeux, serrant ses petits doigts autour de sa précieuse balle avant de la porter à ses lèvres. Elle resta un instant dans cette position, ouvrant rapidement un œil pour intimer à Dew de l'imiter, puis porta son offrande au ciel.

    « Ô esprit supérieur, daigne accepter ce modeste présent en guise de notre gratitude pour cette vie que tu nous as offert... »

    Petit à petit, sa voix se fit tremblotante et ses yeux hagards, comme si elle comprenait quelque chose. Quelque chose qui ne lui plaisait pas. Sans prévenir, elle balança la balle au loin, le plus loin possible, à s'en décrocher le bras tellement elle était furieuse. Elle était presque étonnée elle-même par cet accès de colère. Elle avait envie de lui dire d'aller se faire foutre, à cet esprit supérieur. Ses ongles lacéraient son avant-bras mais elle ne s'en rendait pas compte, elle ne savait même pas ce qui pouvait la mettre dans cet état pareil. Elle avait l'impression d'être enfermée dans une bulle, comme si elle était toute seule, toute seule sans personne pour l'aider à sortir de sa colère.

    La bulle finit cependant pour éclater, et elle sursauta en ouvrant des yeux étonnés. Sans essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer, elle se leva et tendit sa main à Dew.

    « Tu viens ? On joue à autre chose. »

    Les enfants, ça s'ennuie vite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Mission Exploration {Dew

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission Exploration {Dew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission Jedi : Exploration Scientifique [Echec]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» P3X932 (Mission d'exploration Basique.)
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House :: Complément :: ♔ Corbeille :: ♔ The Past - Ancien WH-